Gouvernement: Moussa Mara succède à Oumar Tatam Ly démissionnaire

April 7, 2014 5:46 am 0 comments

Membre du gouvernement Oumar Tatam Ly, il a voulu déclarer son patrimoine, mais s’est retrouvé en minorité. Les autres membres du gouvernement n’ont pas voulu souscrire à cette exigence constitutionnelle. La solidarité gouvernementale l’a obligé à garder profil bas. Ne pas rééditer cet exploit qui consiste à être le seul maire à avoir publié son patrimoine.

Moussa Mara  ministre Urbanisme Politique ville
Le président du parti Yéléma (changement en français), créé en juillet 2010, a été candidat à l´élection présidentielle du 28 juillet 2013 et a obtenu 1,5 % des voix. Le désormais plus jeune des Premiers ministres de l’histoire du Mali à seulement 39 ans donne l’image d’être un homme sobre et modeste, d’un commerce facile, intelligent et très attaché aux valeurs religieuses (musulmanes). Ministre, il continue de fréquenter son  » grin  » et demeure toujours ponctuel aux prières matinales de cinq heures ; comme il fait preuve d’une présence assidue aux heures matinales au bureau. Ces premiers rendez-vous de la journée sont souvent fixés à son bureau du ministère de l’Urbanisme et de la politique de la ville à six heures. Si vous arrivez avec un peitit retard, vous constaterez à votre dépens que le ministre est déjà sur d’autres dossiers. Il serait doué d’une grande capacité de travail jusqu’à des heures tardives.
En 2004, le président de Yelema avait présenté une liste indépendante de jeunes aux élections communales dans la commune IV de Bamako mais elle est invalidée par le tribunal administratif car aucun candidat n’est inscrit sur la liste électorale.
En 2007, le fils de Joseph Mara (ancien ministre de la Justice sous le dictature du général Moussa Traoré, son parrain) se présente avec une liste indépendante et met en ballottage celle d’Ibrahim Boubacar Keïta, président du Rassemblement pour le Mali (RPM). Il est battu au second tour en obtenant 48,5 % des voix.
Lors des élections communales du 26 avril 2009, Moussa Mara présente une liste indépendante dans la commune IV de Bamako qui arrive en tête avec 14 sièges sur 413. Le 30 juillet 2009, saisi par plusieurs candidats pour des irrégularités, le tribunal administratif annule les élections dans la commune IV. L’annulation du scrutin est confirmée le 26 novembre 2009 par la Cour suprême.  Lors de l’élection partielle du 6 février 2011, la liste du parti Yéléma conduite par Moussa Mara arrive largement en tête et obtient 19 des 41 sièges à pourvoir. Le 7 mars 2011, il est réélu maire de la commune IV par le conseil municipal. Toute chose qu’il avait prédite, défiant ainsi ses adversaires politiques. Soutenu par les élus de l’URD de Soumaïla Cissé et du MPR, il obtient 28 voix contre 13 pour son adversaire Alfousseini Kanté de l’Adéma. Il sera le maire qui a acquis une forte popularité dans sa commune, où réside du reste, un certain Ibrahim Boubacar Kéita. Sa nomination comme Premier ministre est la preuve de l’estime que ce dernier lui porte. Faut-il rappeler qu’aux législatives de 2007, Moussa Mara a failli de peu l’emporter sur le député sortant Ibrahim Boubacar Kéita.Dans la perspective de l’élection présidentielle avortée (du fait du coup d’Etat) de 2012, le parti Yéléma s’était allié avec la Convergence pour le développement du Mali (Codem) et treize autres partis politiques au sein du regroupement électoral  » Partis unis pour la République » (PUR) mais une querelle de leadership avait fait éclater la coalition. Mara dira, le 5 mars 2011, vouloir  » un rassemblement de nos forces sur des bases objectives, pour arriver à une plus grande stabilité politique et mettre fin à des divisions stériles  »
L’expert comptable et maire de la commune IV sera investi par son parti comme son candidat le 15 octobre 2011 au cours de son congrès tenu à Kayes. Il va marquer la différence de la période de précampagne à travers une série de conférences de presse thématiques sur son ambitieux projet pour le Mali. Décentralisation, administration du territoire dont l’augmentation du nombre de régions et la suppression des cercles afin de réduire à deux les échelons administratifs et l’érection de villes moyennes afin de créer une soixantaine d’agglomérations dotées des infrastructures nécessaires, promotion des valeurs de solidarité, soutien aux couches vulnérables, développement des infrastructures de base et énergie, désenclavement,  couverture d’accès à l’eau potable à 90 % de la population avant 2017, élaboration des stratégies d’assainissement pour chaque ville de plus de 50 000 habitants, mises en œuvre sous l’égide des collectivités territoriales avec le soutien de l’ État, à hauteur de 20 milliards de francs CFA chaque année, etc. Des initiatives assez novatrices pour un jeune leader politique qui n’avait alors que 37 ans.

A propos du Nord-Mali, Moussa Mara déclarait,  avant l’accord de Ouagadougou du 18 juin 2013 : « On nous a imposé une guerre, il faut donc y aller ! », promettant, s’il était élu, de déployer au moins 7 000 militaires (soit le tiers des capacités de l’armée malienne) « principalement dans l’infanterie, avec une proportion appréciable de commando paras, dans l’artillerie et dans les blindés légers « .
A travers son carnet d’adresses, il séduit des partenaires internationaux et obtient des distinctions pour sa gouvernance municipale. Espérons qu’il pourra tirer profit de ce background pour aider le Mali à reprendre, sous de meilleurs auspices, sa marche vers des lendemains meilleurs.

Bruno D.  SEGBEDJI

SOURCE: L’Indépendant

Laissez un commentaire


Other News

  • Santé

    Ebola en Sierra Leone : l’épidémie n’est pas terminée

    Une femme décédée a été testée positive au virus Ebola, le 28 août en Sierra Leone, quatre jours après la sortie d’hôpital du dernier malade traité et guéri dans le pays.    « Cette femme est tombée malade et est décédée dans son village de Sella Kafta, dans la région de Kambia (nord-ouest). Le prélèvement effectué sur son corps a été testé positif à Ebola« , a expliqué Sidi Yaya Tunis, porte-parole du Centre national de contrôle d’Ebola (NERC) sur la radio […]

    Read more →
  • Crise malienne maliweb

    Statu quo sur le départ des groupes armés pro-Bamako de Anéfis

    Après avoir accepté de quitter la localité stratégique qu’ils occupent après la violation du cessez-le-feu, les groupes armés progouvernementaux haussent le ton. Ils ralentissent le pas, prétextant que les populations civiles de la région de Gao ne souhaitent pas leur départ sans conditions de Anéfis. La délégation du Groupe d’autodéfense touareg Imghad et alliés (Gatia), qui était sensé se rendre sur le terrain pour demander à leurs combattants de quitter la localité de Anéfis, est toujours dans la ville de […]

    Read more →
  • Economie

    Rupture de négociation entre le gouvernement et le syndicat des impôts : La grève illimitée !

    Vingt et un jours après le dépôt d’un préavis de grève illimitée, le Syndicat National des Travailleurs des Impôts du Mali (SYNTIM) entame, aujourd’hui, le premier jour de son mot d’ordre de grève  sur toute l’étendue du territoire national. Selon Ousmane Daou, le secrétaire général du syndicat, les travaux de la commission de conciliation n’ont abouti à rien. « C’est un constat d’échec total. Parce que sur les treize points de revendications, il n’ya pas un point qui est satisfait », nous […]

    Read more →
  • Sports

    Finale de la coupe du Mali : Les Blancs de Bamako coiffent au poteau les Onze créateurs

    La 55è édition de la dame coupe du Mali  s’est joué le Samedi 29 Août 2015 au Stade Modibo Keita sous la présidence d’Ibrahim Boubacar Keita, président de la République, accompagné par une grosse armada des membres du gouvernement et du bureau fédéral dont le président Boubacar Baba Diarra. Cette finale opposait les Onze Créateurs de Niaréla au Stade malien de Bamako. Et si les blancs de Bamako, le champion en titre, avait à cœur de remporter la coupe du […]

    Read more →
  • Economie

    Election du Président de la CCIM : La synergie du monde des affaires autour de Ousmane Guitteye

    Conscients et soucieux des difficultés diverses et multiformes des commerçants maliens qui coupent sommeil et appétit, le candidat du Groupement des commerçants du Mali, Ousmane Guitteye ne veut pas attendre son élection à la tête de la Chambre de Commerce et d’industrie du Mali (CCIM) pour se mettre à la tâche. Après avoir réussi à relever le défi de l’entente et de la cohésion des commerçants du Mali à Ségou avec la réconciliation de deux leaders des commerçants détaillants, Cheick […]

    Read more →
  • Politique

    Elections communale et régionale du 25 octobre 2015 : L’Alliance Chato 2013 adhère au parti UM-Rda Faso jigi

    Le Centre internationale de conférence de Bamako (Cicb) a abrité le dimanche 30 août 2015, la cérémonie solennelle d’adhésion de l’alliance Chato 2013 au parti Union Malienne du Rassemblement Démocratique Africaine (Um-Rda faso jigi). Ladite cérémonie était présidée par le président du parti Um-Rda, Bocar Moussa Diarra, en présence de Mme Haïdara, l’honorable Aïchata Cissé dite Chato, des députés, des membres du gouvernement et de nombreuses autres personnalités. A travers cette adhésion, la grande famille Rda s’agrandit.   « Je suis […]

    Read more →
  • Société

    1ère session du Conseil d’Administration de l’INFP/BTP : Le ministre des Transports mise sur le renforcement des capacités des ressources humaines pour l’envol de l’institut

    La première session du Conseil d’administration (CA) de l’Institut national de formation professionnelle en bâtiments et travaux publics (INFP /BTP) s’est ouverte le vendredi, 28 août 2015, dans ses locaux, sous la présidence du ministre de l’Equipement, des Transports et du Désenclavement,  Mamadou Hachim Koumaré, non moins président de ce C.A. Le Directeur de l’INFP /BTP, Mohamed Saliha Maiga, ainsi que  plusieurs membres de l’encadrement de cette école ont également pris part à l’événement.   A l’entame de cette session de travail […]

    Read more →
  • Société

    Journées emploi jeunes 2015 : Les travaux démarrent ce matin

    L’Agence pour la promotion de l’emploi des jeunes (APEJ), créée en 2003, lance les activités des Journées emploi jeunes ce matin à Kita. Du 1er au 2 septembre 2015, le programme des 200 000 emplois promis par le chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Kéita, sera décortiqué.   L’Agence pour la promotion de l’emploi des jeunes (Apej)a pour mission de concourir à la création d’emplois pour les jeunes Maliens, femmes et hommes de 18 à 40 ans en milieux urbain et rural, en […]

    Read more →
facebook top comment likes boost