Gouvernement: Moussa Mara succède à Oumar Tatam Ly démissionnaire

07/04/2014 05:46

Membre du gouvernement Oumar Tatam Ly, il a voulu déclarer son patrimoine, mais s’est retrouvé en minorité. Les autres membres du gouvernement n’ont pas voulu souscrire à cette exigence constitutionnelle. La solidarité gouvernementale l’a obligé à garder profil bas. Ne pas rééditer cet exploit qui consiste à être le seul maire à avoir publié son patrimoine.

Moussa Mara  ministre Urbanisme Politique ville
Le président du parti Yéléma (changement en français), créé en juillet 2010, a été candidat à l´élection présidentielle du 28 juillet 2013 et a obtenu 1,5 % des voix. Le désormais plus jeune des Premiers ministres de l’histoire du Mali à seulement 39 ans donne l’image d’être un homme sobre et modeste, d’un commerce facile, intelligent et très attaché aux valeurs religieuses (musulmanes). Ministre, il continue de fréquenter son  » grin  » et demeure toujours ponctuel aux prières matinales de cinq heures ; comme il fait preuve d’une présence assidue aux heures matinales au bureau. Ces premiers rendez-vous de la journée sont souvent fixés à son bureau du ministère de l’Urbanisme et de la politique de la ville à six heures. Si vous arrivez avec un peitit retard, vous constaterez à votre dépens que le ministre est déjà sur d’autres dossiers. Il serait doué d’une grande capacité de travail jusqu’à des heures tardives.
En 2004, le président de Yelema avait présenté une liste indépendante de jeunes aux élections communales dans la commune IV de Bamako mais elle est invalidée par le tribunal administratif car aucun candidat n’est inscrit sur la liste électorale.
En 2007, le fils de Joseph Mara (ancien ministre de la Justice sous le dictature du général Moussa Traoré, son parrain) se présente avec une liste indépendante et met en ballottage celle d’Ibrahim Boubacar Keïta, président du Rassemblement pour le Mali (RPM). Il est battu au second tour en obtenant 48,5 % des voix.
Lors des élections communales du 26 avril 2009, Moussa Mara présente une liste indépendante dans la commune IV de Bamako qui arrive en tête avec 14 sièges sur 413. Le 30 juillet 2009, saisi par plusieurs candidats pour des irrégularités, le tribunal administratif annule les élections dans la commune IV. L’annulation du scrutin est confirmée le 26 novembre 2009 par la Cour suprême.  Lors de l’élection partielle du 6 février 2011, la liste du parti Yéléma conduite par Moussa Mara arrive largement en tête et obtient 19 des 41 sièges à pourvoir. Le 7 mars 2011, il est réélu maire de la commune IV par le conseil municipal. Toute chose qu’il avait prédite, défiant ainsi ses adversaires politiques. Soutenu par les élus de l’URD de Soumaïla Cissé et du MPR, il obtient 28 voix contre 13 pour son adversaire Alfousseini Kanté de l’Adéma. Il sera le maire qui a acquis une forte popularité dans sa commune, où réside du reste, un certain Ibrahim Boubacar Kéita. Sa nomination comme Premier ministre est la preuve de l’estime que ce dernier lui porte. Faut-il rappeler qu’aux législatives de 2007, Moussa Mara a failli de peu l’emporter sur le député sortant Ibrahim Boubacar Kéita.Dans la perspective de l’élection présidentielle avortée (du fait du coup d’Etat) de 2012, le parti Yéléma s’était allié avec la Convergence pour le développement du Mali (Codem) et treize autres partis politiques au sein du regroupement électoral  » Partis unis pour la République » (PUR) mais une querelle de leadership avait fait éclater la coalition. Mara dira, le 5 mars 2011, vouloir  » un rassemblement de nos forces sur des bases objectives, pour arriver à une plus grande stabilité politique et mettre fin à des divisions stériles  »
L’expert comptable et maire de la commune IV sera investi par son parti comme son candidat le 15 octobre 2011 au cours de son congrès tenu à Kayes. Il va marquer la différence de la période de précampagne à travers une série de conférences de presse thématiques sur son ambitieux projet pour le Mali. Décentralisation, administration du territoire dont l’augmentation du nombre de régions et la suppression des cercles afin de réduire à deux les échelons administratifs et l’érection de villes moyennes afin de créer une soixantaine d’agglomérations dotées des infrastructures nécessaires, promotion des valeurs de solidarité, soutien aux couches vulnérables, développement des infrastructures de base et énergie, désenclavement,  couverture d’accès à l’eau potable à 90 % de la population avant 2017, élaboration des stratégies d’assainissement pour chaque ville de plus de 50 000 habitants, mises en œuvre sous l’égide des collectivités territoriales avec le soutien de l’ État, à hauteur de 20 milliards de francs CFA chaque année, etc. Des initiatives assez novatrices pour un jeune leader politique qui n’avait alors que 37 ans.

A propos du Nord-Mali, Moussa Mara déclarait,  avant l’accord de Ouagadougou du 18 juin 2013 : « On nous a imposé une guerre, il faut donc y aller ! », promettant, s’il était élu, de déployer au moins 7 000 militaires (soit le tiers des capacités de l’armée malienne) « principalement dans l’infanterie, avec une proportion appréciable de commando paras, dans l’artillerie et dans les blindés légers « .
A travers son carnet d’adresses, il séduit des partenaires internationaux et obtient des distinctions pour sa gouvernance municipale. Espérons qu’il pourra tirer profit de ce background pour aider le Mali à reprendre, sous de meilleurs auspices, sa marche vers des lendemains meilleurs.

Bruno D.  SEGBEDJI

SOURCE: L’Indépendant

Comments are closed

Other News

  • Nord-Mali Le Tchad accuse l’ONU de se servir de ses soldats comme « bouclier » au Mali

    Le Tchad accuse l’ONU de se servir de ses soldats comme « bouclier » au Mali

    Le gouvernement tchadien a dénoncé vendredi dans un communiqué le traitement « discriminatoire » réservé à ses troupes au Mali, accusant la mission de l’ONU de les utiliser comme « bouclier », après la mort de cinq soldats dans le nord du pays. « Le gouvernement tchadien constate avec regret que son contingent continue à garder ses positions au nord Mali et ne bénéficie d’aucune relève. Pire, notre contingent éprouve des difficultés énormes pour assurer sa logistique, sa mobilité et […]

    Read more →
  • Sexualité On a tous une bonne raison de faire l’amour: eux en ont trouvé… 237!

    On a tous une bonne raison de faire l’amour: eux en ont trouvé… 237!

    C’est une enquête menée par l’université de Gand qui le révèle. Nous aurions 237 raisons de faire l’amour. Ou comme le disent si bien les Flamands: d’avoir du sexe (om seks te hebben)! Plus de 5.000 Flamands ont répondu à l’enquête. VTM a pu jeter un coup d’oeil dans ce document unique. Au total, 237 (bonnes) raisons de faire l’amour ont été trouvées. Le chiffre peut surprendre, mais toutes ces motivations peuvent être réparties en quatre groupes, comme l’explique le […]

    Read more →
  • Afrique DJ Arafat fait libérer Débordo DJ de Prison « DJ Débordo s’est rendu dans ce bar vers………

    DJ Arafat fait libérer Débordo DJ de Prison « DJ Débordo s’est rendu dans ce bar vers………

    Depuis le scandale qui l’avait opposé au promoteur de spectacles Philéric Assié en juillet dernier, le chanteur de Coupé-Décalé Débordo Leekunfa a encore fait parler de lui. Et de fort mauvaise manière. L’ « American soldier » a été arrêté en pleine rue, le 10 septembre, pour agression. Ecroué au commissariat du 22è arrondissement d’Angré (Cocody), il a été sorti de prison par son « ennemi juré » le tonitruant DJ Arafat. Le 03 Août 2014, l’artiste chanteur ivoirien Sery […]

    Read more →
  • International Nicolas Sarkozy : “Je suis candidat à la présidence de ma famille politique”

    Nicolas Sarkozy : “Je suis candidat à la présidence de ma famille politique”

    Dans un message posté sur sa page Facebook, l’ancien président de la République officialise son retour en politique. C’est la fin d’un faux suspense savamment entretenu. Nicolas Sarkozy a officialisé son retour sur la scène politique, en annonçant sa candidature à la présidence de l’UMP, vendredi 19 septembre, dans un message publié sur sa page Facebook. “Je suis candidat à la présidence de ma famille politique”, écrit l’ancien chef de l’Etat. Récemment rallié par de nombreux poids lourds du parti […]

    Read more →
  • Afrique 19 septembre 2002-19 septembre 2014 : Il y a 12 ans, la rébellion pro-Ouattara attaquait le pays

    19 septembre 2002-19 septembre 2014 : Il y a 12 ans, la rébellion pro-Ouattara attaquait le pays

    La date du 19 septembre 2002 constitue une tâche noire dans l’histoire de la Côte d’Ivoire. Les Ivoiriens ont été réveillés, ce jour-là, par les coups de canon, de violents tirs à l’arme lourde occasionnant un bain de sang. La barbarie avait éclaté dans la nuit du 18 au 19 septembre 2002. Cela fait exactement 12 ans que les ennemis de la démocratie et de la paix ont endeuillé le pays. Lourdement armés après une préparation au Burkina Faso, des […]

    Read more →
  • Faits divers Deux pervers pris en flagrant délit dans une banque au plateau

    Deux pervers pris en flagrant délit dans une banque au plateau

    Jonas et madeleine sont deux pervers employé dans une banque de la place. Profitant de leur position dans le service, ils s’adonnent à des pratiques obscènes sous la table qui leur sert de bureau. En effet pendant que chacun était concentré à faire le boulot pour lequel il est payé, Jonas et madeleine étant assis l’un en face de l’autre s’adonnent à des parties virtuelles de jambes en l’ère. Ces deux individus passaient leur temps à échanger des photos de […]

    Read more →
  • Faits divers Affaire d’héritage entre les ascendants de feu Fatoumata Zahara Haïdara et de feu Baba Traoré à Niaréla : Les deux familles à couteau tiré malgré les décisions de justice

    Affaire d’héritage entre les ascendants de feu Fatoumata Zahara Haïdara et de feu Baba Traoré à Niaréla : Les deux familles à couteau tiré malgré les décisions de justice

    Malgré les décisions rendues par les tribunaux de Bamako en faveur des héritiers de feue Fatoumata Z. Haïdara, l’affaire continue de s’ébruiter dans la capitale malienne. Il s’agit d’un problème d’héritage autour d’une maison sise à Niaréla entre les familles des héritiers de feu Baba Traoré et de feue Fatoumata Z Haïdara, chacune réclamant la propriété. C’est ainsi que le mandataire spécial Djibrila Ibrahima Maïga était face à la presse, le mercredi, pour apporter un peu plus d’éclaircissement sur cette […]

    Read more →
  • Politique Forum de la société civile dans la consolidation de la paix et de la sécurité : Les autorités traditionnelles planchent sur leurs rôles et responsabilités

    Forum de la société civile dans la consolidation de la paix et de la sécurité : Les autorités traditionnelles planchent sur leurs rôles et responsabilités

    Organisé par la Coalition nationale de la société civile pour la paix et la lutte contre la prolifération des armes légères (CONASCIPAL), sur financement de l’Institut international de Stockholm de recherche sur la paix (SIPRI), ce forum a réuni, trois jours durant au CICB, quelque 150 participants venus des huit régions et du district de Bamako. Inutile de dire combien cette rencontre vient à point nommé quand tous les regards sont rivés sur les négociations inter-Maliennes d’Alger devant aboutir à […]

    Read more →