Dans un communiqué les forces patriotiques pour la refondation du Mali (FPR-Mali)  se désolidarisent de l’appel de certains partis ou groupes de partis demandant une union sacrée des  partis politiques à ne pas fournir de listes pour la formation du CNT. « Non à une  prise en otage de la transition », a déclaré le porte-parole du mouvement Aboubacar Sidick Fomba.

A la suite des décrets de la mise en place du Conseil National de la Transition, certains partis ou groupements de partis, tels que l’EPM, le M5-RFP, Yelema et autres ont appelé à un boycott. Une attitude qui déplaît aux FPR-Mali qui estime que cette posture ne participe à la construction du Mali, plutôt elle constitue « un obstacle au bon fonctionnement de la transition. Pour les FPR-Mali, les arguments avancés dans le communiqué ne tiennent pas route et sont de nature à étaler leur instinct grégaire de résistance au changement ». Ces partis sont au regret de constater que ces partis sont plutôt contre les quotas attribués aux autres composantes et non les forces armées et de sécurité.

Selon les parties de ce regroupement, « résumer la refondation du Mali à des réformes politiques et institutionnelles est méconnaître les vraies réalités du Mali ». Car le  premier pilier de la refondation est d’abord moral, citoyen et exemplaire et les politiques ont échoué lamentablement dans leur pratique à amener le peuple à cela.

La clé de répartition des sièges, étant le nœud gordien de cet appel au boycott, les FPR-Mali estiment qu’Au regard de ladite clé, les autres composantes civiles totalisent 88 sièges soit 73 %, les forces armées et de sécurité 22 sièges soit 18% et les partis politiques et groupes de partis politiques 11 sièges soit 9 %. « Avec 22 sièges pour les forces armées et de sécurité et 99 sièges pour les civils, parler de militarisation du CNT est une insulte très grave. Les FPR-Mali notent également que nulle part on ne voit un quota pour les militaires dans le décret », précise les FPR-Mali. Car le décret parle des forces de défense et de sécurité qui sont les militaires, les gendarmes, la police, la protection civile, les eaux et forêts, la douane et les surveillants de prison.

Les FPR-Mali ont rappelé à ces partis politiques et groupements politiques que la demande du double des quotas par composantes respecte la même logique du choix des ministres et en la matière pour choisir un ministre dans un gouvernement on demande à chaque parti d’apporter 3 CV au moins sachant bien que c’est une seule qui sera choisie. Elles pensent que juridiquement c’était même  le président du CNSP  qui devait prendre l’acte et non le président de la république conformément à l’article 26 de la charte pour démontrer que les dossiers doivent être bel et bien déposés au Niveau du président du CNSP qui est aujourd’hui le vice-président de la transition.

Par conséquent, les FPR-Mali ont invité la classe politique « à une union sacrée pour la réussite de la transition politique et non à une  prise en otage de la transition ». Ces partis politiques, en croire aux FPR-Mali, doivent plutôt présenter leur excuse publique à la nation Malienne et reconnaître leur responsabilité de la crise que le pays traverse, «  qui résulte de la mauvaise pratique démocratique par la faute de certains acteurs politiques qui ont eu la chance de gérer ce pays ».

 

CNT pour quelles prérogatives ?

Selon les FPR-Mali le signal fort aux prérogatives du CNT pour un nouveau départ au Mali devra se calquer sur 12 points. Il s’agit de voter une loi pour réduire de moitié l’indemnité parlementaire à accorder aux membres du CNT, doter le CNT des missions et des commissions d’enquête sur les tueries des 10, 11 et 12 juillet 2020 et aussi sur les malversations financières, doter les parlementaires du CNT d’un rôle de contrôle et d’évaluation surtout le contrôle des dépenses publiques et leur utilisation efficiente. Les propositions portent aussi sur l’appui des membres du CNT par les rapports du Vérificateur général , de la section des comptes de la cour suprême, des rapports des audits des services de contrôle et de l’OCLEI afin de contrôler les lois de finances et l’évaluation des politiques publiques, la dotation du CNT des moyens de s’opposer  des mobilisations déformées des ressources, les dettes abusives et la gestion bureaucratique des budgets de l’État, et des moyens à s’opposer des mesures de précipitation et inopportunes du gouvernement.

Par ailleurs, le CNT  doit donner le ton pour une véritable culture de responsabilité et de transparence, et être doté du  pouvoir de contrôle sur l’utilisation des recettes recouvrées par les services publics, du pouvoir d’exiger la démission d’un ministre incompétent à travers l’évaluation de la feuille de route où en cas de malversations financières. Enfin, permettre au CNT de procéder à la relecture de tous les accords y compris les accords internationaux avec les différents pays.

Cyril Adohoun

Source: L’Observatoire

 

MaliwebPolitique
Dans un communiqué les forces patriotiques pour la refondation du Mali (FPR-Mali)  se désolidarisent de l’appel de certains partis ou groupes de partis demandant une union sacrée des  partis politiques à ne pas fournir de listes pour la formation du CNT. « Non à une  prise en otage de la...