Après la désignation du Président de la transition, le Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) est monté au créneau pour contester la décision et affirmer sa non-participation au collège de désignation contrairement aux affirmations du Président du CNSP.

 

Depuis le lundi 21 septembre, le pays a son président de transition en la personne de l’ancien ministre de la Défense et des anciens combattants Bah N’DAW. Lui et le vice-président de la transition, Assimi GOITA prêteront serment le vendredi prochain. Ils ont été désignés par le collège mis en place par le Comité national pour le salut du peuple CNSP. Le choix de l’officier à la retraite pour diriger la transition est contesté par le M5-RFP.
Le jour même de la désignation du Président et du Vice-Président de la Transition, le M5, à travers son comité stratégique, s’est réuni pour analyser la situation. A l’issue de la rencontre, le Président du Comité stratégique du M5-RFP, Choguel Kokalla MAIGA a fait une déclaration à la presse dans laquelle il a affirmé que leur mouvement n’était pas représenté dans le Collège de désignation contrairement à ce qui a été dit par le CNSP.
« Nous avons entendu dans un communiqué lu sur l’ORTM que le collège qui a désigné le Président et Vice-Président de la Transition aurait en son sein deux représentants du M5. Cela ne correspond pas à la vérité. Le M5 n’a pas siégé dans ce collège. Le M5 a saisi par écrit le Président du CNSP pour lui demander de désigner ses deux représentants au sein du collège qui à son tour devrait choisir le Président et le Vice-Président de la transition », a indiqué Choguel Kokalla MAIGA.
Pour le porte-parole du M5, ils ont posé des conditions à leur participation au choix du Président et du Vice-Président de la Transition dans un courrier qui est resté sans réponse. Parmi ces préalables, le M5 demandait les informations suivantes : la composition du collège, la qualité de ceux qui y participent, la clé de participation, les critères de désignation du Président et du Vice-Président, a-t-il précisé. Aussi, le M5 a demandé au CNSP de rendre publique la version finale issue des travaux entre les experts du CNSP et du M5. L’ancien ministre regrette qu’à ce jour ce courrier soit sans réponse.
M. MAIGA a également déploré que tout ce qui a été convenu entre eux et le CNSP a été biffé tout en dénonçant l’attitude des militaires tendant à récupérer leurs délégués en vue de leur participation au travail du collège.
Pire, poursuit-il, il n’y a pas eu de débat, aucun document, aucun échange, a affirmé Choguel Kokalla MAIGA. Des informations qui leur ont été rapportées par l’Imam Mahmoud DICKO, autorité morale du mouvement. Ce dernier aurait affirmé sa surprise de constater l’absence du M5 dans la salle.
Et d’après Choguel Kokalla MAIGA, l’Imam DICKO a déclaré : « la décision qu’ils viennent de prendre relève de leur seule responsabilité face au peuple malien et face à leur histoire ».

Par Sikou BAH

Source : INFO-MATIN

MaliwebPolitique
Après la désignation du Président de la transition, le Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) est monté au créneau pour contester la décision et affirmer sa non-participation au collège de désignation contrairement aux affirmations du Président du CNSP.   Depuis le lundi 21 septembre, le pays a son président...