Le Président de la transition désigné par le Comité national pour le salut du peuple (CNSP) a prêté serment le 25 septembre 2020. Devant le peuple du Mali et le monde entier, le Président Bah N’Daw a promis de se mettre au service de la nation pour lutter contre l’“insécurité’’, lutter contre “la corruption’’. Un discours dont la teneur a suscité beaucoup d’espoir et d’attente pour la transition qui s’ouvre.

 

La prestation de serment du président de la transition, Monsieur Bah N’Daw, a enregistré la présence de plusieurs hautes personnalités du pays et de la sous-région. Notamment, M. Umaro Sissoco Embalo, Président de la République de Guinée-Bissau, M. Goodluck Jonathan, ancien Président de la République Fédérale du Nigeria et médiateur de la CEDEAO, le Professeur Dioncounda Traoré, Président de la Transition malienne de 2012-2013, Madame la Ministre des Affaires étrangères du Ghana, le représentant spécial du secrétaire de l’ONU, M. Mahamat Saleh Annadif et patron de la MINUSMA, l’Imam Mahmoud Dicko entre autres.

Dans son discours, le Président de la transition a rendu un vibrant hommage aux soldats du Mali et des forces amies, tombés sur le champ d’honneur, FAMAs, Barkhane, Minusma et pour les morts civils tombés lors de cette guerre et les récentes manifestations politiques. Il a également salué le Conseil National de Salut du Peuple (CNSP) pour “son esprit patriotique, son sens du discernement et sa capacité d’écoute’’ dont l’action émanait de la grave crise sociopolitique qui a paralysé la vie de la nation des mois durant.

Le président Bah N’Daw a aussi salué la présence du Président Bissau-guinéen, Umaro Sissoco Embalo et du médiateur de la CEDEAO, Goodlcuk Jonathan à la cérémonie de prestation de serment. Il a rassuré à ce dernier “de la détermination des Maliens à conduire une transition stable, apaisée et réussie, dans les conditions et les délais convenus.’’

Devant le peuple, le Colonel-major Bah N’Daw, a affirmé : “je serai toujours disponible pour servir le Mali. Servir le Mali est un privilège et cela doit être un honneur pour chacune de nous, pour chacun de nous’’. Selon lui, c’est un sacrifice dont il ne pouvait se soustraire malgré les poids des ans, le confort de la retraite. “Je ne pouvais hésiter un seul instant à sortir de mon champ pour venir, moi aussi comme beaucoup d’autres avant moi, à la rescousse de ce pays.  Le Mali m’a tout donné. Je suis heureux d’être son esclave soumis, prêt à tout pour qu’il renoue avec la pleine légalité constitutionnelle, avec des autorités élues, des représentants légitimes.’’, a-t-il affirmé devant son peuple.

Pour lui, il faut que chacun apporte sa contribution “car la maison commune est ébranlée, affaiblie, humiliée. Elle tremble dans ses fondements depuis au moins une décennie.’’ Plus question d’avoir peur des mots : “le Mali est ébranlé, piétiné, humilié. Ebranlé, Affaibli, humilié par ses propres enfants, par nous-mêmes, par personne d’autre que nous-mêmes.  Et nous ne pouvons continuer, de manière incantatoire, à garder la tête dans le sable et à répéter sans chercher à empêcher le naufrage, à nous convaincre que le navire pourrait tanguer mais qu’il ne chavirerait jamais. Il peut chavirer et il chavirera si nous continuons à le faire tanguer’’, a averti Bah N’Daw qui appelle à une remobilisation rapide.

Le président de la transition pense qu’il est temps pour les maliens de se donner la main pour rebâtir le pays sur une base démocratique en tirant toutes “les leçons de notre vécu immédiat, de notre histoire récente’’. Mais il est conscient qu’une transition ne saurait tout faire mais doit se donner des priorités. Et sa préoccupation sera la mise en œuvre des recommandations “débattues, validées et consignées dans la Charte nationale de la Transition issue des journées de concertation’’.

Cette charte constituera mon bréviaire et si je dois donner ma vie pour que la transition soit menée à bon port, je n’hésiterai pas une seconde. Je suis prêt au sacrifice, prêt au sacrifice suprême pour que le Mali redevienne le Mali de nos rêves et de nos potentialités’’, a déclaré M. Bah N’Daw pour qui « sa grande satisfaction sera de passer le témoin au futur président de la République élu, élu proprement et élu indiscutablement’’.

LES CHANTIERS PRIORITAIRES

Dans son discours, le président de la transition a révélé certains de ses chantiers prioritaires. Pour lui, il faut mener sans délai une réflexion profonde sur les tares des processus électoraux ce, pour doter notre pays “de bons textes, de bonnes pratiques, de solides contre-pouvoirs’’ qui sont la force de toute démocratie.

Au nom du (…)

RETROUVEZ L’INTEGRALITE DE L’ARTICLE DANS LA PARUTION DU LUNDI 28 SEPTEMBRE 2020

KADOASSO I.

NOUVEL HORIZON

MaliwebPolitique
Le Président de la transition désigné par le Comité national pour le salut du peuple (CNSP) a prêté serment le 25 septembre 2020. Devant le peuple du Mali et le monde entier, le Président Bah N’Daw a promis de se mettre au service de la nation pour lutter contre...