Et pourtant dans notre parution du 9 octobre dernier notre rédaction avait relayé cette information. Dans la foulée de la lutte contre la corruption et de la délinquance financière, aux côtés de responsables épinglés pour leurs indélicatesses, se retrouvent des opérateurs mis en cause pour leurs complicités actives dans la préparation et la mise en œuvre des délits reprochés aux premiers. Bien naturellement, les procédures, actuellement enclenchées, révèlent ces connexions incestueuses qui ont longtemps gangrené l’économie du Mali.

L’affaire dont il s’agit ici fait un de buzz dans la chronique de la lutte contre la corruption, même si elle date de la seconde moitié de septembre dernier.

En effet, Ibrahim Diawara, PDG des Usines Stones et fondateur du mouvement « Malien Tout Court », louait à l’Etat du Mali les deux avions pour les opérations de pluies provoquées. Après la saison des pluies, il les louait à des passagers tout le reste de l’année, prenant l’argent généré par cette activité sans rendre compte à l’Etat du Mali.

Cette affaire sent nettement le souffre, mieux d’ailleurs, pour les observateurs, c’est une gigantesque escroquerie étalée sur plus d’une décennie. Selon une source bien introduite, les deux avions du Mali dont il avait en charge la garde lui coûtaient par année 11 millions de F CFA de droit de garde qu’il payait aux Aéroports de Bamako. Parallèlement, il facturait chaque année à l’Etat, depuis plusieurs années, plus de 1 milliard de F CFA par an.

Le montant qu’il facturait à l’Etat du Mali a augmenté d’année en année. De 1,2 milliard à 1,8 milliard en passant par 1,4 milliard, 1,6 milliard de F CFA. En clair voici comment Ibrahim Diawara alias Malien Tout Court s’est enrichi sur le dos du pauvre contribuable malien dans un Mali Kura qu’on veut bâtir.

Aux dernières nouvelles, les deux avions sont saisis en ce début d’année 2022, mais ça ne suffira pas. Le Malien Tout Court doit payer à l’Etat tout l’argent « gagné » ainsi que le manque à gagner.

Pour l’heure, le PDG de Stone, Ibrahim Diawara se trouve d’autant plus dans le collimateur qu’il est censé être le propriétaire des aéronefs également censés avoir servi pour les opérations de pluies provoquées.

La Rédaction

Source : La Révélation

MaliwebCorruptionMalijetmalijet commaliwebMaliweb Malijet Maliactu
Et pourtant dans notre parution du 9 octobre dernier notre rédaction avait relayé cette information. Dans la foulée de la lutte contre la corruption et de la délinquance financière, aux côtés de responsables épinglés pour leurs indélicatesses, se retrouvent des opérateurs mis en cause pour leurs complicités actives dans...