Alou Coulibaly, maire de la Commune VI de Bamako au Mali, a été suspendu de ses fonctions pour un delai de trois (03) mois pour avoir engagé sans la consultation de son Conseil municipal 4 personnes au sein de la mairie.

La décision prise par le gouverneur Ami Kane ne s’est pas fait attendre. Le maire de la Commune VI au Mali, Alou Coulibaly, a été suspendu pour trois mois en raison du recrutement de 4 personnes sans la délibération du Conseil communal. L’affaire fait grand bruit actuellement au Mali où certaines personnes souhaitent que la mesure du gouverneur s’étende à toutes les autres mairies de Bamako. Dans la Commune I de la capitale malienne par exemple, il se raconte que le maire Mamadou Keita a recruté 19 personnes sans la délibération du Conseil.

Une violation en la matière, puisque le recrutement d’une dizaine d’agents à la mairie nécessite forcément l’avis du Conseil communal. « Au fil du temps, l’opinion découvre peu à peu la légèreté de la décision du gouvernement relative à la suspension du maire de la Commune VI, Alou Coulibaly. Ce dernier est aujourd’hui privé de son bureau pour avoir recruté 4 agents. Or, le code des collectivités est formel : le maire peut recruter des agents en cas de besoin, mais jamais au-delà de dix personnes. Au-delà, il est obligé de faire recours au conseil communal pour une délibération», relate le journal Soleil Hebdo. Comme ses prérogatives le lui permettent, Alou Coulibaly a fait appel au concours de certains collaborateurs qui se trouvaient dans le bénévolat à la mairie. Une décision qui n’a pas été appréciée par le gouverneur de Bamako, Ami Bulldozer Kane.

David YALA

L’info drome

MaliwebPolitique
Alou Coulibaly, maire de la Commune VI de Bamako au Mali, a été suspendu de ses fonctions pour un delai de trois (03) mois pour avoir engagé sans la consultation de son Conseil municipal 4 personnes au sein de la mairie. La décision prise par le gouverneur Ami Kane ne...