Après l’épopée de la présidentielle de 2018, Aliou Boubacar Diallo, président d’honneur de l’ADP-Maliba, est revenu demander le suffrage de ses concitoyens. Cette fois-ci, le puissant homme d’affaires s’est lancé dans la bataille pour valablement représenter et défendre les intérêts de son terroir au sein de l’Assemblée nationale.

A Kayes, où il a fait front commun avec d’autres ténors de la scène politique au sein de l’alliance Benso, composée de l’Adema-Pasj-RPM-ADP-Maliba-URD, celui qui fut surnommé « puissant opérateur minier » a écrasé toute concurrence en faisant gagner son alliance dès le premier tour des législatives du 29 mars 2020 dans la cité des rails. C’est lui qui était la tête d’affiche de cette alliance et a tiré celle-ci vers victoire éclatante, sans contestation possible. Il faut dire que l’homme et ses colistiers, en l’occurrence Mahamadou Cissé dit Bagagnoa de l’Adema-Pasj, Bano Diawara de l’Adema-Pasj, Modibo Kane Doumbia du RPM, et Berthé Marthe Diawara de l’URD avaient toutes les chances et ils n’ont laissé aucune chance à leurs adversaires répartis entre 6 listes. Il s’agit des listes Watisera formée de Prvm-fasoko-Asma-CFP-Psda-PS ; Codem ; Rpdm-APR-MPM ; alliances députés kouraw composée du Parena-UFD-Yelema ; alliance Nianda Kura et la liste RMC-Prdt.
Bon samaritain de son état, notamment dans la capitale du Khasso, Aliou B. Diallo a été le véritable artisan de cette victoire éclatante de cette alliance qui est l’expression de l’Accord politique de gouvernance. En effet, c’est grâce à lui que l’alliance Benso a pu se hisser au sommet et arracher la victoire. Raflant tout sur leur passage, la liste n’a pas eu de véritable opposition pour s’imposer. Il n’y avait pas match. La guerre de Troyes n’aura pas lieu. Pour ceux qui connaissent l’homme et qui observent bien ses actions, cette victoire était prévisible dès la constitution de leur alliance. Très populaire et fort de sa générosité, depuis longtemps, Aliou Diallo est toujours aux côtés des populations maliennes, notamment celles de la 1ère région administrative en particulier du Mali. En réalité, les autres partis qui formaient la plateforme faisaient mauvaise presse aux yeux des électeurs en raison de la crise de confiance qui s’était progressivement installée entre les populations et les acteurs politiques de la région. En Messie, cette fierté nationale à la renommée internationale est venue donner espoir à la cité des rails. C’est pourquoi, au-delà de toutes les considérations partisanes, le président Diallo a été une chance pour les membres de la liste. Et cette victoire historique a été acquise au prix de multiples sacrifices consentis par l’homme depuis des années. Grâce au président d’honneur de l’ADP-Maliba, des milliers de jeunes ont eu accès à l’emploi et échappé aux affres de l’immigration clandestine et à la mort douloureuse et lente dans la Méditerranée. Comme disait l’autre, « le fils généreux, appelé Messie par ses proches ou ses intimes, a fait de Kayes une vitrine enviable à travers des investissements patents pour l’essor de sa région. En ce lieu, il a toujours cartonné sans le moindre effort car, les Kayésiens se sentent redevables vis-à-vis de ABD’Or ».
A travers cette touche, ABD’Or vient de donner une leçon politique aux arrivistes de l’arène politique. « Honorable », Président Diallo, bienvenue dans le majestueux Hémicycle du Mali pour une législature de la renaissance nationale.
Jean Goïta

Source: zaharainfos

MaliwebPolitique
Après l’épopée de la présidentielle de 2018, Aliou Boubacar Diallo, président d’honneur de l’ADP-Maliba, est revenu demander le suffrage de ses concitoyens. Cette fois-ci, le puissant homme d’affaires s’est lancé dans la bataille pour valablement représenter et défendre les intérêts de son terroir au sein de l’Assemblée nationale. A Kayes,...