Des thématiques liées à la « Paix, Sécurité et Cohésion sociale », « Politique et Institutionnel », la « Gouvernance » le « Social » l’ »Economie et Finances », et « Femme, Jeunesse, Culture et Sport » sont les sujets qui ont fait l’objet de réflexion par des cadres du RPM le samedi 9 novembre 2019 au CICB.

 

C’était sous la présidence du Dr Bocary Tréta, président du RPM, en présence des cadres du parti, notamment les anciens ministres Pr Abinou Témé, Nankouma Kéita, Mme Oumou Ba, Abdrahamane Sylla, l’honorable Mamadou Diarrasouba, le Chef de cabinet du ministre de l’Enseignement supérieur M. Abdoulaye Magassouba. Cette rencontre entre dans le cadre des préparatifs du dialogue national inclusif initié par le Chef de l’Etat pour re-panser les plaies qui minent le pays.

Selon le président du parti présidentiel, les grands lignes des thématiques en débats sont l’œuvre du bureau politique qui, après avoir participé à divers foras, a jugé mieux d’en faire une synthèse. Dr Bokary Tréta a indiqué que le RPM mènera toute action auprès de toutes les composantes de la société pour que le dialogue dont les préparatifs sont en cours requière une « participation inclusive ».

Il a fait comprendre à ses camarades qu’en ces périodes difficiles pour le Mali, l’union sacrée entre les filles et fils est un impératif. Pour un tant soit peu, que chacun s’oublie, pour mettre le Mali au-dessus de tous.

Dr Tréta est resté intraitable face à la sortie récente de l’opposition au sein du FSD qui ‘’veut dénoncer la responsabilité du chef de l’Etat dans la gestion de la crise’’. A ses dires, cette opposition n’a été capable nulle part de prouver qu’elle a gagné les élections présidentielles de 2018 et aucun observateur international n’a attesté que dans telle région du Mali l’opposition a gagné là où potentiellement l’opposition était incapable de gagner.

« Depuis 2017-2018, l’opposition a travaillé à préparer les opinions. Une opposition qui n’a pas gagné est obligée de rentrer dans les rangs. Elle refuse de rentrer dans les rangs et veut s’imposer à la majorité, c’est là le deuxième paradoxe de notre opposition. Elle va seulement non dénoncer, mais au-delà de dénoncer elle va agir. Nous sommes tous des démocrates, des Républicains », a déclaré Dr Tréta.

Pour le président du parti présidentiel, l’action se trouve dans les institutions, l’Assemblée Nationale et le dialogue national inclusif. Et Dr Bocary d’expliciter que le dialogue national inclusif est initié par le PR pour que tous ceux qui ne se sentent pas dans les institutions de la République viennent s’exprimer.

« Là l’opposition ne veut pas venir, parce qu’elle a choisi la rue, la rue parce qu’elle n’a pas gagné, elle ne peut pas s’imposer à la majorité, donc il fallait donc déstabiliser, aller chercher le pouvoir par la rue. L’opposition malienne est une opposition déstabilisatrice. Et quand je dis opposition malienne, j’ai du profond respect pour l’opposition démocratique, pour l’opposition républicaine. Mais, il y a une certaine opposition au Mali qui est incapable de gagner par la voie des urnes, qui prétend gérer le pays, et qui, in fine, devient une opposition putschiste », a-t-il. 

Cyril  ADOHOUN

L’Observatoire

MaliwebPolitique
Des thématiques liées à la « Paix, Sécurité et Cohésion sociale », « Politique et Institutionnel », la « Gouvernance » le « Social » l’ »Economie et Finances », et « Femme, Jeunesse, Culture et Sport » sont les sujets qui ont fait l’objet de réflexion par des cadres du RPM le samedi 9 novembre 2019 au CICB.   C’était sous la...