Le suspense est pratiquement levé dans la course à une éventuelle présidentielle l’an prochain. Si jusque-là, personne n’ose s’affirmer, des citoyens maliens  se sont engagés à porter la candidature d’Ibrahim Boubacar Kéïta avec à la clé, le payement de la caution d’un président qui a déjà arboré ses tenues de candidat. Au moment où le pays plonge dans l’abime de la gestion, des compatriotes soutiennent que le Mali a encore besoin de son commandant de bord actuel, puisqu’il sera, pensent-ils, une chance pour le prochain quinquennat.

La cérémonie de lancement officiel a eu le samedi dernier au pavillon du stade du 26 Mars sis à Yirimadio. Elle était placée sous le parrainage de l’honorable Moussa Timbiné, 1ervice-président de l’Assemblée Nationale. On pouvait aussi noter les présences du Ministre de la Jeunesse et de la Construction citoyenne Amadou Koïta, le maire de la commune I du district de Bamako, Mamadou B Kéïta et l’honorable Kissima Kéïta, élu à Bafoulabé.

Le Président du Mouvement IBK 2018 en marche, en la personne d’Abdoul Aziz Oumar Diallo, dans un discours articulé sur plusieurs aspects de la gouvernance, a relevé des points qu’il estime positifs et qui justifient le soutien que lui et ses compagnons apportent à leur père, grand père, El hadji Ibrahim Boubacar Kéïta.

Apres deux mois d’activités et de mobilisation, les membres du mouvement ont décidé de procéder au lancement public. Les six communes de la capitale étaient représentées sans oublier celle de Moribabougou matérialisée par une présence visible de chasseurs (dosons).   La cérémonie   a commencé par une interprétation artistique assurée par …………

Ensuite la parole fut donnée celui qui a la lourde tâche de faire triompher un président qui est loin de ses priorités essentielles et populaires. C’est une campagne qui fut officiellement car Abdoul Aziz Oumar Diallo a lâché les mots et les idées : « Le Mali a encore besoin de vous » parlant d’IBK. Un engagement citoyen, disent-ils, pour soutenir un homme dont ils trouvent élogieuses les actions.

Le soutien qu’ils apportent au chef de l’Etat se justifie par le patriotisme de l’homme, selon eux, qui porte le Mali dans son cœur, l’expérience qu’il a acquise dans la chaine administrative, toutes choses qui le rendent valable aux yeux d’un mouvement qui met la réélection de leur désormais candidat au-delà de tout.

Dans son discours,  bien de points apparaissent pour justifier la légitimité du soutien qu’ils ont apporté à IBK. Son opposition  aux accords d’Alger de 2006, pour Aziz Diallo fait de lui, un visionnaire car il n’aurait pas été écouté à l’époque.

Si le président de la République est jugé laxiste dans la gestion de la rébellion, les jeunes s’érigent en énième défenseur pour soutenir que c’est une crise qui est différente des précédentes rebellions. Le Mali a besoin des professionnels qui mèneront à bon port l’accord pour la paix. IBK, pour son mouvement en marche, est l’homme qu’il faut.

Sur le plan politique, ils ont relevé la création du cabinet du chef de file de l’opposition. Cela, au dire du président du mouvement, fait de Ladji Bourama, un homme démocrate. C’est un acte qui a rehaussé l’image de la démocratie.

Sur le plan militaire, il a rappelé les efforts fournis pour améliorer le niveau de vie des militaires et de leurs capacités opérationnelles. Avec une attention accordée à la jeunesse, illustrée par la création d’un département à cet effet, ils disent soutenir ceux qui font la promotion de la jeunesse.

Les quelques mots que le parrain, l’honorable Timbiné, a prononcés vont dans le sens du discours tenu par le mouvement IBK 2018. Pour le vice-président de l’assemblée nationale, iBK a trouvé le Mali dans un contexte difficile. Ceux qui le critiquent, poursuit-il, sont les responsables et les coupables du chaos qui le pouvoir cherche à surmonter.

Il a salué l’engagement des jeunes qui ont mis en place ce mouvement et qui l’ont désigné comme parrain. Il a précisé que ni le chef de l’Etat ni lui-même en tant que parrain n’ont participé à l’organisation matérielle ou financière. L’honorable trouve que cela confirme leur dévouement et leur sincérité dans leur mission.

Il a également effleuré quelques actions et difficultés que connait le pays sans jamais défendre que le régime ou le président ait échoué. La sécurité, avec des milliards engloutis dans les équipements militaires et les conditions des troupes. Timbiné a promis que très bientôt, les nombreuses attaques cesseraient car des moyens aériens conséquents ont été acquis.

Les personnes mobilisées ne portaient pas de T-shirts, une des rares fois, c’est un constat que nous avons pu faire. Même si la salle n’a pas fait le plein, des femmes des jeunes et des journalistes avaient fait le déplacement. Abdoul Aziz Oumar Diallo a insisté sur une phrase que voici : « le ‘‘Mouvement IBK-2018 EN MARCHE’’ s’engage à prendre en charge la caution du Président de la République pour les élections présidentielles de 2018 quel qu’en soit le montant. »

Le choix de l’honorable Timbiné pour les jeunes résulte du fait qu’il se battrait au quotidien pour défendre les actions du Président de la République « Nous ne l’avons pas choisi au hasard comme parrain de cette activité. Mon cher, vous êtes un homme valable, courageux, honnête, sincère,  d’estime, de valeur, vous avez notre soutien à hauteur de souhaitLes responsables de ce mouvement en faveur d’un très prochain président-candidat trouvent largement positives les actions d’une gouvernance que d’autres qualifient de dramatique. Ils ont fait une mention au premier ministre, au ministre de la défense, celui de la jeunesse et de la sécurité intérieure. Auparavant, il y avait eu une imitation d’IBK junior sur certaines postures et propos du Mandé Massa.

Badiala Kéïta

Source: figaromali

MaliwebMali actuMaliweb Malijet MaliactuPolitique
Le suspense est pratiquement levé dans la course à une éventuelle présidentielle l’an prochain. Si jusque-là, personne n’ose s’affirmer, des citoyens maliens  se sont engagés à porter la candidature d’Ibrahim Boubacar Kéïta avec à la clé, le payement de la caution d’un président qui a déjà arboré ses tenues...