Le président de la République vient de nommer son 5ème Premier ministre et son 7ème gouvernement en quatre ans d’exercice du pouvoir d’État. Dans un communiqué, dont nous avons eu copie, le Parena pense que rien ne dit que ce Premier ministre et ce gouvernement seront les derniers du quinquennat qui prendra fin le 4 septembre 2018. Les vrais détenteurs du pouvoir au Mali, toujours à la manœuvre, ont imposé un gouvernement à leur dévotion. Nul doute que les affaires continueront de plus belle !

Selon le parti de Tièbilé Dramé, ce 7ème gouvernement, comme les précédents, est, à l’évidence, incapable de répondre à l’ampleur et à la gravité de la crise malienne, qu’il s’agisse de l’impasse du processus de paix, de l’embrasement du Centre ou de la mauvaise gouvernance.

En quatre ans, le Mali, pays en guerre, dont l’existence est menacée, a eu six ministres de l’Administration Territoriale, cinq ministres de la Défense et cinq ministres de la Justice. L’instabilité gouvernementale chronique est l’illustration d’un manque criard de vision du président IBK et d’une profonde crise politique.

L’échec du président saute à l’œil nu. Quel dramatique gâchis !

Pour le Parena, la solution à la dégradation continue de la situation  ne réside pas dans le remaniement ministériel permanent, mais dans un REMANIEMENT PRESIDENTIEL. Pour ce faire, nous lançons un vibrant appel à la convergence de toutes les forces démocratiques et patriotiques de l’intérieur comme de l’extérieur pour un rassemblement autour d’un projet de gouvernance pour sauver le Mali, en réalisant, en juillet-août 2018, l’alternance.

André TRAORE

 

Source: Soleil Hebdo

MaliwebCommuniqué de pressePolitiquecrise malienne
Le président de la République vient de nommer son 5ème Premier ministre et son 7ème gouvernement en quatre ans d’exercice du pouvoir d’État. Dans un communiqué, dont nous avons eu copie, le Parena pense que rien ne dit que ce Premier ministre et ce gouvernement seront les derniers du quinquennat qui...