A quoi joue la justice malienne dans le traitement de l’affaire Adama Sangaré, maire du district de Bamako ? La question  vaut son pesant d’or si on sait que dans le droit pénal malien la liberté  est le principe  et la détention l’exception.

C’est sur la base de ce principe  universellement reconnu que les responsables  de la société  Energie du Mali,  à savoir le directeur général, Sékou Alpha Guittèye, et la responsable  des hydrocarbures, la dame Mafily Koné, ont été mis en liberté provisoire après paiement d’une caution  de 10 millions de FCFA pour la femme d’un responsable  syndical de l’Untm  et l’auteur principal dans ladite affaire, à savoir l’ancien patron de l’EDM,  Sékou Alpha Guittèye, un proche parent du président de la République  Ibrahim Boubacar Keïta. Curieusement, ce dernier contre lequel la démonstration a été  faite  est aujourd’hui en liberté  pour des raisons de santé. Selon nos sources, il aurait  été évacué à l’étranger. Or, une instruction  dans les règles de  l’art  nécessite sa présence qui est pour le moment incertaine.

Le même traitement de faveur  a été gracieusement accordé à la dame Mafily Koné, inculpée dans ladite affaire.

En effet,  après quelques séjours   à la prison pour femmes de Bollé,  elle a été  transférée dans une clinique médicale située sur la rive droite de Bamako, avant d’être mise en liberté provisoire.

Aujourd’hui, sur les quatre personnes inculpées  dans la fameuse affaire dite des hydrocarbures, il ne reste plus  que le maire du district de Bamako, Adama Sangaré  et le patron de la société  immobilière, Ifa-Baco, Mohamed Traoré.

Source: Journal Le Prétoire- Mali

MaliwebCorruptionJusticemaliweb
A quoi joue la justice malienne dans le traitement de l’affaire Adama Sangaré, maire du district de Bamako ? La question  vaut son pesant d’or si on sait que dans le droit pénal malien la liberté  est le principe  et la détention l’exception. C’est sur la base de ce principe  universellement...