Prorogé suite à l’Avis n°2018-02/CCM du 12 octobre 2018 de la Cour constitutionnelle, le mandat des députés arrive à terme le 30 juin prochain.

 

Quelle alternative au vide parlementaire ? Le Président IBK va-t-il rester seul maitre à bord pour gouverner par ordonnances ? Faute de pouvoir organiser des législatives d’ici l’échéance, « le gouvernement se dit disposé à proroger à nouveau le mandat des députés ». Premier des leaders de premier plan à prendre position, Alou Boubacar DIALLO de ADP-Maliba, arrivé troisième à la dernière présidentielle «estime que la situation électorale de 2013 n’a plus de légitimité surtout depuis la tenue d’un scrutin majeur en juillet 2018. Ce scrutin qui a vu émerger voire même confirmer le poids de certaines nouvelles forces politiques ne peut être ignoré.

Par contre, si l’on s’en tient à proroger une fois de plus le mandat des députés, nous nous retrouverions à nouveau dans la configuration d’une Assemblée Nationale de 2013 qui n’est plus du tout représentative des forces politiques en présence au Mali. On ne peut pas continuer à fonctionner sur de fausses bases et espérer trouver un résultat différent. » L’objection du troisième homme de la présidentielle a suscité débats et réactions. C’est le sujet du Facebookan de ce jeudi 23 mai 2019.

Khadijetou Fofana : « un barrage pour la paix et la prospérité »

La prolongation du mandat des députés bloquera le succès à la réconciliation et au dialogue national. Un barrage pour la paix et la prospérité. Merci mon président d’avoir insisté sur la fin du mandat des députés en juin et surtout la participation de l’ADP Maliba à la recherche des solutions pérennes pour la paix le développement de notre mère patrie.

Abdoul Koureichy : « il faut renouveler l’Assemblée »

Je suis du même avis que vous, il faut absolument renouveler l’assemblée pour qu’elle soit représentative sinon elle est devenue caduque

Traoré Siaka : « kuma gnèna »

Kuma gnena. Si nous sommes dans un État démocratique, le gouvernement doit prendre en compte les exigences de celui-ci. Dans un moment important pour l’évolution de la scène politique, on ne doit pas laisser cette chance pour une meilleure vie politique au Mali.

Yaya N’diaye : « Bill peut être une chance »

Je pense que la nomination du grand frère Bill à ce poste peut constituer une chance eu égard à son expérience politique et à son indépendance d’esprit.

Il faut d’ailleurs féliciter le Président de la République pour ce choix osé.

Hassane Gakou : « nous attendons les législatives »

C’est très clair, nous attendons l’élection législative et ils continuent de jouer avec notre politique.

Idrissa Doumbia : « je n’espère plus… »

Je n’espère plus sur la tenue d’une élection législative durant le reste de ce mandat.

Zan Sangaré : « laissez les députés continuer… »

Merci, bon courage du cinéma. Vous n’aimez pas le pays. Les pauvres innocents sont en train de mourir tous les jours, pitié, l’insécurité est partout, vous êtes en train de chercher de la place. Dans quel village, ville on peut organiser une élection. Vous avez l’argent, je dis non, laissez les députés continuer nous sommes en guerre.

Mamadou Konaré : « je pense que ça n’a pas de sens »

N’oublions pas aussi que les acteurs majeurs de la crise sociale qui ont chassé SBM n’ont pas été consultés pour la mise en place du gouvernement. En tout cas les réalités du Mali de 2019 sont différentes de celles de 2013. Donc vouloir proroger le mandat des députés, alors qu’ils prétendent organiser un référendum constitutionnel je pense que ça n’a pas de sens. Car, ce régime tient beaucoup à satisfaire la communauté internationale au détriment du peuple malien…

Info Matin

MaliwebPolitique
Prorogé suite à l’Avis n°2018-02/CCM du 12 octobre 2018 de la Cour constitutionnelle, le mandat des députés arrive à terme le 30 juin prochain.   Quelle alternative au vide parlementaire ? Le Président IBK va-t-il rester seul maitre à bord pour gouverner par ordonnances ? Faute de pouvoir organiser des législatives...