Dans sa parution du mardi 17, le quotidien Info-Matin affirme que l’affaire Bakary Togola est politique. Sinon, affirme le journal depuis 2014, plusieurs affaires de détournement de fonds publics ont été signalés.


Parmi ces affaires qui alimentent la chronique scandaleuse quotidienne, on peut citer celles-ci :

1. L’achat de l’avion présidentiel et des équipements militaires (2014), à ce jour non élucidée ;

2. Le marché des engrais frelatés de 2015 ;

3. La scabreuse affaire de marché gré à gré de l’office du Niger ;

4. Le marché d’acquisition des aéronefs de l’armée (avions de transport et hélicos) ;

5. Le Marché de la rénovation et de l’équipement de Gabriel Touré ;

6. Les 3 milliards volatilisés au Ministère des Finances ;

7. L’affaire projet Soundjata où le promoteur voulait investir 50 milliards cfa dans l’énergie solaire ;

8. L’octroi des 100 millions devenu 50 millions à un religieux pour organiser une marche contre le pouvoir ;

9. Les 500 millions alloués au Chef de file de l’Opposition ;

10. Le dossier de 741 milliards détournés qui alimente la colère des partenaires techniques et financiers ;

11. Le dossier du Rapport 2018 du bureau du vérificateur général qui fait était de 10 vérifications effectuées, dont 7 dossiers transmis à la justice :
a-AMBASSADE DU MALI A OUAGADOUGOU (BURKINA FASO): Le montant total des irrégularités financières constatées s’élève à 1 836 065 838 FCFA.
b-AMBASSADE DU MALI A ABIDJAN (COTE-D’IVOIRE) ; dont le montant total des irrégularités financières s’élève à 166 287 446 FCFA.
c-AMBASSADE DU MALI A MADRID (ESPAGNE): le montant des irrégularités financières s’élève à 51 047 885 FCFA.
d-CONSULAT GENERAL DU MALI A DOUALA : le montant total des irrégularités financières s’élève à 133 687 909 FCFA.
e-AMBASSADE DU MALI A ROME (ITALIE) : le montant total des irrégularités financières constatées est de 284 151 956
FCFA.
f- Direction nationale de la santé : 77,4 millions FCFA d’achats de carburant non justifiés.
La direction nationale de la santé (DNS) et de l’hygiène publique a fait l’objet d’une vérification financière à l’issue de laquelle le bureau du vérificateur général a relevé 77,4 millions FCFA d’achats de carburant, sans justificatifs, aucun.
g- La Pharmacie Populaire du Mali n’a pas pu justifier la distribution de 64000 produits pharmaceutiques d’une valeur de 24,9 millions de FCFA.
h-Aéroports du Mali : Plus de 2 milliards CFA volatilisés
– 550 dollars US versés, par jour, à MAE (Mali Air Express), dont la convention est résiliée depuis 2013.
– 72,4 millions CFA payés à la société de gardiennage AEROSEC, sans contrat.
– 711 millions CFA d’écarts de passation de service entre les PDG.
– 891,6 millions CFA de créances non recouvrées.
– 147,6 millions CFA de dépenses fractionnées.
– 60,8 millions CFA, indûment, payés au cabinet de conseil fiscal Siaka Traoré.

A ces affaires, on peut ajouter :
a- L’audit des 1230 milliards destinés à la LOPM.
b. Les 190 milliards de recettes douanières et fiscales volatilisés de 2018 du trésor public.

Techniquement et juridiquement, on peut toujours dire que l’affaire n’est pas politique. Mais sans une volonté collective (gouvernement et partis politiques) d’engager une lutte globale contre la corruption, à travers des actions non discriminatoires, on peut difficilement convaincre le Malien lambda qu’il ne s’agit pas d’une croisade sélective et que l’affaire Bakary Togola n’est pas politique.

Source: djeliba24

MaliwebCorruptionSociété
Dans sa parution du mardi 17, le quotidien Info-Matin affirme que l’affaire Bakary Togola est politique. Sinon, affirme le journal depuis 2014, plusieurs affaires de détournement de fonds publics ont été signalés. Parmi ces affaires qui alimentent la chronique scandaleuse quotidienne, on peut citer celles-ci : 1. L’achat de l’avion présidentiel...