Les deux dirigeants ont également partagé la volonté « de renforcer la coopération russo-malienne dans la sphère sécuritaire ».


Vous pouvez partager un article en cliquant sur les icônes de partage en haut à droite de celui-ci.
La reproduction totale ou partielle d’un article, sans l’autorisation écrite et préalable du Monde, est strictement interdite.
Pour plus d’informations, consultez nos conditions générales de vente.
Pour toute demande d’autorisation, contactez [email protected].
En tant qu’abonné, vous pouvez offrir jusqu’à cinq articles par mois à l’un de vos proches grâce à la fonctionnalité « Offrir un article ».

Vladimir Poutine s’est entretenu mardi 4 octobre par téléphone avec le chef de la junte malienne Assimi Goïta, affirmant qu’il souhaitait distribuer au Mali des engrais russes bloqués à cause des sanctions occidentales depuis l’offensive en Ukraine.

« Il a été souligné l’importance de réaliser l’initiative de la Russie concernant la livraison gratuite aux pays dans le besoin d’environ 300 000 tonnes d’engrais [russes] bloqués dans des ports européens à cause de sanctions illégales », a indiqué le Kremlin dans un communiqué. Sans entrer dans le détail de la conversation, le chef de la junte malienne a pour sa part salué sur Twitter « un partenariat gagnant-gagnant basé sur le respect mutuel ».

En septembre, le président russe avait affirmé que ces engrais restaient coincés dans des ports de l’Union européenne (UE), malgré l’accord conclu entre Moscou et Kiev pour permettre l’exportation des céréales ukrainiennes des ports de la mer Noire et lever les sanctions occidentales entravant celle des productions agricoles russes.

Vladimir Poutine avait accusé l’UE de vouloir s’approprier ces engrais et promis que, si Moscou parvenait à les récupérer, ils seraient livrés gratuitement à des pays en développement. Selon le Kremlin, les dirigeants russe et malien ont également partagé mardi la volonté « de renforcer la coopération russo-malienne dans la sphère sécuritaire pour éradiquer les groupes terroristes de tout le territoire du Mali ».

Le colonel Assimi Goïta et un groupe de hauts gradés ont pris le pouvoir par la force en août 2020. Ils ont ensuite décidé de se séparer du vieil allié français, engagé militairement contre les djihadistes depuis 2013, et de relancer la coopération avec la Russie. Le Mali a depuis reçu des armes de Moscou et accueilli en grand nombre ce que la junte présente comme des instructeurs russes. Les Occidentaux affirment, eux, que ces instructeurs travaillent pour la société privée de sécurité russe Wagner aux agissements décriés. La junte dément.

Le dernier entretien téléphonique officiel entre Vladimir Poutine et Assimi Goïta remontait à mi-août, après la livraison de nouveaux équipements militaires russes. Mardi, Vladimir Poutine a également invité Assimi Goïta à participer au prochain sommet Russie-Afrique, qui doit se tenir l’été 2023 à Saint-Pétersbourg.

Le Monde avec AFP