Dr Clément Dembélé, Président du Mouvement Ensemble, non moins professeur d’université, a animé une conférence de presse, le 30 août dernier, à son domicile sis à Banconi en commune 1 du district de Bamako. Il a évoqué au cours de cet échange avec les hommes de média, le projet de révision constitutionnelle, le retour du Gouverneur à Kidal, les 4 ans de gestion du Président IBK.

clement Dembele president Mouvement Ensemble

D’entrée de jeu, le jeune professeur d’université a rendu un hommage appuyé aux journalistes qui constituent, selon lui, les premiers fils de la démocratie malienne. « La priorité n’est pas la révision constitutionnelle », a-t-il dit.Selon lui, cette révision constitutionnelle a démontré trois choses majeures : l’évolution sociopolitique de la société malienne, la fragilité du processus démocratique et la réaffirmation de la démocratie populaire. « Diriger le Mali ne dépendra plus de l’avis de quelques experts », a-t-il souligné. Pour le président du Mouvement Ensemble, le Malien reste toujours attaché à sa patrie. « Les jeunes ont montré que la révolution de 1991 n’était pas achevée », a-t-il dit en fustigeant une aristocratie qui a pris en otage le Mali. Aux dires de cet universitaire, il y avait les prémices de la contestation populaire qui n’ont pas été détectées par certains. Il affirme que l’Etat s’est trouvé coincé en quelques secondes, en décembre 2016, lors de la prétendue signature de l’Accord sur l’immigration avec l’Union Européenne.

 « Les Maliens demandent qu’on prenne leurs avis. Il faut avoir le courage politique de donner le temps aux Maliens de dire ce qu’ils pensent. C’est un grand peuple de maturité qui a besoin qu’on le concerte. On ne peut pas diriger le peuple sans le peuple…on ne peut pas gérer un pays dans un tour d’ivoire…Le destin d’un peuple appartient à ce peuple lui-même…il faut écouter les Maliens. Il faut comprendre les Maliens… Le peuple malien n’acceptera plus de consommer le mensonge….Le peuple malien a le sentiment d’une traitrise intime», a expliqué Dr Clément Dembélé qui dresse un tableau sombre de la pratique politique au Mali. « Le drame du Mali repose sur le fait que la politique est devenue alimentaire. Le drame du Mali repose sur le fait que l’homme politique est devenu un menteur », a-t-il insisté.

Sur le déplacement du gouverneur à Kidal, il dira que c’est un grand pas. « C’est un grand pas mais cela ne suffit pas », a-t-il souligné. Tout en saluant les populations de la 8ème région administrative du Mali, le conférencier dira que « Kidal ne sera pas une région paisible s’il ne fait pas partie du Mali ». PoursortirdecettesituationactuelleDrDembéléenappelleàunesynergied’actions. « Le Mali ne s’en sortira pas sans un consensus national », a-t-il fait savoir.Il lance un appel à l’opposition politique. « L’opposition aura son salut dans l’unité ». Le Président du Mouvement Ensemble plaide pour plus de transparence, de justice sociale, une meilleure gestion de l’exploitation minière, une transition énergique vers les énergies renouvelables.

Pour lui, le problème n’est pas le contenu de l’Accord pour la paix et la réconciliation mais le processus qui a abouti à la signature de ce document. Il évoque les quatre ans de la gestion du Président avec un brin d’humour. « La gestion n’est pas bonne mais il y a eu des efforts. Ça reste un échec », a-t-il dit.

En réponse à la question d’un confrère sur ses ambitions présidentielles, Dr Clément Dembélé affirme que sa priorité est de voir les maliens rassemblés, d’informer les maliens et de les former. « Ensemble, nous devons construire un projet de société commun », a souligné celui qui descend régulièrement dans le pays profond pour aller à la rencontre des populations. Il veut d’abord comprendre les maliens et les sentir.

Chiaka Doumbia

Source: Le Challenger

 

MaliwebMaliweb Malijet MaliactuPolitique
Dr Clément Dembélé, Président du Mouvement Ensemble, non moins professeur d’université, a animé une conférence de presse, le 30 août dernier, à son domicile sis à Banconi en commune 1 du district de Bamako. Il a évoqué au cours de cet échange avec les hommes de média, le projet...