Législatives 2013 : Les particularités du nouveau contexte

24/10/2013 22:30

Les élections législatives qui se profilent à l’horizon seront, à plusieurs égards, différentes de toutes celles que le Mali démocratique a connues. Elles se dérouleront suite au coup d’Etat militaire qui a été l’opportunité pour une frange importante de la société de désavouer la classe politique, estimant qu’elle n’a pas été suffisamment responsable pendant la période démocratique qui a précédé le coup d’Etat du 22 mars.

foule bureau vote election presidentielle malienne

Dans la perspective de ces élections, la plupart des partis et candidats, cherche à nouer des alliances électorales avec le RPM, parti  de l’actuel président de la République. Objectif visé : avoir le maximum de députés. On se rappelle qu’IBK a été élu sur la base de qualités individuelles. Il n’est pas sûr que tous les candidats du parti du tisserand bénéficient des mêmes atouts. Les élections législatives étant des élections de proximité, la tâche ne sera pas facile.

 

 

Les élections législatives sont dites de proximité et mettent en avant la qualité personnelle du candidatPourtant, sans moyens financiers, il n’y a pas, dit-on, d’élections. Cependant, cette année, ce critère risque de ne pas peser dans la balance. Une exigence de la nouvelle donne politique ; car, l’effondrement de l’appareil de l’Etat avec toutes les conséquences qu’on connaît, a révélé pas mal de choses sur le fonctionnement de notre démocratie. Le Malien, longtemps désabusé par les hommes politiques, se laissera-t-il encore berner pendant les campagnes pour ces législatives ? Tout l’enjeu de ce scrutin se trouve dans la réponse à cette question.

 

 

Dores et déjà, on peut dire que beaucoup de choses a changé et c’est en cela qu’il faut peut être salué le coup d’Etat du 22 mars 2013 qui a permis de lever le voile sur pas mal de situation demeurée longtemps cachée aux yeux du citoyen lambda. Aujourd’hui, les paroles flatteuses, le jeu de l’argent ne se sont plus des critères essentielles pour gagner des élections au Mali. Les présidentielles l’ont révélé. Et c’est la principale particularité des élections législatives de novembre 2O13.

 

 

La ruée des partis et candidats vers les listes RPM pourrait être de nature à permettre au parti présidentiel de réunir la majorité parlementaire qui lui permettrait, en fait, de diriger le pays avec le minimum d’adversité. En effet, le RPM, depuis l’élection de son président comme président de la République, travaille à constituer une majorité confortable qui faciliterait la tâche au président IBK. Mais, ne nous trompons pas ! L’évocation du seul nom d’IBK ou l’étiquette « allié du RPM » ne suffira pas à gagner la confiance de l’électeur. Il faudra être un homme de confiance jouissant d’une bonne moralité et être capable d’apporter des réponses aux nombreuses préoccupations de ses populations. C’est vrai que le jeu d’alliances et la stratégie politique élaborée par les partis politiques à la veille des élections, n’obéissent pas à ce critère – et c’est dommage – Mais, il est important que le changement prôné et voulu par les nombreux Maliens, se réalise enfin à l’issue de ce processus électoral. L’hémicycle doit refléter ce changement.

Youma

SOURCE: Le Pouce

Comments are closed

Other News

  • Politique

    Mali: lutte de pouvoir à la tête du parti présidentiel

    Elu président de la République en 2013, Ibrahim Boubacar Keïta ne dirige plus le Rassemblement pour le Mali (RPM), principal parti politique malien. Plusieurs membres de cette formation se battent actuellement pour le contrôle de la présidence du parti. Parmi eux, deux ministres très en vue de l’actuel gouvernement. Le premier s’appelle Abdoulaye Idrissa Maïga, il est le très efficace ministre malien de l’Administration territoriale et de la décentralisation. Le second, Bocary Téréta, est ce qu’on appelle un apparatchik. Déjà […]

    Read more →
  • Interviews

    André Bourgeot, Directeur de recherche émérite au CNRS, à propos des pourparlers d’Alger : « S’ il y a des concessions qui sont faites sur la notion d’AZAWAD, ça veut dire que c’est porteur de partition»

    André Bourgeot est anthropologue, Directeur de recherche émérite au Centre National de la Recherche Scientifique, affecté au laboratoire d’anthropologie sociale.   Le centre de ses préoccupations scientifiques concerne l’ensemble de l’espace saharo-sahélien, particulièrement le Mali et aussi le Niger où il a longtemps travaillé. Nous l’avons interrogé, vendredi dernier, à l’Azalaï Hôtel Salam, sur la problématique du Nord du Mali. Quel est votre point de vue sur les pourparlers d’Alger ? La première observation que je ferai, c’est  qu’on en […]

    Read more →
  • Société

    Promotion du secteur prive au mali : Pour l’amélioration de la compétitivité

    Dans le but de rendre plus compétitive l’économie malienne, les acteurs de la promotion du secteur privé ont procédé au lancement officiel du projet Hub IIT « Intégrer l’Information Technologique du Centre du Secteur Privé de Bamako ». C’était le lundi 16 février au CSP sous la présidence de Me Gaoussou Diarra, Ministre de la Promotion des Investissements et du Secteur Privé. Après une année de préparation, le projet Hub IIT « Intégrer l’Information Technologique du Centre du Secteur Privé de Bamako », vient d’être réalisé. […]

    Read more →
  • Politique

    Le PRODEFPE arrive, chauve- qui peut !

    Le gouvernement et les partenaires techniques et financiers sont à pied d’œuvre pour mobiliser plus de 170 milliards CFA pour la mise en œuvre du Programme Décennal de la Formation Professionnelle pour l’Emploi (PRODEFPE). Au cours d’une table ronde organisée, mercredi dernier, le  gouvernement et ses partenaires ont finalisé les modalités de financement de la première phase de ce programme (2015-2017) qui permettra de former plus de 300 000 jeunes et femmes.   Présidée par le Premier ministre, Modibo Kéita, […]

    Read more →
  • Société

    Conseil du district de Bamako : La colère noire du Maire du District au sujet de l’éclairage public

    Le conseil du district de Bamako s’est réuni, le vendredi 20 février, dans les locaux de l’hôtel de la ville pour une session extraordinaire. La problématique de la gestion transparente de l’éclairage public par Energie Du Mali (EDM SA) était au centre des discussions. « Désormais, nous exigeons que mensuellement, nous ayons des informations sur les redevances », a déclaré, M. Sangaré, maire du district de Bamako.   La gestion de l’éclairage public connait de sérieuses difficultés d’où la tenue d’une session […]

    Read more →
  • Société

    Culture : Yambo Ouologuem, une grande plume objet de mépris

    Le mépris qui pèse sur le romancier malien Yambo Ouologuem, n’est ni plus ni moins qu’une  insulte à l’intelligentzia malienne et par delà toute la communauté littéraire d’Afrique. En tout cas, pour  les membres du club qui porte son nom. Par la faveur d’une conférence à la Faculté des Lettres de Bamako, ils ont exprimé leur indignation. Comment peut-on honorer quelqu’un sans l’informer ? Une question de Madame Diallo, ex épouse de l’écrivain. Elle vise, à coup sûr, les organisateurs du […]

    Read more →
  • Société

    Abattoir frigorifique : Bilan plus ou moins satisfaisant en 2014

    L’Abattoir Frigorifique de Sabalibougou a tenu le mardi 17 février, la 3ème session de son comité de pilotage. L’ordre du jour s’est articulé autour de l’examen de l’état de fonctionnement et la situation financière de l’abattoir : 259 millions pour le Budget en 2015. Ladite session était présidée par Modibo Sangaré, représentant du Ministre du développement rural. C’était à la Direction Nationale des Productions Industrielles et Animales(DNPIA).   259 millions de francs CFA, c’est la bagatelle prévue en 2015 pour la gestion […]

    Read more →
  • Nord-Mali

    Kidal : le MNLA menace de Sévir, si la population s’oppose a ses velléités sessionnistes

    Les combattants du MNLA (Mouvement National de Libération de l’Azawad) sèment la terreur dans la capitale de l’Adrar : Kidal. Condamnées par le MNLA, depuis environ trois ans à mener une vie d’ermite avec la complicité tacite de la France, les populations de Kidal commencent à rompre le silence, face à  ce qu’elles appellent leur « prise d’otage ».   Las d’attendre la signature d’un accord de paix, sans cesse reportée, les Kidalois crient, désormais, tout haut ce qu’ils pensaient […]

    Read more →
facebook top comment likes boost