La situation que connait le Mali n’est plus à décrire ou à expliquer. Le climat de méfiance et de révolte qu’expriment certains compatriotes à l’endroit de nos partenaires semble impacter les représentants du Peuple. C’est pourquoi des ministres du gouvernement étaient soumis aux questions des honorables députés parmi lesquels, le Général de Division, Salif Traoré, Ministre de la sécurité et de la Protection civile et le Général Ibrahim Dahirou Dembélé, ministre de la Défense et des Anciens combattants.

La situation difficile que vivent les soldats au front, les rôles confus des partenaires, les obstacles aux troupes maliennes, le dispositif, la gestion, la formation et l’équipement des effectifs ont constitué les points essentiels des questions formulées au ministre de la Défense, Ibrahim Dahirou Dembélé. Dans un langage très militaire, l’ancien chef d’état-major général des Armées a marché sur les questions des députés, avec des réponses brèves et directes.

Quant à son collègue de la sécurité et de la protection civile, le Général Salif Traoré, il a rassuré les parlementaires qu’une nouvelle posture est en cours pour fortifier et aider les forces sur une dimension psychologique face à l’adversaire. Dans un contexte dominé par l’impact des réseaux sociaux, le département de la sécurité, depuis des années, avait initié un projet de loi qui devrait mettre plus d’ordre et de fiabilité dans un secteur où les dérives ne manquent pas.

Le ministre de l’intérieur a affirmé qu’à travers les réseaux sociaux, beaucoup font le jeu de l’ennemi. Un projet de loi, longtemps déposé à l’Assemblée nationale, devrait être voté incessamment et donnera la latitude aux pouvoirs publics afin de prendre en compte tout ce qui se fera de façon déviante sur les réseaux sociaux. Pour le Général Salif Traoré, cette loi sera un outil qui pourra prévenir et servir de répression. C’est un moyen règlementaire et législatif pour sanctionner les contrevenants. « Il faut éviter de rendre la tâche plus facile à l’ennemi » insiste le ministre qui s’adresse aux éventuels auteurs de la cybercriminalité.

Le contexte actuel ne devrait permettre aucune diversion : «Nous avons autre chose à faire que de consacrer des gens derrière des machines pour traquer des auteurs de manquements. La situation sécuritaire est telle que les efforts et l’énergie qui seront déployés dans cette lutte contre la cybercriminalité.»

Il est évident que la publication et la diffusion de certaines images peuvent exposer et servir les ennemis de la République. Le Général Salif Traoré a souhaité que tous ceux qui utilisent les réseaux sociaux évitent de démoraliser les hommes sur le terrain «il y a des images qui découragent les soldats sur le terrain, d’autres favorisent mêmes nos ennemis et cassent le moral des forces maliennes déployées sur le terrain»

Le gouvernement consent des efforts en fonction de l’ampleur et la nature des menaces. La semaine dernière, le ministre avait rendu visite aux éléments du FORSAT déployés vers Kolokani. Le Ministre Salif Traoré, devant les honorables s’est engagé : « En plus du renforcement des équipes, les moyens roulants seront affectés, c’était déjà en cours. Le commissariat sera bientôt ouvert » promet le Ministre de la Sécurité et de la protection civile.

S’agissant de la particularité de la ville de Kidal, le Général Traoré précisera que Kidal n’a pas de statut particulier. Il a rappelé qu’il s’agit de l’armée reconstituée et qui devra être redéployée. D’ores et déjà, poursuit-il, il existe certains services sociaux de base dans la ville à laquelle tient tant le Peuple malien

SourceFigaro du Mali

MaliwebMali actuMalijetmaliwebMaliweb Malijet MaliactuPolitique
La situation que connait le Mali n’est plus à décrire ou à expliquer. Le climat de méfiance et de révolte qu’expriment certains compatriotes à l’endroit de nos partenaires semble impacter les représentants du Peuple. C’est pourquoi des ministres du gouvernement étaient soumis aux questions des honorables députés parmi lesquels, le...