Gouvernement: Moussa Mara succède à Oumar Tatam Ly démissionnaire

07/04/2014 05:46

Membre du gouvernement Oumar Tatam Ly, il a voulu déclarer son patrimoine, mais s’est retrouvé en minorité. Les autres membres du gouvernement n’ont pas voulu souscrire à cette exigence constitutionnelle. La solidarité gouvernementale l’a obligé à garder profil bas. Ne pas rééditer cet exploit qui consiste à être le seul maire à avoir publié son patrimoine.

Moussa Mara  ministre Urbanisme Politique ville
Le président du parti Yéléma (changement en français), créé en juillet 2010, a été candidat à l´élection présidentielle du 28 juillet 2013 et a obtenu 1,5 % des voix. Le désormais plus jeune des Premiers ministres de l’histoire du Mali à seulement 39 ans donne l’image d’être un homme sobre et modeste, d’un commerce facile, intelligent et très attaché aux valeurs religieuses (musulmanes). Ministre, il continue de fréquenter son  » grin  » et demeure toujours ponctuel aux prières matinales de cinq heures ; comme il fait preuve d’une présence assidue aux heures matinales au bureau. Ces premiers rendez-vous de la journée sont souvent fixés à son bureau du ministère de l’Urbanisme et de la politique de la ville à six heures. Si vous arrivez avec un peitit retard, vous constaterez à votre dépens que le ministre est déjà sur d’autres dossiers. Il serait doué d’une grande capacité de travail jusqu’à des heures tardives.
En 2004, le président de Yelema avait présenté une liste indépendante de jeunes aux élections communales dans la commune IV de Bamako mais elle est invalidée par le tribunal administratif car aucun candidat n’est inscrit sur la liste électorale.
En 2007, le fils de Joseph Mara (ancien ministre de la Justice sous le dictature du général Moussa Traoré, son parrain) se présente avec une liste indépendante et met en ballottage celle d’Ibrahim Boubacar Keïta, président du Rassemblement pour le Mali (RPM). Il est battu au second tour en obtenant 48,5 % des voix.
Lors des élections communales du 26 avril 2009, Moussa Mara présente une liste indépendante dans la commune IV de Bamako qui arrive en tête avec 14 sièges sur 413. Le 30 juillet 2009, saisi par plusieurs candidats pour des irrégularités, le tribunal administratif annule les élections dans la commune IV. L’annulation du scrutin est confirmée le 26 novembre 2009 par la Cour suprême.  Lors de l’élection partielle du 6 février 2011, la liste du parti Yéléma conduite par Moussa Mara arrive largement en tête et obtient 19 des 41 sièges à pourvoir. Le 7 mars 2011, il est réélu maire de la commune IV par le conseil municipal. Toute chose qu’il avait prédite, défiant ainsi ses adversaires politiques. Soutenu par les élus de l’URD de Soumaïla Cissé et du MPR, il obtient 28 voix contre 13 pour son adversaire Alfousseini Kanté de l’Adéma. Il sera le maire qui a acquis une forte popularité dans sa commune, où réside du reste, un certain Ibrahim Boubacar Kéita. Sa nomination comme Premier ministre est la preuve de l’estime que ce dernier lui porte. Faut-il rappeler qu’aux législatives de 2007, Moussa Mara a failli de peu l’emporter sur le député sortant Ibrahim Boubacar Kéita.Dans la perspective de l’élection présidentielle avortée (du fait du coup d’Etat) de 2012, le parti Yéléma s’était allié avec la Convergence pour le développement du Mali (Codem) et treize autres partis politiques au sein du regroupement électoral  » Partis unis pour la République » (PUR) mais une querelle de leadership avait fait éclater la coalition. Mara dira, le 5 mars 2011, vouloir  » un rassemblement de nos forces sur des bases objectives, pour arriver à une plus grande stabilité politique et mettre fin à des divisions stériles  »
L’expert comptable et maire de la commune IV sera investi par son parti comme son candidat le 15 octobre 2011 au cours de son congrès tenu à Kayes. Il va marquer la différence de la période de précampagne à travers une série de conférences de presse thématiques sur son ambitieux projet pour le Mali. Décentralisation, administration du territoire dont l’augmentation du nombre de régions et la suppression des cercles afin de réduire à deux les échelons administratifs et l’érection de villes moyennes afin de créer une soixantaine d’agglomérations dotées des infrastructures nécessaires, promotion des valeurs de solidarité, soutien aux couches vulnérables, développement des infrastructures de base et énergie, désenclavement,  couverture d’accès à l’eau potable à 90 % de la population avant 2017, élaboration des stratégies d’assainissement pour chaque ville de plus de 50 000 habitants, mises en œuvre sous l’égide des collectivités territoriales avec le soutien de l’ État, à hauteur de 20 milliards de francs CFA chaque année, etc. Des initiatives assez novatrices pour un jeune leader politique qui n’avait alors que 37 ans.

A propos du Nord-Mali, Moussa Mara déclarait,  avant l’accord de Ouagadougou du 18 juin 2013 : « On nous a imposé une guerre, il faut donc y aller ! », promettant, s’il était élu, de déployer au moins 7 000 militaires (soit le tiers des capacités de l’armée malienne) « principalement dans l’infanterie, avec une proportion appréciable de commando paras, dans l’artillerie et dans les blindés légers « .
A travers son carnet d’adresses, il séduit des partenaires internationaux et obtient des distinctions pour sa gouvernance municipale. Espérons qu’il pourra tirer profit de ce background pour aider le Mali à reprendre, sous de meilleurs auspices, sa marche vers des lendemains meilleurs.

Bruno D.  SEGBEDJI

SOURCE: L’Indépendant

Comments are closed

Other News

  • Crise malienne maliweb

    De l’intérêt à trouver un compromis au Mali

    Selon le professeur Georg Klute, de l’université de Bayreuth, personne n’a intérêt à relancer une guerre dans le nord du Mali. Ni les groupes autonomistes, ni les autorités de Bamako. Alors il va falloir renégocier. Les groupes armés présents dans le nord du Mali refusent toujours de signer les Accords d’Alger avec les autorités de Bamako. Alors que le président malien, Ibrahim Boubacar Keita, est allé cette semaine chercher du soutien auprès du gouvernement algérien, toujours influent dans le Nord-Mali, […]

    Read more →
  • Crise malienne

    Crise Malienne : LA MÉDIATION CONTRE LA PROLONGATION DES NÉGOCIATIONS

    A l’issue d’une réunion la semaine dernière avec les séparatistes, le représentant spécial du Secrétaire général de l’Onu et patron de la Minusma a déclaré qu’il n’y aura pas de prolongation des négociations entre le gouvernement et les groupes rebelles. De retour de Kidal où se tenait le mardi 17 mars 2015 une réunion avec les groupes rebelles du nord du Mali, le représentant spécial  du Secrétaire général de l’Onu et chef  de la Mission  intégrée des Nations Unies pour la stabilisation du […]

    Read more →
  • Crise malienne

    Opération militaire française au Mali: quatre djihadistes tués

    L’armée française vient d’achever une opération antijihadiste dans le nord du Mali au cours de laquelle quatre hommes armés ont été tués et des milliers d’obus et de munitions saisis. L’opération a mobilisé 770 hommes sur quatre semaines (26 février-26 mars) dans l’Adrar du Tigharghar (photo EMA). Le 2 mars, des soldats français ont eu un accrochage avec un groupe de huit à dix hommes armés, dont quatre ont été tués, a indiqué le colonel Jaron, de l’EMA-COM lors du […]

    Read more →
  • Nord-Mali

    Nord du Mali, « il y a une compétition entre groupes de narcotrafiquants et djihadistes »

    Au Mali, c’est un ancien chef rebelle qui a la charge de mener la politique de réconciliation. En 1990, Zahabi Ould Sidi Mohamed, 58 ans, s’est fait connaître à la tête du Front arabe de l’Azawad. Cet Arabe de Tombouctou a ensuite mené une carrière aux Nations unies au Congo, à Haïti, en Côte d’Ivoire… Tout d’abord chef de la diplomatie après l’élection d’Ibrahim Boubacar Keïta, l’actuel ministre de la réconciliation se dit certain que « Noirs et Blancs » peuvent vivre ensemble […]

    Read more →
  • International

    François Hollande : la mort lui va si bien…

    Depuis les assassinats des 7, 8 et 9 janvier qui avaient installé — du moins un temps — François Hollande dans ce costume de chef d’Etat, ce dernier multiplie les discours et cérémonies funèbres à chaque événement dramatique : le crash des hélicoptères en Argentine, celui de l’Airbus A320 dans les Alpes, l’attentat du Bardo à Tunis… Certes, c’est d’abord la période qui est tragique. Et certes aussi, le président est ici dans le plein exercice de ses fonctions. Mais […]

    Read more →
  • Diplomatie

    Toumani Djimé sur le départ pour Abidjan : Ousmane Ag Rhissa ou Abderrahmane Sylla ?

    Si ce n’est pas le ministre Soumeylou Boubeye Maïga, notre excellent doyen, ce serait, l’un des deux ministres que sont, Ousmane ag Rhissa et Abderrahmane Sylla, l’actuel ministre en charge de l’Intégration Africaine et des Maliens de l’étranger, deux cadres du parti présidentiel.     Les noms de ces deux ministres, tous deux cadres du parti présidentiel(RPM), viennent bousculer sur l’échiquier, celui du ministre Soumeylou Boubeye Maïga. Cette nouvelle approche en ce qui concerne la direction du Cabinet présidentiel, procède […]

    Read more →
  • Corruption

    La corruption dans le secteur du transport : Un danger pour les transporteurs

    La coordination des groupements professionnels des transporteurs routiers du Mali conteste le mode électoral du bureau national du conseil malien des transporteurs routiers (CMTR).   Dans le but d’informer l’opinion nationale sur les irrégularités qui entachent  le processus électoral de la mise en place du nouveau bureau du Conseil malien des transporteurs routiers (CMTR), la coordination des groupements professionnels des transporteurs routiers a organisé une conférence de presse le  mercredi 25 mars à l’hôtel résidence Bouna à l’ACI 2000. En présence […]

    Read more →
  • Société

    Commémoration de la Révolution de 1991 : L’ESPRIT DU 26 MARS DOIT AIDER À LA PAIX

    Le chef de l’Etat a exprimé sa volonté de répondre aux aspirations de nos compatriotes à une vie paisible conformément à l’esprit de la Révolution fondatrice de notre démocratie Il y a 24 ans, exactement le 26 Mars 1991, le peuple malien arrachait au prix du sang la démocratie et le multipartisme. Le soulèvement du peuple, sous la conduite du Mouvement démocratique, pour réclamer le pluralisme démocratique s’était soldé par de nombreux morts parmi les manifestants. La capitale, ainsi que […]

    Read more →
facebook top comment likes boost