Des partis politiques claquent la porte du regroupement Ensemble pour le Mali (EPM) qui a aidé à la réélection d’IBK et créent leurs regroupements. Dans les esprits l’élection présidentielle de 2023.

L’objectif affiché de ces regroupements n’est rien d’autre que la conquête de Koulouba et cela à tout prix. En ligne de mire depuis quelques mois pour 2023, l’Asma de l’ancien PM, l’ARP porté par le président de l’UDD et des partis d’un ancien ministre et du député homme d’affaire Hady Niangadou et les EPM de Bocary Tréta. Et aux autres potentiels candidats de se ceindre les reins pour 2023 car 2023 c’est aujourd’hui. L’Asma/CFP tente un rapprochement avec les APR et c’est de bonne guerre surtout que le RPM et l’Adéma/PASJ sont en tractations.

L’Asma comme les partis membres du regroupement APR ont claqué la porte de la mouvance présidentielle et clament haut et fort soutenir le président de la République et l’on se pose la question de savoir pourquoi ce retrait tous azimuts des EPM dont ils furent des membres influents et engagés. C’est en tout cas cela aussi la politique.

Ces regroupements restent encore dans le camp IBK. Sur cette volte-face, les analystes politiques sont médusés et sont conscients que l’APR est née des frustrations de la formation du gouvernement de Dr. Boubou Cissé. La formation du gouvernement de mission sous la conduite de Dr. Boubou Cissé a suscité une colère noire dans les états-majors de certaines formations politiques dont les partis membres des APR. Déjà certains partis politiques et anciens membres des EPM se préparent à barrer la route au RPM.

L’ancien Premier ministre et président de l’Asma, évincé de la Primature sous la pression des leaders religieux, est libre de ses mouvements et arpente tous les chemins pour mobiliser ses troupes pour les échéances à venir. Et c’est pourquoi il ne se passe pas de semaine où il nest sur le terrain. Il prépare certainement les échéances davant 2023 dont les législatives prochaines pour conquérir selon les observateurs de la scène politique le perchoir de lAssemblée nationale.

Déjà à son actif il a un bon nombre de députés sortis des entrailles du parti de Bocary Tréta. L’objectif majeur de SBM aujourdhui est de réussir les législatives prochaines et faire face à 2023. Mais officiellement lAsma/CFP est toujours membre des EPM mais sans être très actif et est la cible à abattre ces temps-ci. Les départs enregistrés au sein des EPM sont lourds de conséquences et cela le RPM la compris et cest la raison pour laquelle toutes les semaines il est sur le terrain pour galvaniser ses troupes.

Le regroupement politico-religieux en gestation sous la coupole du très respecté imam Mahmoud fait déjà trembler des responsables politiques et associatifs du pays depuis lannonce de la nouvelle par le porte-parole, Issa Kaou Ndjim.
L’Alliance démocratique pour la paix, de son côté, enregistre chaque semaine, voire jour de fortes adhésions, preuve aujourd’hui de l’engouement des Maliens pour ce parti. L’ADP/Maliba est aujourd’hui un parti très proche des populations dont il fait la fierté. L’ADP/Maliba est un parti sur lequel il faut compter pour la nouvelle indépendance du Mali. Les leaders charismatiques de la jeunesse et des femmes sous la conduite des membres du comité exécutif du parti se battront pour donner le pouvoir à leur candidat à la présidentielle en 2023 et pour un nombre respectable délus à l’Assemblée nationale.
En 2023, on saura qui est qui dans une élection propre.

Beldo Horè Sangho

Source : Notre Printemps

MaliwebCrise malienneMaliweb Malijet MaliactuPolitique
Des partis politiques claquent la porte du regroupement Ensemble pour le Mali (EPM) qui a aidé à la réélection d’IBK et créent leurs regroupements. Dans les esprits l’élection présidentielle de 2023. L’objectif affiché de ces regroupements n’est rien d’autre que la conquête de Koulouba et cela à tout prix. En...