La 15e session du Comité bilatéral stratégique Algéro-Malien a eu lieu le dimanche 19 janvier dans la salle de conférence du ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale. Elle était coprésidée par le ministre des Affaires étrangères, Tiébilé DRAME, et le secrétaire d’État chargé de la communauté nationale et des compétences à l’étranger de la République algérienne démocratique et populaire, Rachid BLADEHANE.

C’était en présence du ministre de la Cohésion sociale, de la paix et de la réconciliation nationale, Lassine BOUARE ; du haut représentant du président de la République pour la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation ; d’une forte délégation venue de l’Algérie.

Les sessions du comité bilatéral stratégique algéro-malien ont pour objectif de passer en revue la coopération bilatérale sectorielle entre les deux pays.

Le ministre Tiébilé DRAME a déclaré que la qualité des relations entre le Mali et l’Algérie a conduit à la création de ce cadre pour parler en toute fraternité en vue d’améliorer les relations. Des relations qui vont au-delà des seules établies par les gouvernements des deux pays et qui se fondent sur l’unité culturelle, l’unité linguistique entre les populations du Hoggar et de l’Adrar des Infogas.

Il a rappelé que quand le peuple algérien s’est mis debout pour revendiquer son droit inaliénable à l’indépendance et à la souveraineté, le Mali a répondu présent. ‘’Ce qui est important l’Algérie n’a jamais oublié cette solidarité du Mali. Chaque fois que le Mali a eu des problèmes, l’Algérie a également répondu présent’’, a affirmé le ministre DRAME.

Aussi, a-t-il rappelé la signature de l’Accord de Tamanrasset, la négociation du Pacte nationale après l’avènement de la démocratie, la signature d’un premier accord d’Alger en 2006 et le présent Accord d’Alger dont la mise en œuvre est en cours.

« Le Mali restera reconnaissant à l’Algérie parce que chaque fois que nous avons eu besoin de l’Algérie il a répondu présent. Des actions de solidarité qui ont cimenté au fil des décennies les relations entre le Mali et l’Algérie », a souligné le ministre des Affaires étrangères.

Le secrétaire d’État chargé de la communauté nationale et des compétences à l’étranger de la République algérienne démocratique et populaire, Rachid BLADEHANE, dira que cette rencontre témoigne de l’attachement des deux pays à la tradition de concertation instaurée et l’approfondissement des relations. Selon lui, le Comité bilatéral stratégique Algéro-Malien est l’illustration de l’ambition commune de conférer une nouvelle dimension d’excellence aux relations bilatérales entre les deux pays.

Il s’est réjoui des progrès enregistrés dans la mise en œuvre de l’Accord tout en indiquant que la tenue de la 4e session de haut niveau du CSA ne peut que renforcer les acquis et consolider le socle du Dialogue et de la concertation entre tous les Maliens. Pour le secrétaire d’État algérien, les contraintes d’ordre pratique, pouvant se poser sur le parcours du parachèvement du processus de paix au Mali, devraient encourager les acteurs à redoubler d’efforts pour les surpasser et progresser sur la voie tracée.

M. Rachid BLADEHANE a souligné que si les relations politiques entre le Mali et son pays sont excellentes et exemplaires, la coopération économique n’est pas à la hauteur des attentes compte tenu des potentialités et opportunités que recèlent les deux pays. Il a soutenu que le raffermissement de la coopération bilatérale entre les deux pays sous le volet économique et commercial doit se traduire par une augmentation du volume des échanges et la réalisation de projets concrets.

Pour ce faire, suggère-t-il de favoriser le processus de valorisation de la complémentarité économique des deux pays pour tirer profit du potentiel humain et naturel.

PAR MODIBO KONE

info-matin.

MaliwebCoopération
La 15e session du Comité bilatéral stratégique Algéro-Malien a eu lieu le dimanche 19 janvier dans la salle de conférence du ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale. Elle était coprésidée par le ministre des Affaires étrangères, Tiébilé DRAME, et le secrétaire d’État chargé de la communauté...