Lancé en 1973 à Paris, à l’initiative des Présidents Hamani Diori (Niger) et Georges Pompidou (France), le Sommet réunissait, au départ, la France et les Etats africains francophones (anciennes colonies). Il a évolué au cours des dernières années avec la participation des pays lusophones et anglophones, pour finir par s’imposer comme l’un de rendez-vous le plus régulier et le plus important de l’agenda diplomatique international.

 francois hollande president francais ibrahim boubacar keita ibk president visite malien visite etat entretien

Le présent Sommet, 27ème du genre que notre pays va accueillir dans 48 heures, sur le thème : « Sommet de Bamako pour le partenariat, la paix et l’émergence » est particulier. En effet, il y’a trois ans, lorsque les Chefs d’Etat et de Gouvernement de France et d’Afrique, réunis à Paris, décidaient de confier au Mali l’organisation du 27ème Sommet Afrique-France, nombreux étaient sceptiques sur les capacités de notre pays à relever le défi dans le contexte qui était le sien. Mais grâce à Dieu, aux efforts du Gouvernement et à l’implication personnelle de SEM Ibrahim Boubacar KEITA, Président de la République, Chef de l’Etat, et de façon générale grâce à la mobilisation de tout le peuple, notre pays est fin prêt pour accueillir nos hôtes français et africains ainsi que tous ceux qui nous font l’honneur d’être parmi nous, ces deux jours.

A ce jour, plus d’une soixantaine de délégations et une trentaine de chefs d’Etat et de gouvernement africains ainsi que le président français ont confirmé leur participation et sont attendus au Sommet de Bamako pour le Partenariat, la Paix et l’Emergence. Il se tiendra sous la co-présidence de MM. Ibrahim Boubacar Keita, Président de la République du Mali et François Hollande, Président de la République Française.

L’organisation d’un tel événement nécessite la mobilisation de gros moyens :

Sur le plan organisationnel, un certain nombre de routes, d’hôtels, de monuments et d’autres infrastructures ont été construits et rénovés dans plusieurs communes du District de Bamako, tout comme l’Aéroport International Modibo Keita Senou.

Sur le plan de la couverture médiatique, on note les installations de l’ORTM, notamment le car à 12 cameras qui ravitaille le nodal, les équipements audio-visuels mis en place dans le cadre de l’accueil des délégations à l’aéroport international Modibo Keita Senou, le libre accès de l’internet dans la zone ACI 2000, le CICB et les zones aéroportuaires dont la fourniture est assurée par l’AGETIC. L’AMAP alimente également en informations les autres agences pendant la durée du Sommet. L’ORTM est le télédiffuseur hôte du sommet en ce sens qu’elle a l’exclusivité des images et sons.

Sur le plan sécuritaire et pour parer à toutes menaces éventuelles, un important dispositif sécuritaire a été déployé sur les sites devant abriter le Sommet et ses alentours.

Au titre des activités du Sommet, le programme conçu à cet effet, prévoit une cérémonie solennelle d’ouverture ainsi que des séances à huis-clos sur des thématiques portant sur les défis majeurs à la paix et à la sécurité ainsi que sur l’émergence pour une croissance partagée créatrice d’emplois. Une déclaration finale sanctionnera les travaux de la Conférence.

Le sommet sera précédé d’une réunion ministérielle préparatoire (13 janvier) et d’événements parallèles, à savoir le Forum des jeunes (12 janvier) et le Forum économique (13 janvier).

Pour le Mali et sa diplomatie, ce sommet représente une opportunité de s’affirmer sur la scène internationale et de renforcer davantage les excellentes relations qu’il entretient avec la France, partenaire stratégique, ainsi qu’avec les pays frères africains, tant aux plans bilatéral que multilatéral.

 

Sommet de Bamako pour le Partenariat, la Paix et l’Emergence

L’Afrique et la France, un destin commun

Bamako, la capitale politique et économique du Mali accueille à partir de ce 13 janvier 2017 le 27è sommet Afrique-France conformément à une décision prise à l’issue du Sommet de l’Elysée (décembre 2013) sur la Paix en Afrique à laquelle prenait part le président malien son Excellence Ibrahim Boubacar Kéita nouvellement investi de ses charges.

Cette décision inattendue a été acceptée avec honneur par le président IBK au nom du Mali et de tous ses pairs africains nonobstant la situation sécuritaire fragile et volatile connue de tous à l’époque.

Après quelques années de préparation, le Mali accueillera dans quelques heures la France et l’Afrique au bord du Djoliba avec un honneur et une fierté qui n’égale que les hauts faits d’histoire et de civilisation d’un peuple épris de paix, de bravoure et d’hospitalité. Les commentateurs parleront même de chance et de succès diplomatique avéré, notre pays ayant été le seul à abriter le sommet à deux reprises dans un intervalle de douze ans sur le continent.

Dans le cadre de l’organisation, le Mali a joué également la carte de l’innovation et de l’inclusivité des peuples en organisant plusieurs activités associées en plus des aspects de mobilisation sociale, de contenu politique et technique ainsi que de couverture médiatique. Quant au volet sécuritaire, il s’agit d’un volet spécifique piloté avec la plus grande importance par plusieurs forces spéciales.

La ville de Bamako a elle-même fait peau neuve à travers des aménagements urbains, un plan de circulation et un nouveau pavillon à l’Aéroport de Bamako. Au delà, un village artisanal a été inauguré au palais de la culture en plus des initiatives d’assainissement impliquant les communes du district, les usagers du fleuve Niger et les transporteurs urbains.

Le sommet  de Bamako co-préparé par la France et le Mali enregistrera la participation de quelques 3 000 invités, 35 Chefs d’Etat et de gouvernement au moins ainsi que les plus hauts dirigeants de la communauté africaine et internationale à savoir l’UEMOA, la CEDEAO, l’UA, l’OIF, le FMI, la Banque mondiale, les Nations Unies, l’Union Européenne, etc.

Au titre des activités du Sommet, le programme conçu à cet effet prévoit une cérémonie solennelle d’ouverture ainsi que des séances à huis-clos sur des thématiques portant sur les défis majeurs à la paix et à la sécurité ainsi que sur l’émergence pour une croissance partagée créatrice d’emplois. Une déclaration finale sanctionnera les travaux de la Conférence.

Par ailleurs, le sommet de Bamako comprend en son sein un Forum économique, un Forum des jeunes (12 janvier), un Forum genre et développement, une conférence des premières dames et plusieurs animations culturelles décentralisées.

Pour le Ministre malien des affaires étrangères, de la coopération internationale et de l’intégration africaine, SE Abdoulaye DIOP, le thème du Sommet, a été choisi de commun accord par les Présidents KEITA et HOLLANDE. Il s’agira d’élaborer des positions concertées face aux grands défis que constituent la consolidation de la paix et de la sécurité dans le monde, la croissance inclusive du continent africain, ainsi que le renforcement soutenu du partenariat multidimensionnel entre l’Afrique et la France.

Lancé en 1973 à Paris, à l’initiative des Présidents Hamani Diori (Niger) et Georges Pompidou (France), le Sommet réunissait, au départ, la France et les Etats africains francophones (anciennes colonies). Il a évolué au cours des dernières années avec la participation des pays lusophones et anglophones, pour finir par s’imposer comme l’un de rendez-vous le plus régulier et le plus important de l’agenda diplomatique international.

Source: BIP -MAECIIA

Le Chef du Bureau de l’Information et de la Presse

Monsieur. Drissa DIOUARA Journaliste-Réalisateur

Contacts : 79 19 56 18 – 60 96 15 05

E-mail : d.diouara@diplomatie.ml

 

La rédaction

MaliwebPolitique
Lancé en 1973 à Paris, à l’initiative des Présidents Hamani Diori (Niger) et Georges Pompidou (France), le Sommet réunissait, au départ, la France et les Etats africains francophones (anciennes colonies). Il a évolué au cours des dernières années avec la participation des pays lusophones et anglophones, pour finir par...