vec la situation en cours, la question de la corruption semble « oubliée ». Depuis la fin du couvre-feu, l’organe dédié à combattre le fléau est dans un mutisme qui semble sonner son déclin. Un recul finalement mis à mal par le Gouvernement qui est toujours démissionnaire, depuis plus d’un mois.

L’Office Central de Lutte contre l’Enrichissement Illicite (OCLEI) semble être dans le coma. Alors que la structure multipliait les sorties fracassantes dans la foulée des coups de filets du ministre de la justice, la donne semble avoir changé. L’équipe de Moumouni Guindo fut épinglée par la Section des Comptes de la Cour Suprême en janvier. Trois (03) membres inclus le président de l’OCLEI qui avait tenté de mettre à nu certaines irrégularités financières du Premier ministre jouissaient d’une réception de fonds fictifs.

Un cumul de postes serait à l’origine car la structure basée à la place CAN bénéficiait illégalement de deux (02) traitements salariaux provenant de leurs corps d’origine respectifs cumulés aux indemnités consécutives à leur appartenance à l’Office Central de Lutte contre l’Enrichissement Illicite (…)

BAMOÏSA

Source: nouvelhorizonmali

MaliwebCorruptionmaliweb net
vec la situation en cours, la question de la corruption semble « oubliée ». Depuis la fin du couvre-feu, l’organe dédié à combattre le fléau est dans un mutisme qui semble sonner son déclin. Un recul finalement mis à mal par le Gouvernement qui est toujours démissionnaire, depuis plus...