Voici le combat politique le plus logique du moment : la lutte contre l’achat de la conscience de l’électorat malien. En politique, les bonnes vieilles habitudes ne trahissent jamais. Dans un Mali toujours accro aux friandises offertes par les partis politiques, il ne faut pas s’étonner que les plus riches remportent les élections.  Ce combat du plastique contre le béton qu’est l’éveil de la conscience de l’électorat malien, serait-il perdu d’avance ?

En voyant ce qui se passe au tour de nous, nous allons vite nous rendre compte qu’il est grand temps que la lutte contre l’achat de la conscience des électeurs soit une des grandes priorités dans le cadre de la construction de l’Etat démocratique que nous appelons de tous nos vœux. C’est l’occasion donc de rappeler que les partis politiques ont failli à leur mission de formation des militants. Il est d’ailleurs temps de se demander pourquoi continuer à fourguer l’argent du contribuable à ces mêmes partis politiques qui deviennent ainsi un lourd fardeau pour la nation. En effet, ces subventions appelées financements des partis politiques contribuent à doter ces formations d’un trésor de guerre utilisable en grande partie pour faire fonctionner la machine d’achat de conscience lors des scrutins. Le phénomène est tellement ancré dans notre pratique politique que des observateurs ont tendance à dire qu’il n’y a pas des partis politiques au Mali, mais des machines électorales. Comprenez tout ce qu’il y a de péjoratif dans cette assertion !

Corruption à koulouba, quand le président IBK distribué les véhicules 4×4 de luxe de la présidence pour acheter les consciences.

Sous la gouvernance d’IBK, un nouveau phénomène de corruption est apparu avec l’achat des personnalités politiques, militaires et religieux qui bénéficient des largesses du président IBK. C’est ainsi qu’en 2017 _ 2018 plus de 100 véhicules 4×4 V8 neufs ont été directement distribués par le président IBK à des personnalités, mais aussi aux membres de sa famille sans aucune traçabilité à la présidence. Le président IBK qui n’aime pas être sujet à une enquête de corruption sur ses proches et ses collaborateurs va certainement sanctionner ce fonctionnaire consciencieux qui ne fait que son travail.

Le montant total de ces donations de véhicules de luxe en 2017 _ 2018 a atteint ( selon les spécialistes automobiles ) 3 milliards 600 millions de franc CFA, somme astronomique qu’on aurait pu utiliser pour construire des écoles ou des centres de santé.

C’est là où ceux qui parlent de bétail électoral, bien qu’ils y soient allés très forts dans la métaphore, ont su quand même trouver la bonne expression pour qualifier cette situation dans laquelle, justement, le citoyen qui se laisse prendre à ce jeu d’achat de conscience n’est pas loin d’être considéré comme un mouton que le propriétaire amène à brouter dans n’importe quel pré. Ou peut-être même à l’abattoir pour l’égorger sans autre forme de procès.Non ibk sortira aux travers d’une aiguille. Il est entré par effraction a koulouba par le vol et la fraude. Une légitimité artificielle ne permet pas de gouverner. Il sait qu’il va partir en juillet.

MLS

Source: Malijet.CO

MaliwebCorruptionMali actuMalijetmaliwebSociété
Voici le combat politique le plus logique du moment : la lutte contre l’achat de la conscience de l’électorat malien. En politique, les bonnes vieilles habitudes ne trahissent jamais. Dans un Mali toujours accro aux friandises offertes par les partis politiques, il ne faut pas s’étonner que les plus riches...