Le Parti Mouvement pour le Mali (MPM) a tenu son tout premier congrès ordinaire le 17 octobre 2020, au Centre international de conférences de Bamako (CICB). L’événement était présidé par le président de la formation politique, Hadi NIANGADO, en présence de plusieurs invités de marque dont des leaders politiques de premier rang.

À l’ordre du jour de cette rencontre, le toilettage des textes qui régissent le parti, ainsi que la mise en place d’un nouveau bureau exécutif national pour les prochaines années. Au terme des travaux, un bureau de 286 membres a été mis en place avec un secrétariat exécutif dirigé par Hadi NIANGADOU lui-même.

Une cérémonie haute en éclat

La cérémonie d’ouverture des travaux du congrès s’est déroulée en présence non seulement des cadres du MPM et des délégués venus des régions du Mali, mais aussi de responsables des partis amis qui ont répondu à l’invitation. Il s’agit de l’ADEMA-PASJ ; de l’UDD ; de la CODEM ; du MPR ; du parti Fare An Ka Wuli ; de l’ASMA-CFP ; de l’URD ; du parti Mali-Emergence ; de la CD ; du PIDS ; du PRVM-FASO ; de l’ADP-Maliba ; du RpDM ; de l’UNPM-FASO-DAMBE-TON.

On y notait également la présence de l’ancien président de l’Assemblée nationale, Moussa Timbiné. Parmi les grands absents, l’ancien parti au pouvoir, le RPM ainsi que le parti Yèlèma.

Ce rendez-vous représentait également un moment important dans la dynamisation des adhésions pour les futures échéances politiques au Mali.

« Le Mali est à un tournant où tout le monde doit ménager sa monture pour aller loin. Le MPM ne sera pas en marge. C’est pourquoi ce congrès, qui est d’abord statutaire, nous permettra aussi de donner des directives à tous nos délégués à l’intérieur et à l’extérieur du Mali », a souligné Koutta Yehiya Touré, président des jeunes du MPM.

Les ambitions de Hadi

À la cérémonie de clôture du congrès, le président du MPM, a pris l’engagement, au nom du bureau national, de tout faire dans le cadre du respect des textes du parti et avec loyauté. Il ressort de ses propos que le MPM ne va soutenir aucun candidat lors des prochaines élections. Aussi, il ne compte s’associer à aucun parti lors de ces élections.

Pour ce faire, il a invité ses militants à faire la politique dans le cadre du respect de des valeurs sociétales, du respect de promesses et de des engagements. Il s’agit aussi de s’engager dans le développement de sa localité et de respect de l’intérêt général de la nation. « Cette manière de faire la politique nous demande d’être solidaires avec nos concitoyens, à l’opposé de ceux qui ont fait de la politique un moyen d’épanouissement et d’enrichissement personnel au détriment de l’intérêt général », a-t-il dit.

Ainsi, il a engagé chaque militant et sympathisant à rester mobilisé pour les prochaines élections qui doivent être celles de la consécration du parti.

Les vérités de Hadi

S’agissant de son appartenance à l’ancien régime, Hadi Niangadou dit assumer cette participation. Répondant à ses détracteurs, il a dit à ses militants et sympathisants que tous les actes qu’il a posés dans le cadre de sa collaboration avec le régime de l’ancien président et de son parti (RPM) ont été faits dans cadre du strict respect de la loi.

« Jen’ai rien fait qui puisse compromettre mon parti. Je n’ai rien fait qui puisse porter atteinte à votre dignité de militants et sympathisants du parti.  Nous avons fait cette collaboration dans la droiture et la loyauté. Mais personne n’est à l’abri des critiques. Force est de reconnaître que le parti n’a pas que des amis sur le plan national. Nous sommes certainement victimes de notre succès. Et il y a eu beaucoup de rumeurs qui ont circulé sur mon compte ces derniers temps. D’aucuns ont dit que je suis en état d’arrestation. Mais, mon arrestation n’a rien d’extraordinaire à partir du moment où même le chef de l’État a été arrêté. Trois présidents ont déjà été arrêtés ici au Mali et mon cas ne saurait être une exception.  Mais, ça serait grave si je suis arrêté pour des motifs de vol de deniers publics. Mais, si on m’arrête pour des raisons politiques, cela ne doit pas être une préoccupation majeure. Dieu merci, je suis toujours en liberté. Restez donc sereins, car l’homme suit son destin. J’ai eu à dire que l’injustice est l’une des causes de la chute du régime IBK. Je n’ai pas lâché IBK. Nous avons été des alliés politiques, et c’est aussi mon beau-frère. Son fils Karim me respecte beaucoup. Nous avons été élus ensemble. Mais ni IBK, ni Karim ne m’ont donné un seul marché public ici au Mali. Mais, j’ai toujours été traité avec respect et dignité de leur part. D’ailleurs, IBK avait l’habitude de me dire qu’il n’a pas de problèmes avec moi, car je ne viens jamais lui demander un marché. On est comptable du bilan d’IBK, mais on n’est pas responsables. Car, nous l’avons soutenu en toute franchise sans être responsables de décisions. Inch Allah, nous allons gagner lors des prochaines élections », a dit Hadi NIANGADOU, président du MPM.

À l’issue des travaux du congrès, un bureau national de 286 membres présidé par Hadi NIANGADOU a été mis en place au sein duquel il y a un Secrétariat exécutif de 30 membres composé comme suit : Président : Hadi Niangadou ; premier vice-président : Mamadou Diango Tounkara ; deuxième vice-président : Boulkassoum Touré ; troisième vice-présidente Mme Dembélé Gogo Kaba Diakité ; quatrième vice-président : Dr Oussman Sacko ; cinquième vice-présidente Bana Koita. Et le Secrétariat général est dirigé par Amidou Tangara.

A O

Source : Ziré

MaliwebMali actuPolitique
Le Parti Mouvement pour le Mali (MPM) a tenu son tout premier congrès ordinaire le 17 octobre 2020, au Centre international de conférences de Bamako (CICB). L’événement était présidé par le président de la formation politique, Hadi NIANGADO, en présence de plusieurs invités de marque dont des leaders politiques...