Gouvernement: Moussa Mara succède à Oumar Tatam Ly démissionnaire

07/04/2014 05:46

Membre du gouvernement Oumar Tatam Ly, il a voulu déclarer son patrimoine, mais s’est retrouvé en minorité. Les autres membres du gouvernement n’ont pas voulu souscrire à cette exigence constitutionnelle. La solidarité gouvernementale l’a obligé à garder profil bas. Ne pas rééditer cet exploit qui consiste à être le seul maire à avoir publié son patrimoine.

Moussa Mara  ministre Urbanisme Politique ville
Le président du parti Yéléma (changement en français), créé en juillet 2010, a été candidat à l´élection présidentielle du 28 juillet 2013 et a obtenu 1,5 % des voix. Le désormais plus jeune des Premiers ministres de l’histoire du Mali à seulement 39 ans donne l’image d’être un homme sobre et modeste, d’un commerce facile, intelligent et très attaché aux valeurs religieuses (musulmanes). Ministre, il continue de fréquenter son  » grin  » et demeure toujours ponctuel aux prières matinales de cinq heures ; comme il fait preuve d’une présence assidue aux heures matinales au bureau. Ces premiers rendez-vous de la journée sont souvent fixés à son bureau du ministère de l’Urbanisme et de la politique de la ville à six heures. Si vous arrivez avec un peitit retard, vous constaterez à votre dépens que le ministre est déjà sur d’autres dossiers. Il serait doué d’une grande capacité de travail jusqu’à des heures tardives.
En 2004, le président de Yelema avait présenté une liste indépendante de jeunes aux élections communales dans la commune IV de Bamako mais elle est invalidée par le tribunal administratif car aucun candidat n’est inscrit sur la liste électorale.
En 2007, le fils de Joseph Mara (ancien ministre de la Justice sous le dictature du général Moussa Traoré, son parrain) se présente avec une liste indépendante et met en ballottage celle d’Ibrahim Boubacar Keïta, président du Rassemblement pour le Mali (RPM). Il est battu au second tour en obtenant 48,5 % des voix.
Lors des élections communales du 26 avril 2009, Moussa Mara présente une liste indépendante dans la commune IV de Bamako qui arrive en tête avec 14 sièges sur 413. Le 30 juillet 2009, saisi par plusieurs candidats pour des irrégularités, le tribunal administratif annule les élections dans la commune IV. L’annulation du scrutin est confirmée le 26 novembre 2009 par la Cour suprême.  Lors de l’élection partielle du 6 février 2011, la liste du parti Yéléma conduite par Moussa Mara arrive largement en tête et obtient 19 des 41 sièges à pourvoir. Le 7 mars 2011, il est réélu maire de la commune IV par le conseil municipal. Toute chose qu’il avait prédite, défiant ainsi ses adversaires politiques. Soutenu par les élus de l’URD de Soumaïla Cissé et du MPR, il obtient 28 voix contre 13 pour son adversaire Alfousseini Kanté de l’Adéma. Il sera le maire qui a acquis une forte popularité dans sa commune, où réside du reste, un certain Ibrahim Boubacar Kéita. Sa nomination comme Premier ministre est la preuve de l’estime que ce dernier lui porte. Faut-il rappeler qu’aux législatives de 2007, Moussa Mara a failli de peu l’emporter sur le député sortant Ibrahim Boubacar Kéita.Dans la perspective de l’élection présidentielle avortée (du fait du coup d’Etat) de 2012, le parti Yéléma s’était allié avec la Convergence pour le développement du Mali (Codem) et treize autres partis politiques au sein du regroupement électoral  » Partis unis pour la République » (PUR) mais une querelle de leadership avait fait éclater la coalition. Mara dira, le 5 mars 2011, vouloir  » un rassemblement de nos forces sur des bases objectives, pour arriver à une plus grande stabilité politique et mettre fin à des divisions stériles  »
L’expert comptable et maire de la commune IV sera investi par son parti comme son candidat le 15 octobre 2011 au cours de son congrès tenu à Kayes. Il va marquer la différence de la période de précampagne à travers une série de conférences de presse thématiques sur son ambitieux projet pour le Mali. Décentralisation, administration du territoire dont l’augmentation du nombre de régions et la suppression des cercles afin de réduire à deux les échelons administratifs et l’érection de villes moyennes afin de créer une soixantaine d’agglomérations dotées des infrastructures nécessaires, promotion des valeurs de solidarité, soutien aux couches vulnérables, développement des infrastructures de base et énergie, désenclavement,  couverture d’accès à l’eau potable à 90 % de la population avant 2017, élaboration des stratégies d’assainissement pour chaque ville de plus de 50 000 habitants, mises en œuvre sous l’égide des collectivités territoriales avec le soutien de l’ État, à hauteur de 20 milliards de francs CFA chaque année, etc. Des initiatives assez novatrices pour un jeune leader politique qui n’avait alors que 37 ans.

A propos du Nord-Mali, Moussa Mara déclarait,  avant l’accord de Ouagadougou du 18 juin 2013 : « On nous a imposé une guerre, il faut donc y aller ! », promettant, s’il était élu, de déployer au moins 7 000 militaires (soit le tiers des capacités de l’armée malienne) « principalement dans l’infanterie, avec une proportion appréciable de commando paras, dans l’artillerie et dans les blindés légers « .
A travers son carnet d’adresses, il séduit des partenaires internationaux et obtient des distinctions pour sa gouvernance municipale. Espérons qu’il pourra tirer profit de ce background pour aider le Mali à reprendre, sous de meilleurs auspices, sa marche vers des lendemains meilleurs.

Bruno D.  SEGBEDJI

SOURCE: L’Indépendant

Comments are closed

Other News

  • Société

    7ème Prime Time : Hawa Sissoko éliminée, Wassa Coulibaly et Maïmouna Soumbounou continuent la course

    La chorégraphie sur le thème de la réconciliation nationale, thème de cette édition spéciale, a ouvert l’animation du 7ème prime time avec des mots sur la paix, la réconciliation nationale, la stabilité. Tonton Idriss est revenu avec une nouvelle chanson, une création à l’emporte pièce qui n’a pas emballé le public. Au point que certains pensent qu’il aurait intérêt à faire sa carrière musicale que de rester dans ce montage inutile qui n’a pas d’avenir. Faut-il rappeler que la marraine […]

    Read more →
  • Société

    Reprise des activités du Fafpa à Gao : Un projet de formation professionnelle lancé en faveur de la paix dans le nord

    Le gouvernement du Mali, à travers le Fonds d’appui à la formation professionnelle et à l’apprentissage (Fafpa), vient d’initier un important programme de formation au bénéfice de la «population active» de la région de Gao (1.200 km au nord de Bamako). La cérémonie de lancement de cette initiative a eu lieu le 30 août 2014 à Gao en présence du ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, porte-parole du gouvernement, Mahamane Baby. On notait aussi la présence du ministre […]

    Read more →
  • Afrique

    Guerre de Libye : Et si les commanditaires étaient sanctionnés…

    Le conflit libyen revient de plus en plus avec insistance sur l’opportunité ou non de vouloir mener la guerre dans ce pays en pleine déliquescence aujourd’hui depuis un certain temps. Dans son Editorial du 31 juillet 2014, le journal «Le Monde» faisait amende honorable : Bien qu’ayant «approuvé sans réserve à l’époque… les bombardements franco-atlantistes sur la Libye ont été une erreur au vu du chaos actuel». Jeune Afrique, dans sa dernière parution, évoque le sujet du pour et du […]

    Read more →
  • Politique

    Communiqué conjoint Fare An Ka Wuli- CNAS-Faso Hèrè

    La Convention Nationale pour une Afrique Solidaire-Faso Hèrè (CNAS-Faso Hèrè) a reçu à son siège, sis à Hamdallaye, une délégation du parti «les Forces Alternatives pour le Renouveau et l’Emergence» -Fare An Ka Wuli, conduite par son président, Modibo SIDIBE.   Les deux partis ont échangé sur les grandes questions d’intérêt national et ont constaté une forte identité de vue sur les impératifs de l’affermissement de la démocratie au Mali. Les deux partis ont décidé de mettre en place urgemment un […]

    Read more →
  • Politique

    À fleur de vérité : Mon cousin doit solder ses promesses

    Notre pays ne se porte pas mieux qu’il y a deux ans. Pourtant les Maliens, dans leur écrasante majorité, ont voulu tourner la page sombre de 2012 marquée par un putsch militaire et son lot d’atteintes aux droits de l’homme, de désordre et de gabegie financière. Encore plus grave, l’occupation des régions du Nord par des jihadistes et narcotrafiquants et ses conséquences désastreuses sur la vie de nos compatriotes. Pour sortir de tout cela, des élections présidentielle et législatives ont […]

    Read more →
  • Santé

    Billet d’humeur n°010 d’André Silver Konan: «Le vrai-faux remède nigérian anti-Ebola et notre inconséquence africaine»

    Un Nigérian affirme avoir trouvé le remède contre Ebola. Les Américains, qui, comme chacun le sait, ont trouvé un sérum expérimental, ont analysé son «remède» et décrété que celui-ci n’était rien d’autre qu’un…pesticide. Et voilà, les tenants africains de la thèse du complot occidental crient au scandale. Et moi je crie à ces derniers : stop ! Et je leur demande ceci : pendant ce temps, qu’avons-nous fait, nous Africains, pour prouver le contraire de ce qu’ont affirmé les Américains […]

    Read more →
  • Société

    Stratégie de défense et de sécurité pour les régions du nord Mali : Les recettes de l’Association Alliance pour la Démocratie au Mali

    L’Association Alliance pour la Démocratie au Mali (A.DE.MA) a rendu public la synthèse du rapport de l’atelier «Quelle stratégie de défense et de sécurité pour les régions du Nord Mali ?». C’était au cours d’une conférence de presse organisée le jeudi 28 août à la Maison de la Presse, animée par Mme Sy Kadiatou Sow, présidente du comité exécutif de l’Adéma Association et Ali Nouhoum Diallo. Une occasion pour celle-ci de donner sa position par rapport au second round des […]

    Read more →
  • Crise malienne

    Eclairage sur l’affaire du navire coulé au large des côtes sénégalaises

    Les premières enquêtes prouvent que le navire coulé sur les côtes sénégalaises et supposé contenir des armes de guerre en destination du Mali, transportait en fait des cargaisons de fusils de chasse, de substances explosives et des cartouches de chasse légalement importées par une société malienne dûment agréée dans l’exercice de ce commerce.   Il s’agit pour l’instant de lever le mystère sur les raisons ou les motivations qui ont fait couler au large de Gorée le navire battant pavillon […]

    Read more →