Tiébilé Dramé, le président du Parena, s’est attaqué récemment, dans une interview parue dans Jeune Afrique, au Général Amadou Haya Sanogo, auteur du coup d’Etat du 22 mars 2012 en remettant en cause son grade. La réponse du Collectif des patriotes (Copa), fervent soutien des putschistes ne s’est pas fait attendre. Face aux journalistes hier, son président Makan Konaté, a été d’une violence extrême envers le président du parti du Bélier blanc. « C’est un opportuniste, un égoïste, un égocentrique. Il doit foutre la paix à Sanogo et s’occuper de ses affaires », lui a-t-il lancé.tiebile-drame parena

Hier, à la Maison de la presse, le Collectif des patriotes (Copa) était venu se féliciter de la mise en place du gouvernement d’Oumar Tatam Ly. Un gouvernement, dit-il, qui à peine formé est sous le feu des critiques que certains le trouvent pléthorique avec une sous-représentassions des femmes et d’autres le qualifient du déjà-vu.

 

Pour le président du Copa, « les gens doivent laisser le gouvernement travailler et le juger après, le juger à la tâche ». Makan Konaté trouve qu’il est trop tôt de parler d’un gouvernement qui n’a même pas véritablement commencé son travail. Dans tous les cas, le Copa dit soutenir ce gouvernement tant qu’il fera du bon travail pour le bonheur des Maliens, mais prévient qu’il sera là pour dénoncer dès que des dérives seront constatées.

 

Il a réagi à l’interview de Tiébilé Dramé parue cette semaine dans Jeune Afrique au cours de laquelle l’ancien ministre a critiqué  la nomination à titre exceptionnel du capitaine Amadou Haya Sanogo, auteur du putsch du 22 mars 2012, au grade de général. Dans cette interview reprise par nos confrères de l’Indépendant, Tiébilé Dramé critique la promotion faite à Sanogo par le président de la transition, Pr. Dioncounda Traoré, en le passant d’un simple capitaine à un général d’armée 4 étoiles.

 

A en croire M. Dramé, la rébellion et le coup d’Etat ont provoqué l’effondrement de l’armée. Il est essentiel, ajoute-t-il, de reconstruire la grande muette du Mali, « même si les galons distribués récemment ne sont pas des indicateurs du bon chemin qu’il faut prendre pour la refondation de l’armée ». Et Tiébilé Dramé de dénoncer la promotion d’Amadou Haya Sanogo au grade de général quatre étoiles. « Cette promotion est une prime au coup d’Etat. Ce n’est pas un bon exemple pour les jeunes générations de militaires. Ceux qui l’ont promu, tout comme ceux qui observent un silence assourdissant sur cette promotion, n’ont pas rendu service au Mali. Ni à la démocratie ».

 

Voilà des propos qui ont valu hier une volée de bois vert de la part du Copa. Pour son président, Tiébilé doit savoir raison garder. « C’est une première au Mali qu’un militaire fasse un coup d’Etat et accepte le retour à l’ordre constitutionnel après une semaine d’exercice du pouvoir. Tiébilé Dramé a été envoyé au Burkina Faso par le président de la transition pour négocier avec les rebelles du Nord, c’est ce même président qui a pris le décret de promotion de Sanogo. Quand Tiébilé trouve à redire par rapport à ce qu’a fait ce même président de la République par intérim, il doit savoir raison garder. Dans tous les cas, nous sommes une organisation pro-junte et toute personne qui s’attaquera au général Sanogo nous trouvera sur son chemin », a prévenu Makan Konaté avant de poursuivre : « Le Parena est en perte de vitesse à cause de Tiébilé Dramé qui est un  opportuniste, un égoïste, un égocentrique et il est même temps que ce parti change sa direction, parce que tant que Tiébilé Dramé sera à sa tête, le Parena ne va pas émerger ». Celui qui veut assumer entièrement ses propos et dit être prêt à répondre devant les tribunaux si M. Dramé venait à porter plainte.

Abdoulaye Diakité

Source: L’Indicateur du Renouveau

MaliwebPolitique
Tiébilé Dramé, le président du Parena, s’est attaqué récemment, dans une interview parue dans Jeune Afrique, au Général Amadou Haya Sanogo, auteur du coup d’Etat du 22 mars 2012 en remettant en cause son grade. La réponse du Collectif des patriotes (Copa), fervent soutien des putschistes ne s’est pas...