Acte 1

Ne le connaissant pas, on lui donnerait le bon Dieu sans confession, tant il semble innocent et désintéressé, tant il semble propre sur lui, tant il semble propre tout simplement. Le petit Machiavel malien des temps modernes, doucement mais sûrement, se dévoile petit à petit.

En huit mois de gouvernance, l’homme s’est fait entourer des pires jean-foutres qui ont tourné casaque à l’honneur des butors et qui se sont mis dans la tête qu’il a faut faire la java sur le dos de la république.

Le système Boubou Cisse est constitué de faux opposants : de calotins qui auraient été mis en prison sous d’autres cieux et de financiers en manque de magouilles pour lesquelles chaque jours est un jour de rapine.

D’un sac à charbon, on ne saurait tirer blanche farine et les égouts sentent toujours la pourriture.

Le triumvirat des affairistes

Il a le sens de « Ma famille d’abord». C’est pour cela que dans le premier cercle des affairistes qui gravitent autour lui, se trouve son jeune frère de lait, Léo Tall, chargé de mission, fictif à la présidence.

Il était en froid avec la famille présidentielle, IBK en tête qu’il ne manque aucune occasion de dénigrer, jusqu’à la nomination de son frère comme premier ministre.

En plus du convoyage des fonds et des investissements dans les villes comme Dubaï, Hong Kong, Niamey, Ouagadougou et Dakar, il est toujours dans les bons coups. Ces derniers temps, il se cache derrière Yacouba Sy, un militant de l’URD pour faire main basse sur les marchés publiques.

En plus de son sens élevé pour les affaires, il est en étroite relation avec les opposants du président IBK. Certains disent même qu’il apportait des valises d’argents à Mahmoud Dicko et d’autres opposants dans le seul but de faire tomber le précédant gouvernement. Il est aussi celui qui est chargé des courses mystiques de son frère.

Sidy Kanouté, le chef de cabinet acariâtre et invivable. Une vraie terreur, criant à tout bout de champs sur ses collaborateurs, n’aimant pas le petit personnel et rechignant même à leur serrer la pince. Il est le superviseur des activités gouvernementales, pour ne pas dire qu’il est un PM bis. Les nominations passent par lui, son chef lui voue une confiance absolue, les mauvaises langues disent qu’il l’a attaché mystiquement tant il est sous son emprise.

Aziz Ly

L’attaché de service, est multifonctionnel dans le système. Il s’occupe de l’achat de conscience des activistes virtuels, des journalistes en lien avec des larbins d’une certaine presse et de la rampe de lancement politique de Boubou. Ils ont mis en place une association dénommée FRATERNITÉ (pour faire référence à la franc-maçonnerie) qui fait essentiellement des dons et des activités de développement.

Personne ne savait ce qui se cachait derrière mais depuis peu, le pot aux roses a été découvert. Menant des petites activités depuis quelques années, il s’est bougrement enrichi, il est dans l’immobilier et la restauration mais surtout les prélèvements de pourcentage. Les opérateurs ayant du mal à se faire payer au Trésor dont le Directeur national n’est autre que le beau-frère du Premier ministre Boubou Cissé, l’appellent par le doux pseudonyme « D’Aziz pour-cent».

Même s’il continue à faire des petites rapines sur les commissions de son chef, il est très lié à Léo Tall. Il est à noter qu’il est aussi le fils de Sekou Ly, l’âme damnée de Moussa qui mena l’opération d’arrestation de Tiecoro Bagayoko et de Kissima Doucara, mais il est plus connu du grand public pour le rôle qu’il a joué dans les tueries de mars 91 quand il était le tout puissant ministre de l’Intérieur.

Les petites affaires de Monsieur Cissé

L’affaire des locomotives de Dubaï

Quand notre maltôtier était aux finances, il avait tout fait pour saborder l’acquisition des 3 locomotives par le ministre Baba Ag Moulaye, à dessein pour être au centre des négociations.

En conclusion, au lieu de l’acquisition des locomotives il a été décidé la mise en place d’une société pour exploiter des trains la société de Dubaï représentée par Bassidy Dembélé, plus connu sous le nom de roi 1212.

Les intérêts de Boubou Cisse par Leo TALL qui, lui même est réfugié derrière le fils de Papa Sy, son ami d’affaire. Ce marché est estimé potentiellement à plus de 180 milliards sur les 10 ans à venir.

L’affaire de la carte d’identité sécurisée ou l’affaire du siècle ?

Le marché de la carte d’identité sécurisée est un marché arraché à Cissé Technologie de force par Boubou Cissé. Par des machinations et des montages, il avait pu faire annuler le dit marché depuis les Finances.

Ce marché potentiel de plus de 90 milliards de nos francs est en passe d’être donné à un conglomérat d’obscures sociétés basées à Dubaï (encore), pilotées en douce par le jeune frère du PM, Léo Tall.

Cissé Technologie jure d’attaquer l’Etat si jamais ce marché venait à être attribué à un autre prestataire et dans ses calculs, il ne demandera pas moins de 200 milliards de nos francs en réparation.

Les 8 milliards attribués à Hady Niangandou, « le djo walaki ».

Depuis la Transition, l’honorable Hady Niangando a frappé à toutes les portes pour cette affaire, mais personne n’osa lui donner gain de cause.

Cette affaire saugrenue est issue d’un litige foncier qui opposait le djo walaki à l’Etat malien. Un terrain de quelques dizaines d’hectares, qu’il acheta pour des miettes (moins de cent millions) fut réquisitionné par l’Etat dans le cadre de la construction de Kabala.

En complicité avec l’administration des domaines dirigée sous la Transition par un de ses camarades de parti, le député se mît en tête de faire payer à l’Etat 8 milliards en dommages et intérêts, une somme au-delà de tout ce que la loi permettait.

Cette affaire fut repoussée par tout les PM et ministres des Finances d’IBK sauf Boubou. Hady Niangado parlen de deux milliards de ristourne pour Boubou tout seul, à qui veut l’entendre.

La fortune publique est entre les mains de ce fripon déhonté qui n’a pas plus de morale que les dissipateurs escrocs. Le problème avec la richesse c’est que plus on en a, plus on en veut.

A suivre dans l’acte 2, ou vous serez plus édifiés sur les agissements de l’homme le plus riche de la République, notamment l’affaire Randgold, Huawei, etc… Nous décortiquerons aussi son schéma politique et ses ambitions cachées pour 2023.

Sibiri Samaké

Souce: laseconde

MaliwebCorruptionPolitique
Acte 1 Ne le connaissant pas, on lui donnerait le bon Dieu sans confession, tant il semble innocent et désintéressé, tant il semble propre sur lui, tant il semble propre tout simplement. Le petit Machiavel malien des temps modernes, doucement mais sûrement, se dévoile petit à petit. En huit mois de...