INTERVIEW (PRESQUE) IMAGINAIRE

Assis devant un gros plat de haricot, au fond du salon, IBK parcourt du regard les pages des journaux en souriant. C’est là que se déroule, pour la première fois, la traditionnelle interviou – imaginaire ou presque – qu’il a bien voulu nous accorder. C’était dimanche dernier, en début d’après-midi, à sa résidence privée de Sébénikoro. Sans concession.

Mr le président, la tension socio-politique s’est calmée. Les « gens-saignants » ont, finalement, accepté de regagner leurs classes ; plus de marche, plus de meeting… Bref, tout semble vous sourire…

Eh oui ! Avec ce gouvernement de mission, piloté par celui que vous appelez, à juste raison, « Boubou Ardo Galo », tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Comme dirait l’autre.

Comment avez-vous fait ?

Le Mollah, le Sorbonnard, que je suis, a plus d’un tour dans son sac. La preuve : est-ce que tu entends Soumi-champion parler ?

Pas du tout ! Il est devenu aphone.

Ce n’est qu’un début. Il arrivera un moment où, vous ne le verrez même plus à Bamako.

Parce que vous allez le faire arrêter ?

Je n’en ai pas besoin. Car, au rythme où vont les choses, le chef de file de l’opposition finira, lui-même, par me demander de me présenter, en 2023, pour un troisième mandat.

Comment un troisième mandat ?

Les Maliens seront, tellement, fiers de mon second mandat qu’ils feront comme les Rwandais : me demander de me présenter pour un troisième, un quatrième, voire un cinquième mandat. Et personne n’aura à redire. Même le chef de file de l’opposition, qui brûle d’envie de me succéder.

Quel sort lui réserverez-vous ?

Peut-être un poste d’ambassadeur dans un pays où, il se sentira, tellement, à l’aise qu’il finira par m’oublier.

Et que ferez-vous de Tiébilé Dramé, d’Amadou Thiam… par exemple ?

Je les garde bien au chaud à mes côtés. D’ailleurs, depuis que je les ai séparés de Soumaïla Cissé, il n’y a plus de marche, plus de meeting, plus de critique dans la presse.

Donc, votre stratégie consistait à diviser l’opposition pour mieux gouverner ?

Pas du tout ! Mais ce sont eux qui ont réclamé un gouvernement d’union nationale, un gouvernement de mission. Et moi, j’ai sauté sur l’occasion pour l’exploiter en ma faveur.

Mr le président, le nouveau mandat des députés, qui a été prorogé de six mois, prendra fin en juin prochain, alors rien n’a été fait pour organiser de nouvelles élections législatives. Qu’allez-vous faire, maintenant ?

A l’impossible, nul n’est tenu ! A défaut de pouvoir organiser des élections législatives, nous n’aurons d’autre choix que de proroger le mandat des députés une seconde fois.

Croyez-vous que le peuple malien accepterait cela ?

Je n’en sais rien !

Le COFOP, l’autre opposition avec à sa tête Dr Oumar Mariko, se dit opposée à « tout nouveau bail » au profit des députés.

Le même Dr Oumar Mariko du parti Sadique, pardon SADI, s’était opposé à la première prorogation du mandat des députés. Cela ne l’a pas empêché de revenir à l’Assemblée nationale. Qui a bu, boira !

C’est à dire ?

S’il est revenu à l’Assemblée nationale, après avoir critiqué la prorogation du mandat des députés, rien ne l’empêchera de revenir une seconde fois. Vous connaissez bien l’adage : jamais un sans deux !

Ne craignez-vous pas que les Maliens descendent dans la rue pour protester contre cette seconde prorogation du mandat de l’Assemblée nationale ?

Les Maliens sont plus compréhensibles que vous ne l’imaginiez. Je suis sûr qu’ils n’y verront aucun inconvénient.

Mr le président, votre « ex-futur ami », Bouyé a, récemment, appelé les Maliens à « rejeter le projet de révision constitutionnelle ». Qu’en pensez-vous ?

Je n’ai aucune envie de verser dans une nouvelle polémique, mais Mon frère Bouyé doit se convaincre, une fois pour toute, que c’est moi que les Maliens ont choisi pour diriger le pays. Même si, je l’avoue, il a été déterminant dans ma victoire de 2013.
Mais à la présidentielle de juillet dernier, il a appelé les Maliens à voter pour mes adversaires ; mais cela ne m’a pas empêché de gagner haut la main cette élection. Cela veut dire que Bouyé n’a plus le poids politique qu’il prétend avoir.

Pourquoi vous accuse-t-il, ouvertement, de l’avoir « trahi » ?

Je n’en sais rien ! Allez le lui demander.

Propos recueillis par Le Mollah Omar 

Source: Canard Déchainé

MaliwebInterviewsmaliwebMaliweb Malijet MaliactuPolitiqueAmadou Thiam
INTERVIEW (PRESQUE) IMAGINAIRE Assis devant un gros plat de haricot, au fond du salon, IBK parcourt du regard les pages des journaux en souriant. C’est là que se déroule, pour la première fois, la traditionnelle interviou – imaginaire ou presque – qu’il a bien voulu nous accorder. C’était dimanche dernier,...