Moustapha Ben Barka, Mohamed Bagayoko «Momo», Mama Lah, un certain Chine Lah, Danaya Business, Hady Niangadou, Oumar Niangadou dit «Petit Barou» et bien d’autres encore, tous ont, d’une manière ou d’une autre, profité de leur proximité avec Karim Kéïta pour détourner des milliards, dans le cadre de marchés publics, au détriment de l’Etat ou s’octroyer des avantages indus ou même se faire payer pour des marchés jamais exécutés. Les cas sont légion au ministère de la sécurité et de la protection civile où on parle également d’une dame qui se serait fait payer des millions pour un marché de véhicules dont aucun n’a encore été livré.

Ces gens sont tous, désormais, dans le collimateur du Comité national pour le salut du peuple (CNSP) et de la justice. Certains ont été interrogés au niveau du pôle économique et les recherches sont en cours pour d’autres. De ce qui nous a été rapporté, en tout cas, les détournements en rapport, surtout, avec l’armée et la loi de programmation et d’orientation militaire, seront tous élucidés.

Fidèle à ses habitudes : IBK abandonne son PM et «ses fils»

Jusqu’au bout, il n’a fait que trahir. Décidemment, l’ex-président de la République, celui qui n’aurait jamais dû accéder, ne serait-ce qu’une seconde, à la magistrature suprême de notre pays, ne sait faire que ça : trahir et blablater. Il vient de confirmer ce que nous écrivions sur lui, il y a de cela quelques années, à savoir son manque de courage. Voyez vous-mêmes, il s’est fait attraper dans son salon comme un mouton qui suit, docile, son maître, sans la moindre résistance. Tout le temps qu’il est resté à Koulouba, il n’a fait que plaider sa seule et unique cause jusqu’à obtenir son retour à la maison et son évacuation sanitaire à Abu-Dhabi. Il a laissé derrière lui, enfants, soutiens, parents, son Premier ministre, son fils Timbiné et même… Bouba.

Source : Nouvelle Libération

MaliwebCorruption
Moustapha Ben Barka, Mohamed Bagayoko «Momo», Mama Lah, un certain Chine Lah, Danaya Business, Hady Niangadou, Oumar Niangadou dit «Petit Barou» et bien d’autres encore, tous ont, d’une manière ou d’une autre, profité de leur proximité avec Karim Kéïta pour détourner des milliards, dans le cadre de marchés publics,...