La Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) et la Plateforme n’ont pas d’objection « à un éventuel retour  au Dialogue national inclusif » et demandent la «création dans les meilleurs délais d’un cadre approprié pour discuter sérieusement des modalités de leur future participation à cette étape du processus», a appris l’AMAP de source officielle.

 

Dans un communiqué conjoint, en date du 3 décembre 2019, la CMA et la Plateforme, renouvellent, cependant, « au président de la République et au Triumvirat que toute discussion relative à la relecture de l’accord doit se faire conformément aux dispositions de l’article 65 qui stipule : «Les dispositions du présent accord et de ses annexes ne peuvent être modifiées qu’avec le consentement express de toutes les parties signataires du présent accord et après avis du comité de suivi».

La CMA et la Plateforme, déclarent avoir « pris acte du discours du président de la République à l’occasion de son adresse à la nation le samedi 30 novembre 2019 » dans lequel il invite les deux parties à reprendre leur participation aux travaux du Dialogue national inclusif». Elles indiquent, également, avoir pris acte de la convocation de la session du Comité de suivi de l’Accord (CSA) annoncée pour le 11 décembre 2019 et de son report.

A ce propos, les deux parties réitèrent la demande de la tenue d’une réunion préparatoire pour clarifier l’ensemble des questions pendantes, notamment la question de la gouvernance de l’accord, du règlement de la question de représentation de la Plateforme au sein du CSA et d’autres aspects connexes.

La CMA et la Plateforme, tout en réitérant leur disponibilité à œuvrer pour une reprise diligente de discussions constructives, «espèrent une réponse ponctuelle à leurs préoccupations».

MD

(AMAP)

MaliwebPolitique
 La Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) et la Plateforme n’ont pas d’objection « à un éventuel retour  au Dialogue national inclusif » et demandent la «création dans les meilleurs délais d’un cadre approprié pour discuter sérieusement des modalités de leur future participation à cette étape du processus», a appris l’AMAP...