La coopération entre le Mali et le Japon est au beau fixe. La preuve : dans le cadre de l’initiative africaine de l’enseignement professionnel en faveur des jeunes africains dénommée Programme «Initiative ABE», cinq de nos compatriotes ont bénéficié d’une formation en Master et d’un stage dans les entreprises au Japon.

Deux de ces stagiaires viennent de boucler leur formation. Il s’agit en l’occurrence de Ousmane Traoré qui a fait l’Université internationale chrétienne de Tokyo (UIC), un établissement supérieur où sont notamment enseignés les Arts et les Sciences, et de Souraki Sima qui a étudié les sciences des systèmes d’informations à l’Institut informatique de Kobe. Les deux étudiants ont fait le compte rendu de leur séjour nippon, vendredi dernier à la résidence de l’ambassadeur du Japon, sise à Badalabougou. Ils ont aussi saisi cette occasion pour dévoiler leurs projets futurs.
C’était à la faveur de la séance de compte rendu qui a été organisée par l’ambassade du Japon au Mali. La rencontre s’est déroulée en présence de l’ambassadeur du Japon au Mali, Daisuke Kuroki, du directeur adjoint Asie Océanie du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Mahamadoun Kementa et du représentant de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), Koichi Kato.
Tour à tour, les deux stagiaires ont présenté leurs rapports d’études à l’assistance, visiblement fort intéressée. Premier à s’exprimer, Ousmane Traoré a expliqué avoir travaillé sur le thème : «L’évaluation des besoins dans un programme de formation en Anglais des affaires et des économies pour les adultes au Mali». Sur le sujet, il a soulevé de nombreuses questions notamment celles concernant la pratique d’un programme d’enseignement en Anglais des affaires et des économies (AAE) pour les apprenants adultes dans les écoles de commerce au Mali eu égard aux objectifs, stratégies, contenus et aux matériels d’enseignement ; les futurs besoins des apprenants adultes pour un programme (AAE). Dans son document, Ousmane Traoré a ensuite proposé d’améliorer les compétences dans la lecture, l’expression orale, la rédaction et l’audition, de mettre en œuvre une politique nationale du livre d’Anglais depuis le fondamental jusqu’en terminale du lycée.
Les défis à relever, a-t-il souligné, consistent à créer un bureau de consultation pour améliorer la qualité des apprentissages au Mali, à promouvoir un réseau de partenariat commercial entre les entreprises privées du Japon et les entrepreneurs maliens. Quant à Souraki Sima, son projet de recherche a porté sur le thème : «Encourager l’utilisation des médias numériques : cas du partage d’information sanitaire au Mali». Citant les problèmes identifiés, le stagiaire a signalé la difficulté d’accéder aux services fournis par le gouvernement et les organisations. Sans oublier que plusieurs organisations telles que les hôpitaux n’ont pas de site internet pour fournir des informations aux publics cibles. Comme solution, Souraki Sima a proposé de concevoir des sites Web pour fournir des informations médicales afin de démontrer l’efficacité aux décideurs.
Dans son discours introductif, le représentant de la JICA a rappelé que le Programme ABE a été lancé par le gouvernement du Japon en partenariat avec le secteur privé nippon. Ce programme, a précisé Koichi Kato, donne la possibilité à des jeunes africains d’étudier dans des universités japonaises, et d’effectuer un stage dans une entreprise de ce pays. «Ce programme a pour objectif de promouvoir et de soutenir par le biais de partenariats public-privé plus poussés, la dynamique de croissance qui a lieu actuellement en Afrique», a déclaré Koichi Kato. Enfin, le représentant de la JICA a rappelé que depuis l’année 2016, le Mali a envoyé au total 5 participants au Japon dans le cadre du Programme ABE. Quant à l’ambassadeur du Japon au Mali, il a exhorté les stagiaires à utiliser leur expérience en faveur du renforcement de l’amitié et de la coopération entre son pays et le Mali ainsi que l’amélioration des ressources de nos deux sociétés. En outre, Daisuke Kuroki rassurera que son pays a été et restera toujours aux cotés de notre pays dans ses efforts de développement. Pour sa part, le directeur adjoint Asie Océanie du ministère en charge des Affaires étrangères a apprécié l’«Initiative ABE», tout en souhaitant que ce programme soit pérennisé. Selon Mahamadoun Kementa, ce programme est d’un apport inestimable pour ces jeunes travailleurs ayant le potentiel de contribuer au développement de l’industrie africaine dans des domaines variés. «L’initiative ABE, plus qu’une chance, offre une réelle opportunité pour ces jeunes africains disposant d’énormes talents à les exploiter et les mettre au profit de leurs nations… J’ose espérer que les connaissances acquises vont non seulement leur servir personnellement mais aussi le Mali leur pays», a-t-il souhaité.
Le représentant du département en charge de la Coopération internationale a remercié les autorités japonaises pour l’opportunité offerte aux jeunes d’étudier au Japon. Il n’a pas manqué de féliciter les deux récipiendaires pour leur assiduité.

Bembablin DOUMBIA

L’Essor

MaliwebCoopérationEducation
La coopération entre le Mali et le Japon est au beau fixe. La preuve : dans le cadre de l’initiative africaine de l’enseignement professionnel en faveur des jeunes africains dénommée Programme «Initiative ABE», cinq de nos compatriotes ont bénéficié d’une formation en Master et d’un stage dans les entreprises...