Le gouvernement Trudeau ne prolongera pas la mission de maintien de la paix du Canada au Mali, malgré l’appel direct des Nations Unies pour qu’elle reste plus longtemps afin d’éviter une interruption dans l’organisation des évacuations médicales permettant de sauver des vies.


Lors d’une conférence de presse tenue à New York à l’issue d’une importante conférence sur le maintien de la paix, la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a déclaré que le Canada avait promis aux militaires de rester au Mali pendant un an – et c’est ce qu’ils vont faire.

«Il est important pour nous de tenir notre parole», a-t-elle déclaré. «Pour tenir notre parole aux Canadiens. Pour tenir notre parole à l’ONU. Pour tenir notre parole aux partenaires du monde entier. Et tenir notre parole au Mali. Et c’est exactement ce que nous avons fait » signale-t-elle.

“Nous avons dit que nous serions au Mali pendant un an et c’est un engagement que nous tiendrons” a-t-elle précisé.

Cependant, il est peu probable que la décision soit prise par l’ONU et certains des partenaires du Canada au Mali, où des hélicoptères des Forces canadiennes assurent des évacuations médicales d’urgence aux soldats de la paix et au personnel des Nations Unies blessés depuis le mois d’août.

Les huit hélicoptères canadiens et les 250 militaires au Mali doivent cesser leurs opérations le 31 juillet, mais leurs remplaçants en Roumanie ne seront pas prêts à prendre la relève avant la mi-octobre.

Mais les responsables de l’ONU avaient ardemment espéré que le gouvernement Trudeau, qui a affirmé à plusieurs reprises son soutien au maintien de la paix au cours des années, accepterait leur demande d’étendre la mission au Mali.

L’ONU a écrit le mois dernier dans une lettre dans laquelle elle demandait au gouvernement “d’envisager une courte prolongation de sa contribution”, plus précisément de poursuivre ses opérations jusqu’au 15 septembre et de limiter leurs opérations jusqu’à l’arrivée des Roumains.

L’organisation avait demandé une réponse au plus tard la semaine dernière, mais le Canada avait demandé deux semaines supplémentaires pour examiner cette demande, qui semblait lui avoir donné le temps d’attendre toute annonce après le sommet de maintien de la paix de vendredi.

Des politiciens avaient indiqué que l’ONU pouvait combler le fossé entre le départ du contingent canadien et l’arrivée des Roumains avec des entrepreneurs civils, comme ce fut le cas par le passé.

Ils ont également suggéré que le Canada soutienne réellement les Nations Unies en respectant son calendrier pour mettre fin aux opérations à la fin du mois de juillet, tout en minimisant les préoccupations des Nations Unies au sujet de cet écart.

L’ONU, qui doit faire face à des budgets de maintien de la paix réduits, affirme qu’une courte prolongation par le Canada serait plus rentable étant donné que le Canada dispose déjà de la population et de l’équipement nécessaires à la mission au Mali.

Les hélicoptères civils ne sont pas non plus en mesure de fournir le même niveau de traitement médical complet que les Canadiens sont conçus pour offrir, a indiqué l’ONU, et sont plus limités en ce qui concerne le moment où ils peuvent opérer.

Les critiques ont souligné que le refus des libéraux de prolonger la mission au Mali est emblématique de l’incapacité du gouvernement à tenir sa promesse plus large de soutenir l’ONU et le maintien de la paix.

«Nous nous dépêchons d’aider la Lettonie, l’Ukraine et l’Iraq, mais pas le Mali», a déclaré Jocelyn Coulon, expert en maintien de la paix à l’Université de Montréal, qui a conseillé le prédécesseur de Mme Freeland au poste de ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion.

«C’est une trahison de la politique de maintien de la paix que ce gouvernement a adoptée à l’été 2016 … Pourquoi est-il si difficile d’aider à réduire l’écart entre le Canada et la Roumanie au Mali pendant deux mois?»

Mme Freeland a insisté sur le fait que «l’ONU et ses pays partenaires apprécient l’engagement énergique du Canada dans le maintien de la paix», ajoutant que le gouvernement canadien travaille avec la Roumanie pour assurer un transfert sans heurts.

Kibaru

 

MaliwebDiplomatie
Le gouvernement Trudeau ne prolongera pas la mission de maintien de la paix du Canada au Mali, malgré l’appel direct des Nations Unies pour qu’elle reste plus longtemps afin d’éviter une interruption dans l’organisation des évacuations médicales permettant de sauver des vies. Lors d'une conférence de presse tenue à New...