La France a annoncé le mardi 5 novembre le déploiement en 2020 d’une nouvelle opération militaire au Mali réunissant des forces spéciales européennes. Elle sera baptisée Takuba (« sabre » en tamasheq).

 

« Dès 2020, les forces spéciales des pays européens seront déployées au Mali aux côtés des forces spéciales françaises pour transmettre un savoir-faire d’exception » à l’armée malienne, a indiqué Florence Parly, la ministre des armées françaises devant les soldats de Barkhane basés à Gao.

 

La ministre, en tournée dans le Sahel, ajoute que ces futures forces spéciales européennes devraient d’abord être déployées au Mali pour accompagner l’armée malienne dans la lutte contre le terrorisme. Les autres pays couverts par Barkhane seront ensuite concernés.

Les européens seraient déjà prêts à suivre la France dans sa démarche.

« Nous avons sollicité une douzaine de pays et recueilli essentiellement des retours positifs », a assuré la ministre française dont le pays est décrié au Mali pour son engagement militaire improductif.

D’après la France, son opération Barkhane produit pourtant des effets positifs sur le terrain. Une perception toute autre au sein de l’opinion malienne dont une frange juge inutile la présence des forces étrangères dans le pays au regard de l’enracinement continue du terrorisme.

Malivox

MaliwebCoopérationSociété
La France a annoncé le mardi 5 novembre le déploiement en 2020 d’une nouvelle opération militaire au Mali réunissant des forces spéciales européennes. Elle sera baptisée Takuba (« sabre » en tamasheq).   « Dès 2020, les forces spéciales des pays européens seront déployées au Mali aux côtés des forces spéciales françaises pour...