Le président Ibrahim Boubacar Kéita a mis à profit son séjour dans la capitale des Balanzans (Ségou) pour rencontrer les forces vives de cette région. Il s’agit des représentants des griots du Recotrade, le Gouverneur, les représentants des chefs de quartier, des religieux (musulmans et chrétiens), des femmes, des jeunes, des partis politiques de l’opposition et ceux de la majorité présidentielle. Toutes ces personnalités ont réitéré leur reconnaissance au président de la République pour les actions en faveur de Ségou. Dans sa réponse, le président IBK s’est réjoui de la grande mobilisation autour de sa visite avant de s’en prendre à ses opposants.

Pour cette rencontre avec les forces vives de Ségou, la salle Mérouba s’est avérée petite pour accueillir la population de Ségou sortie massivement pour écouter IBK. Les représentants des différentes corporations sont revenus sur les actions et les infrastructures réalisées à Ségou, avant de remercier le président Ibrahim Boubacar Kéita pour sa générosité. Ils feront les éloges du Président, avant de solliciter sa candidature pour l’élection présidentielle du 29 juillet 2018. Après avoir présenté sa région qui comprend 7 cercles et 39 arrondissements avec une population de 2 800 000 habitants et couvrant 60 % des besoins du Mali en riz, le gouverneur de Ségou, Biram Sissoko, citera les réalisations et les chantiers en cours.

Au nom des leaders religieux, Youssouf Djiré, accompagné des chrétiens (catholiques et protestants) demandera à IBK de continuer à multiplier les bienfaits envers les pauvres et les religieux. A ses dires, à Ségou, il n’y a pas de problème entre les musulmans et les chrétiens. “Les musulmans et les chrétiens sont toujours ensemble à Ségou pour instaurer la paix, l’unité, la fraternité. Il n’y a pas de conflit religieux à Ségou”, a-t-il reconnu. L’Abbé Joseph Camara (catholique) fera les louanges du président IBK. “C’est Dieu qui a fait qu’IBK est devenu le président des Maliens. Ses actions sont visibles. Nous ne pouvons que vous souhaiter longévité. Bon vent dans votre ministère pour l’épanouissement de la nation malienne. Nous sommes de cœur avec vous Monsieur le président”, s’est-il exprimé. Et le Pasteur Joseph Diabaté d’appeler IBK à avoir le courage d’appliquer la bonté, la justice et d’être fidèle à Dieu.

Après avoir cité les actions d’IBK en faveur des femmes, Mme Koné Aminata Sissoko dira que le Président a beaucoup fait, mais que sous la pluie, la sueur d’un travailleur ne se voit pas. Au nom des femmes de Ségou, elle sollicitera le président de la République pour doter les femmes d’équipements.

Moussa Ibrahim Traoré, le représentant des jeunes dira que Ségou n’est pas une ville ingrate, Ségou n’est pas une vie hypocrite et Ségou sait reconnaître les bienfaits des gens.  “Ségou sera toujours reconnaissant envers IBK”, a-t-il promis. Mamadou Sylla, le représentant des partis de l’opposition, tout en rappelant l’historique de la démocratie au Mali, demandera au Président d’écouter et d’entretenir son opposition qui est son meilleur conseiller.

Au nom des partis politiques de la Majorité présidentielle, l’Honorable Mme També Saran Sangaré a remercié IBK pour ses 4 visites à Ségou. Elle rappellera que durant les élections, aucun parti d’opposition n’a pu battre à Ségou les partis de la majorité présidentielle. Au nom des partis de la majorité présidentielle, elle demandera à IBK de se représenter à l’élections présidentielle du 29 juillet 2018.

IBK blâme l’opposition malienne

Dans sa réponse, le président IBK souhaitera la paix sur terre pour les hommes de bonne volonté. Il a remercié Ségou pour son accueil chaleureux et sa grande mobilisation pour sa visite. “Je suis reconnaissant envers les Ségoviens, je serai toujours reconnaissant envers les Ségoviens pour leur confiance placée en moi pour réaliser la stabilité du pays, la paix et la réconciliation et pour le développement du Mali, faire avancer les études, la sécurisation des populations. Nous faisons tout ça dans la légalité, dans la compréhension. Nous sommes dans cette tâche depuis plus de 50 ans. C’est pour dire que Boua a fait un peu pour le Mali”, a-t-il souligné.

Donnant une leçon de démocratie à l’opposition, il indiquera que la majorité présidentielle doit travailler pour tout le monde. “Aux élections de 2013, les Maliens m’ont fait confiance en m’élisant avec 77 %. Si la démocratie est la vérité, cela veut dire le peuple me fait confiance. Durant mon mandat, j’ai travaillé pour tous les Maliens en réglant leurs préoccupations. Je crois que nous avons fait beaucoup dans ce sens. J’ai réalisation les infrastructures routières à Ségou, diminué les accidents de la circulation. En démocratie, les opposants doivent reconnaître le travail et le mérite des autres. Dire que le voyage d’IBK à Ségou est une campagne électorale relève de la méchanceté. Je suis tranquille, je ne suis pas fou du pouvoir. Grâce au bon Dieu, je serai tolérant. Que Dieu fasse que je sois tolérant. Grâce aux bénédictions des religieux, je tiendrai bon. Je ne peux pas être méchant. Ce qui est sûr, j’ai contribué à mettre débout certains, ici même à Ségou. La méchanceté est un colis lourd pour moi. Je leur laisse cette méchanceté. Cela veut dire que l’opposition ne sait pas ce qu’elle veut. […] Ne provoquez personne pour les élections à venir”, a-t-il dit.

Il a rappelé qu’en 2002, au stade du 26 mars, on lui avait préparé un discours dur. Certains de ses compagnons qui sont à l’opposition aujourd’hui l’avaient incité à muscler son discours. “Au micro, j’ai adouci mon discours. Si Dieu a voulu mon échec, je suis aussi d’accord. C’est pour cela que je dis tous les jours que les Maliens élisent celui qui peut faire le bonheur du Mali. Et je serai prêt à accompagner ce dernier parce que, pour moi, seul le Mali compte. Mais mes propos n’apaisent pas mes détracteurs. Personne ne peut me faire partir. Soyons patients et tolérants. Les gens doivent apprécier ce qui fait avancer le pays. IBK partira un jour en laissant l’échangeur de Ségou sur place. Les gens doivent accepter et apprécier le travail bien fait. Cela ne coûte rien. Ce qui est sûr, je suis aujourd’hui le président de la République, chef de l’Etat du Mali, chef suprême de l’Armée. Ma visite à Ségou ne doit pas être mal vue. Que Dieu sauve le Mali, que Dieu protège le Mali. Je sais que Dieu le fera”, a-t-il espéré.

Le président IBK ajoutera que Ségou est une ville bénie, une ville qui a de la chance, une ville de connaissance, de culture, une ville d’honneur, de reconnaissance. “Le travail de l’Etat est une continuité. Le Président ne doit pas être l’ennemi de quelqu’un. Je ne serai pas ingrat, égoïste. Je serai toujours reconnaissant envers les Ségoviens. Je ne connais pas l’égoïsme. Ségou est une ville d’humanisme. Mais tous les Ségoviens ne sont pas gentils, tous les Ségoviens ne sont pas bons”, a-t-il plaisanté. Il expliquera que sa préoccupation est le renforcement des capacités de l’Armée malienne afin de lui permettre de lutter efficacement contre le terrorisme et l’insécurité.

Des chars blindés commandés pour l’Armée malienne

IBK a révélé que lors de sa visite en Arabie Saoudite, il a vu et commandé des armements qui pourront aider l’armée à assurer la sécurité des Maliens. Il a informé qu’il a fait commande de ces équipements militaires dont 7 chars anti-mines de 12 places pour montrer aux ennemis du Mali que notre Armée est en train de monter en puissance. A ses dires, ces chars blindés seront livrés au Mali ce vendredi 27 avril 2018 pour être mis sur le terrain. “Boua est entré dans ces blindés pour faire un tour. Ces chars filent comme des Mercedes. Gloire à Dieu”, s’est-il réjoui. «Sur les 7 blindés, 2 sont anti-mines. Les opposants doivent être sages. J’ai dit que je vais équiper l’Armée. Et je l’ai fait pour sauver la vie de nos militaires qui sont au front. Gloire à Dieu. Chaque jour que Dieu fait, nous renforçons la capacité de nos forces armées», a-t-il dit.

Il a ensuite annoncé l’achat par le Mali des avions de transport de troupes et des hélicoptères. Il a blâmé l’opposition qui, à ses dires, estime qu’IBK est arrivé au pouvoir et ne fait que manger l’argent. Il ne fait rien, selon l’opposition. “Demain, devant Dieu, ils démentiront ces allégations car ils ne font que me vilipender. Aujourd’hui, le Mali se porte bien. Je connais l’économie car j’ai été directeur général adjoint de la Banque mondiale. Parce qu’il est la 3e Economie de l’Uémoa, malgré la crise qui le frappe. Il ne faut pas que l’opposition se trompe et désinforme la population. Ce qui est sûr, moi IBK, n’est-ce pas que j’ai droit à deux mandats, donc, je n’ai pas deux candidats au Mali. C’est vrai, la démocratie, c’est l’opposition et la majorité. Mais l’opposition ne doit pas dire ce qui n’a pas été fait. L’opposition doit dire la vérité, aider la majorité à construire le pays. Si j’étais un détourneur de deniers publics, cela ne se cacherait pas. […] que les gens soient sages et tolérants. Je ne suis pas un détourneur, je ne suis pas venu au pouvoir pour ça. Je ne suis pas venu au pouvoir pour sucer l’huile du Mali. Boua est dans la gestion de l’Etat depuis fort longtemps. Boua connaît la gestion de l’Etat. Je ne suis pas un voleur, je ne suis pas au pouvoir pour voler […] Ceux qui me vilipendent me connaissent. Ils me connaissent. C’est ce qui leur fait peur. Que les gens soient sages, la peur n’est pas bonne pour le cœur. Si demain, j’emprunte le pont, ils vont croire que je suis en train de venir à Ségou. Qu’ils soient sages, patients”, s’est-il moqué. Il conseilla la fraternité, l’unité, la paix dans Ségou. “Ségoviens, Boua est fatigué. Je ne suis pas né à Ségou, mais j’aime Ségou. Que Dieu fasse que je n’oublie pas les Ségoviens”, a-t-il souhaité. Après son intervention, les fractions Tamasheq de Ségou lui ont fait cadeau d’un masque sous forme de calebasse, symbole de la cohésion sociale.

Des dons offerts par IBK

A la fin de la cérémonie, le Président a procédé, entre autres, à la remise 145 équipements solaires pour les Cscom de Ségou ; des kits scolaires aux élèves des 1ères années ; 6 appareils de dialyse à l’hôpital de Ségou ; un camion benne ; des matériels d’assainissement, 10 tonnes de riz et 3 millions Fcfa aux personnes vivant avec le VIH.

La dernière journée du séjour d’IBK à Ségou (le jeudi 26 avril) a été consacrée à Markala où il a inauguré la route reliant les quartiers Diamerabougou et Kirango avant de visiter les installations du barrage de Markala dont il a financé la rénovation. L’après-midi du jeudi a été consacré aux étudiants de l’Université de Ségou.

  Siaka DOUMBIA, envoyé spécial Markala :

 

Diamerabougou et Kirango reliés par une route moderne

n visite dans la région de Ségou, le président de la République Ibrahim Boubacar Kéita a inauguré jeudi à Markala la route reliant les quartiers Diamerabougou et Kirango. D’une longueur de 3243 m sur 15 m de largeur, cette route a coûté au fonds public (Autorité routière), la somme de 1 305 437 688 F CFA. Cette route, aux dires du ministre des Transports et du Désenclavement, Moulaye Hamed Boubacar, va jouer un rôle important dans le désenclavement de Markala, grenier du Mali.

“Cette route fera le bonheur des populations et des transports du Mali. Avec cette route, Diamerabougou et Kirango sont devenus des quartiers modernes à Markala”, a-t-il déclaré. Il a invité les usagers à être courtois et  à respecter le code de la route pour éviter les accidents et endommager les infrastructures. Il a exprimé la reconnaissance des populations, surtout des jeunes envers le président IBK.Après cette inauguration, le président a visité les installations du barrage de Markala rénovées et sécurité avec des caméras de surveillance.  Sa visite s’est poursuivie avec la salutation aux notabilités de Markala.             

  S. D.

Source: Aujourd’hui-Mali

MaliwebmaliwebPolitique
Le président Ibrahim Boubacar Kéita a mis à profit son séjour dans la capitale des Balanzans (Ségou) pour rencontrer les forces vives de cette région. Il s’agit des représentants des griots du Recotrade, le Gouverneur, les représentants des chefs de quartier, des religieux (musulmans et chrétiens), des femmes, des...