INTERVIEW EXCLUSIVE DU PRESIDENT DE KAOURAL RENOUVEAU EL HADJ OUMAR ABDOU TOURE :

« Pour nous, IBK et son gouvernement n’ont pas la solution aux problèmes des Maliens »

Mais qu’est-ce qui fait bouger le président de Kaoural Renouveau international qui est en train d’installer des cellules partout au Mali et à l’extérieur ? En plus, s’il est à Bamako, son bureau de Lafiabougou ne désemplit pas car les gens y viennent pour se faire conseiller où y trouver du réconfort, comme les veuves de militaires dont nous faisons écho des complaintes la semaine dernière. Dans un entretien à bâtons rompus qu’il nous a accordé, nous avons tenté de cerner les motivations et les objectifs de son association qui fait tant parler d’elle actuellement, notamment à travers ses prises de position tranchées contre le pouvoir en place.

Resté hors du pays pendant près d’un an, le président de Kaoural Renouveau international, Elhadj Oumar Abou  Touré n’était pas pour autant déconnecté des problèmes du Mali. Il passait son temps à diffuser sur Youtube des vidéos au contenu incendiaire, notamment lors du lever de bouclier contre le projet de réforme constitutionnelle initiée par le président IBK. « J’étais à Dakar pour un voyage d’affaires. Sur place là-bas, je diffusais des vidéos pour dénoncer la corruption du régime. Certains ont vite fait le parallèle entre mon absence prolongée et ces vidéos en déclarant que je n’allais plus remettre les pieds au Mali. Ils ont eu tort car rien ne m’empêchera d’exprimer mon opinion, surtout s’il s’agit de dénoncer la corruption du régime et les travers de gestion qui font souffrir les populations ».

Pourtant, il y a des gens qui lui font le reproche de s’immiscer dans la vie politique, étant à la tête d’une association apolitique. « C’est vrai que Kaoural Renouveau international est une association apolitique à caractère social, mais ses nombreuses réalisations l’ont amené sur le terrain politique puisque parmi ses principaux objectifs il y a le soutien à toute action dans le cadre du développement du Mali. Au cours de la dernière décennie, aucune association, aucun parti politique encore moins une Ong n’a pu poser autant d’actes concrets que Kaoural Renouveau dans les domaines de la lutte contre la pauvreté, de l’assainissement et de l’emploi des jeunes » se défend le président de Kaoural Renouveau international.

« Moi j’ai choisi mon camp et c’est celui du peuple. De ce peuple trahi par les promesses non tenues et les mensonges des politiques. Je n’ai jamais fait de la politique et personne ne m’a jamais vu postuler à un quelconque poste, mais j’ai contribué à l’élection de beaucoup d’hommes politiques parce que nous croyions nous retrouver dans ce qu’ils promettaient » précise El hadj  Oumar Abou  Touré dit Elhadj.

Dans sa lancée, il ajoute : « Kaoural a été amené à présenter des jeunes aux élections communales de 2009 où elle a obtenu 3 conseillers. Il y a eu aussi l’alliance avec CAV qui nous a donnés 5 conseillers en commune IV lors des dernières communales ».

Sa position est claire concernant l’intervention de Kaoural Renouveau dans le domaine politique qui n’est plus une chasse gardée des seuls partis, selon lui car il s’agit de décider du sort de la Nation et des millions de citoyens Maliens dont les aspirations sont souvent trahies par des élus : « Nous soutenons et nous continuons à soutenir les partis, regroupement ou personnalités politiques qui ont les mêmes objectifs que nous » a-t-il, avant d’ajouter : « Nous sommes de la société civile. Ce qui suppose que nous avons notre mot à dire sur la vie nationale et aucune organisation n’est plus proche des populations que nous pour connaître leurs problèmes et préoccupations ».

En ce qui concerne la présidentielle de 2018, Kaoural a une position tranchée : « J’ai eu à le dire et je ne cesse de le répéter, je ne serai candidat à quoi que ce soit au Mali, ni à la présidentielle, ni à la députation ni aux communales. Je ne veux pas aussi d’un poste nominatif. Mon combat, c’est juste en faveur des plus pauvres. Par ailleurs, il faut reconnaitre que même si Kaoural Renouveau ne va pas présenter un candidat pour la présidentielle de 2018, nous allons soutenir un candidat qui partage notre vision du Mali et nos préoccupations. C’est pourquoi nous allons étudier tous les programmes avant de faire un choix ».

Mais si l’on en juge par ses sorties publiques, le président de Kaoural Renouveau international a d’emblée écarté tout soutien à IBK et il réitère cette position lors de notre entretien : « A Koaural renouveau, nous pensons qu’IBK n’a pas respecté son engagement de campagne car avant d’accéder au pouvoir, il avait dit à qui voulait l’entendre qu’il n’allait pas négocier avec les rebelles. Il avait promis de restaurer la sécurité, de combattre la faim et la corruption, de donner des ordinateurs aux étudiants…C’est partant de ces promesses que 77 % de nos compatriotes lui ont fait confiance. Mais malheureusement, c’est un espoir déçu. Nous avons constaté que l’insécurité s’est propagée même au centre du pays, des rebelles se pavanant même avec des drapeaux autres que celui du Mali. La corruption, au lieu de reculer, s’est généralisée. Plusieurs centaines d’écoles sont toujours fermées au nord et au centre du pays. Nous ne citerons que ces quelques griefs car il y en a beaucoup » dénonce-t-il.

Et il poursuit : « Pour nous, IBK et son gouvernement n’ont pas la solution aux problèmes maliens. C’est pour toutes ces raisons que nous n’allons pas le soutenir et nous l’invitons à ne pas se présenter. Qu’il aille se reposer. Sinon, il faut reconnaitre qu’IBK a l’amour de ce pays, mais très franchement il n’a pas d’hommes et de programme pour tirer le Mali du trou. Je regrette de voir que des gens le suivent, notamment des jeunes qui doivent être très soucieux de leur avenir pour ne pas se lancer dans pareille aventure. Mais je ne leur en veux pas car c’est certainement pour sauvegarder leur intérêt personnel ».

Mais pourtant IBK a créé des emplois pour eux et cela peut-être une raison de le suivre, lui rétorque-t-on. Réponse : « A Kaoural, l’option est très claire. Nous nous sommes engagés déjà dans cette dynamique de changement avec le slogan « Balayer pour changer » car le président et son gouvernement se soucient moins des préoccupations des plus démunis.  Avec un autre mandat du président IBK, les Maliens vont souffrir davantage. Ils vont souvent jusqu’à dire qu’ils ont créé plus de 200 000 emplois, moi je ne crois pas à ces chiffres que j’ai toujours contestés car, à mon avis, ce sont des données imaginaires, sorties de nulle part ».

Propos recueillis par N.S 

Source: lesphinxmali

MaliwebInterviewsMali actumaliwebPolitique
INTERVIEW EXCLUSIVE DU PRESIDENT DE KAOURAL RENOUVEAU EL HADJ OUMAR ABDOU TOURE : « Pour nous, IBK et son gouvernement n’ont pas la solution aux problèmes des Maliens » Mais qu’est-ce qui fait bouger le président de Kaoural Renouveau international qui est en train d’installer des cellules partout au Mali et à l’extérieur ? En...