Désavoués  par 8 des 15 commissaires « pour indiscipline financière », le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), le magistrat Amadou Ba, et son  questeur, Dr Beffon Cissé, contre-attaquent. Ils s’expliquent et accusent !

Ils étaient, la semaine dernière,  face à la presse pour apporter leur version des faits en ce qui concerne la gestion des ressources allouées à l’organe de supervision des élections au Mali. Les deux hommes sont accusés  de magouille dans l’achat de véhicules et de détournement des primes et indemnités  des travailleurs de la boîte.

Rétablir la vérité et consolider l’image de la CENI

Le président Amadou Ba a soutenu que cette conférence de presse, au-delà de la clarification, a pour principal objectif de rétablir la vérité et de consolider l’image de la CENI. Selon lui, la crise provoquée par certains membres de la  structure ne se justifie pas ni en fait ni en droit. Il a fait comprendre que cette crise ne doit pas  pouvoir nuire à l’image de l’institution et celle du Mali. S’agissant de l’achat de véhicules, M. Ba a affirmé: « on n’a pas détourné de fonds. J’ai vu une seule fois le fournisseur. Nos fonds sont logés au ministère de l’Administration territoriale. C’est le département de  tutelle qui n’a pas respecté le délai de mise à disposition des fonds à la CENI. C’est tout  ce qui a faussé les plans initiaux. Il n’en est rien. Or, dès la conclusion du contrat du marché, la CENI devait payer les 30% des frais d’achats au fournisseur. Devant cette situation, il fallait les fonds destinés aux primes pour respecter les engagements pris avec le fournisseur et pour que celui puisse nous délivrer les cartes grises. Le département est au courant de toute notre démarche. Les primes seront payées dès que le ministère les mettra à notre disposition  ». Amadou a poursuivi en disant : « nous sommes les gardiens de la loi électorale. Je ne connais pas de frondeurs à la CENI. J’ai été insulté devant les étrangers malgré ma sagesse. Je ne suis pas venu créer des problèmes à la CENI. Pendant 34 ans de carrière, personne ne m’a traité de voleur ». Il a précisé que conformément à l’article 30  du règlement intérieur de la CENI, l’assemblée plénière peut se réunir  en session extraordinaire sur convocation  du Président  ou à la demande des 2/3 de ses membres. Dans ce cas, le délai de convocation est abrégé. Amadou Ba a indiqué que seul le ministère de l’Administration territoriale peut mettre fin à la mission de la CENI qui n’a pas de mandat fixe. Il a informé les journalistes que suite aux actes de vandalisme perpétrés contre son bureau, il a saisi le Procureur de la République pour que justice soit rendue et que réparation soit faite.

Le Questeur de la CENI, Beffon Cissé, a confessé que toutes les transactions financières sont vérifiables. Selon lui, chaque coordinateur reçoit les fonds pour une zone donnée.

Jean Goïta                                 

 

Source: La Lettre du Peuple

MaliwebPolitique
Désavoués  par 8 des 15 commissaires « pour indiscipline financière », le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), le magistrat Amadou Ba, et son  questeur, Dr Beffon Cissé, contre-attaquent. Ils s’expliquent et accusent ! Ils étaient, la semaine dernière,  face à la presse pour apporter leur version des faits en ce...