Arrivé hier mercredi dans notre capitale, l’ancien Président Nigérian et médiateur dans la crise malienne veut constater la mise en œuvre effective des organes de la transition. Hier dès son arrivée, il a échangé avec plusieurs diplomates européens,  du conseil de sécurité et africains.

 

 « …la levée des sanctions n’est pas le problème. La CEDEAO ne veut aucune sanction dans aucune partie de la communauté… c’est assez dommage que ça doive être fait. La CEDEAO est impatiente de faire cette déclaration. Le Président du Ghana est la personne qui fera la déclaration. Je crois que vendredi après l’investiture, il fera probablement cette déclaration. Je ne suis pas le seul à faire cette déclaration… », a déclaré Goodluck Jonathan à sa descente d’avion à l’aéroport international Président Modibo Keita.

Il est venu conformément à l’annonce faite par les chefs d’État au Ghana la semaine dernière. Sa présence peut accélérer la mise en place des organes de la transition. Notamment la nomination du Premier ministre du gouvernement de la transition.

Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies, M. ANNADIF a participé à cette rencontre à l’hôtel Salam (Bamako). C’est une réunion du Comité mis en place par la CEDEAO, chargé du suivi de l’évolution de la crise au Mali (Comité de suivi). La délégation de la CEDEAO était conduite par le médiateur, S.E.M. Goodluck Jonathan, ancien Président du Nigéria, accompagné par la Présidente du Conseil des ministres de la CEDEAO, l’Honorable Shirley Ayorkor BOTCHWAY, et le Président de la Commission de la CEDEAO, S.E.M. Jean-Claude KASSI BROU.

Ils ont fait le point sur la situation au Mali, avant les autres rencontres prévues lors de la visite de la délégation. Ce jeudi, le Nigérian va rencontrer le CNSP et le président de la transition Colonel major Bah N’Daw.

Mais selon des indiscrétions, le CNSP et le M5-RFP devraient se rencontrer hier nuit, certainement pour peaufiner le choix du Premier ministre qui devrait si l’on ne se trompe pas revenir au M5-RFP, mouvement responsable de la chute d’IBK.

Bourama Kéïta

LE COMBAT

MaliwebPolitique
Arrivé hier mercredi dans notre capitale, l’ancien Président Nigérian et médiateur dans la crise malienne veut constater la mise en œuvre effective des organes de la transition. Hier dès son arrivée, il a échangé avec plusieurs diplomates européens,  du conseil de sécurité et africains.    « …la levée des sanctions n’est...