1 – Bloquons tous les services de l’État sauf les services de santé !

2 – Bloquons tous les principaux axes routiers sans violence !

3 – Occupons les ponts !

4 – Bloquons les ronds-points !

5- Organisons-nous pour nous relayer 24h sur 24h afin que le mouvement puisse durer !

6 – Roulons lentement sur les routes !

7 – Simulons des pannes afin de perturber la circulation !

8-Causons ensemble lorsque nous sommes au niveau des feux de signalisation !

9 – Ne payons aucune contravention !

10 – Mettons en place des groupes mobiles de communication au cas où la connexion serait coupée !

 

Important !

-ouvrons toujours des points de passage aux véhicules de secours (ambulances et pompiers et autres véhicules de secours (maliden nyuman) !

-fraternisons avec les forces de sécurité « Badenyan» !

-ne bloquons pas les résidences privées et protégeons les biens privés (stations services, banques, services de téléphones) !

-protégeons au maximum les ambassades, consulats et toutes les représentations diplomatiques et de façon générale pour les étrangers et leurs biens !

Le M5-RFP rejette la responsabilité des actes de vandalisme

Dans un communiqué rendu public le 10 juillet en début de soirée, le M5-RFP rejette toute responsabilité dans les actes de vandalisme. « Le Mouvement du 5 Juin – Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP) félicite le Peuple malien pour sa mobilisation exceptionnelle, ce jour vendredi 10 juillet 2020, à Bamako, dans les capitales régionales, dans les villes secondaires et dans la Diaspora.

Le M5-RFP exhorte le Peuple à maintenir et à renforcer cette mobilisation jusqu’à l’atteinte de l’objectif qui est et demeure la démission de Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA et de son régime. Le mouvement M5-RFP demande également à la Population de ne pas céder à la provocation de ceux commis pour commanditer des actes de violence et de vandalisme dans le seul but de ternir l’image de notre Mouvement qui reste démocratique, populaire et pacifique.

Le M5-RFP rappelle aux Forces de l’ordre leur mission première qui est la protection des Citoyens et de leurs biens, et les exhorte à protéger, en toutes circonstances, les manifestants aux mains nues qui ne défendent que les valeurs démocratiques, laïques et républicaines.

Dans l’attente de faire le point sur l’évolution de la situation, le M5-RFP tient pour responsable le pouvoir IBK de toutes les violences et leurs conséquences sur les personnes et les biens publics et privés», peut-on lire dans ce communiqué.

Arrêté en possession d’armes et de munitions…

Le 10 juillet, les manifestants ont appréhendé un homme présent dans la foule avec des armes et de munitions. Il a été sérieusement bastonné. N’eût été l’intervention énergétique du chargé de communication de la Cmas et d’autres organisateurs qui ont appelé les forces de sécurité, il serait passé de vie à trépas. Il a été remis aux forces de sécurité avant d’être conduit à l’hôpital par une équipe de la Protection civile.

Selon les organisateurs, il s’agit d’un agent infiltré. Vrai ou faux ? Difficile de le dire. Une chose est sûre : le sac à dos noir appartenant à l’homme a été aperçu avec une équipe d’officiers de la police nationale, dont le commissaire de police en charge du 1er arrondissement.

Dr Konaté et le coup du flic 

L’un des leaders de la contestation, Dr Mahamadou Konaté, est parmi les manifestants qui se sont rendus dans les locaux de l’ORTM. Jusqu’à l’intervention des forces de sécurité, ce jeune leader a joué un rôle déterminant pour encadrer les manifestants. C’est alors qu’il a reçu un coup de massue d’un policier sur sa tête. « C’est aussi ça, le sacrifice pour le Mali. Nous étions mains nues. Il m’a frappé de sang froid sur la tête ; frappé pour blesser ou tuer. Nous déplorons un mort par balle et plusieurs centaines de blessés. La lutte pacifique va continuer pour la restauration de la République au Mali », a publié sur les réseaux sociaux Dr Konaté à qui nous souhaitons prompt rétablissement.

 

Officiers au gnouf ? 

«Le ministère de la Défense et des anciens Combattants informe l’opinion nationale et internationale que des rumeurs faisant état de l’arrestation d’officiers FAMa circulent sur les réseaux sociaux. Il s’agit de généraux et de colonels-majors. Le ministère précise qu’aucun militaire n’a été arrêté. C’est un fakenews.

Les FAMa réaffirment leur détermination à défendre le pays et les populations contre toute forme d’attaque. Le ministère invite les FAMa à rester solidaires de leur hiérarchie». Le communiqué est signé par la Direction de l’information et des relations publiques de l’Armée (Dirpa).

Source : Le Challenger

MaliwebPolitique
1 – Bloquons tous les services de l’État sauf les services de santé ! 2 – Bloquons tous les principaux axes routiers sans violence ! 3 – Occupons les ponts ! 4 – Bloquons les ronds-points ! 5- Organisons-nous pour nous relayer 24h sur 24h afin que le mouvement puisse durer ! 6 –...