En début de semaine écoulée, les tensions se sont ravivées au sein de l’opposition. Une situation qui met à mal l’ancien PM qui « meurt » politiquement à l’Assemblée. Désormais, Modibo Sidibé et Moussa Mara ont un nouveau point commun : ils n’existent plus à la représentation nationale. Alors que le premier a été lâché par ses anciens camarades de la majorité, le président des FARE subit les conséquences de son divorce avec Soumaila Cissé.

 

En effet, c’est bien au parti du chef de file de l’opposition que l’honorable Bakary Woyo Doumbia a migré. L’URD se renforce ainsi à Bougouni d’un second député. L’ancien collaborateur de Modibo Sidibé renforce ainsi Seydou Diawara, alors unique député élu du parti de la Poignée des mains.

Ce coup bas qui affaibli le parti FARE confirme la bonne santé du principal parti de l’opposition. Après Racine Thiam et dernièrement la présidente des femmes du RPM de France, l’arrivée du député Bakary Woyo renforce Soumaila Cissé dans sa conviction que les rôles et les positions vont s’inverser dans l’attribution des 500 millions qui reviennent de droit au chef de fil de l’opposition.

Par ailleurs, l’incidence immédiate de ce départ est que les FARE ne disposent plus de représentant parlementaire. Modibo Sidibé devra se contenter de son siège et de la Maison de la Presse essentiellement pour donner de la voix.

Il faudra attendre la fin de l’année pour prétendre retrouver un répondant à l’hémicycle. Le chemin sera long car il passe d’abord par le défi de la présidentielle. L’opinion attend de voir si une alliance entre l’URD et les FARE sera au menu ou si les choix seront définitivement opposés.

Au niveau de Bougouni les forces sont plutôt équilibrées avec 2 députés de la CDS et autant pour l’URD. Autrement dit un derby entre la majorité et l’opposition où le parti de Blaise. Des échos du Banimonitié révèlent que Bakary Woyo avait au préalable échangé avec un élu du parti du Cheval blanc. Mais les  conditions de ce dernier étant inacceptables, les entrées à l’URD sont apparues plus confortables pour le député transhumant qui ne s’est point fait prier. Les prochaines empoignades politiques à Bougouni sont dans tous les cas prometteuses dans les semaines à venir.

A Modibo Sidibé de relever désormais le défi de la représentativité que lui a lancé Soumaila Cissé.

Idrissa Keita

Le Témoin

Maliwebmaliweb netPolitiquemoussa mara
En début de semaine écoulée, les tensions se sont ravivées au sein de l’opposition. Une situation qui met à mal l’ancien PM qui « meurt » politiquement à l’Assemblée. Désormais, Modibo Sidibé et Moussa Mara ont un nouveau point commun : ils n’existent plus à la représentation nationale. Alors que le premier a...