Le Président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA, est à Paris depuis hier lundi 2 décembre 2019. Il a pris part, à l’hommage national de la France aux 13 militaires de la Force Barkhane qui ont perdu la vie dans un crash d’hélicoptères au Mali. Ce voyage a suscité un débat houleux sur la toile du Mali. En effet, la plupart des internautes coupent tout argument aux partisans de IBK qui soutiennent ce voyage. Selon les détracteurs du Président IBK sur la toile, ce voyage est juste une erreur de la part du président de la république qui participe rarement aux funérailles de centaines de militaires morts sur le champ de bataille ! Votre Facebookan du jour !

 

Baba Sountoura :
Est-ce que Korô aura le courage de pleurer une fois de plus comme il l’a fait la fois dernière ? Question pour 1 champion ?
Badra Ali Diakité :
1/ Le Président de la République du Mali répond à une invitation du Président français Emmanuel Macron.
2/ La présence du Président IBK témoigne de la reconnaissance du peuple malien pour l’appui de la France dans la lutte contre les groupes armés terroristes et le rétablissement de la paix.
3/ La présence du Président IBK manifeste la solidarité du Mali et du peuple malien envers la France, les forces armées françaises et le peuple français durement éprouvés par la perte de 13 soldats engagés dans la lutte pour la défense de la paix et de la liberté au Mali et au Sahel.
4/ La présence du Président de la République du Mali à cette cérémonie solennelle est également un hommage à toutes les victimes militaires, mais aussi civiles tombées au Mali dans le combat contre la barbarie et l’obscurantisme, le combat pour la paix et la liberté. Maliennes, françaises, issues d’autres pays, ces victimes méritent de ne pas tomber dans l’oubli.
5/ La présence du Président de la République du Mali témoigne de la solidarité des membres des Forces Armées Maliennes, elles-mêmes durement éprouvées dans le combat contre les groupes armés terroristes, envers leurs frères d’armes français.
6/ La présence à Paris du Président de la République du Mali rappelle la communauté de destin qui lie le peuple du Mali et les peuples de France et d’Europe dans la lutte contre le terrorisme sous toutes ses formes.
7/ Ce n’est pas IBK qui participe à cet hommage solennel, mais le Président de la République du Mali au nom du Mali tout entier. D’ailleurs, le Président de la République est entouré de membres du Gouvernement, de responsables politiques de la Majorité et de l’Opposition, de dignitaires religieux. C’est le Mali dans son ensemble qui est à Paris pour apporter soutien et réconfort à la France.

Housseini Togo :
Le griot de IBK est de retour. Une seule question : depuis que nos militaires sont tués par centaines, le Président français est-il venu au Mali un jour leur rendre un hommage ? Pourtant, nous perdons des centaines de soldats ici très souvent. Mange les millions de tes contrats bidon avec ces gens-là et tais-toi ?

Amadou Diarra :
Pour nos soldats tombés à Mondoro, Boulkhessy, Indelimane, Tanbakort etc. ? Est-ce que la France nous a adressé un simple message de condoléances ? Au contraire elle étale la faiblesse de l’armée malienne sur ses chaînes comme RFI et France 24.

Beydi Malle :
Amadou Diarra la France nous a toujours adressé un message de condoléances à travers son citoyen Français IBK.

brahim Dit Dianguine:
Ça y est ! Videz le trésor public pour des funérailles en France. Mais jamais un corbillard à la portée des FAMa pour le rapatriement des corps. Eh! Malidew waati sera sa koy, an tey wili !
Yougo Ibrahim Saganoko :
Badra, c’est ce que tu penses. IBK part juste en son nom. S’il te plaît, demande au Malien lambda s’il souhaite qu’il se rende à Paris. Ce qui est écœurant, c’est l’attitude de vous qui êtes supposé homme de presse. Les Maliens meurent par dizaines, ça ne représente rien pour le Président IBK. Il présente juste ses condoléances aux familles endeuillées et c’est fini.

Mamadi Diané :
Yougou, Ali 24 n’est pas homme de presse hein ! C’est un opportuniste au sein de la corporation. Je connais des journalistes qui n’osent pas faire ce qu’il fait. En un mot, Ali 24 est un journaleux.

Aliou Doucouré :
La France est là avant tout pour ses intérêts et la Minusma n’est pas là pour lutter contre les terroristes. Ce qui veut dire qu’elles ne pourront pas régler quelque chose dans cette guerre. Ce qui justifie aussi la position de ceux qui demandent leur départ. Mais ce que disent les populations des zones de guerre est plus crédible pour moi. Pour le départ de Boua en France, je ne veux pas en parler. Car le Président IBK est un vieux. Si je décide de me prononcer sur cette question, je risque de lui parler mal.

Moussa Sidibé :
IBK n’est pas un bon président ! Pendant qu’il n’arrive pas à assister aux funérailles de son armée dans son pays, il ira en France pour pleurer devant les caméras des Français. Cette France qui aide les terroristes au Mali pour tuer les Maliens, enfin exploiter les ressources du mal. À cause de ce président, je ne crois plus à l’histoire de SOUNDIATA KEITA ! Walaye !

Almoudou Maïga :
Vraiment je suis consterné. À Gao tout près, il n’a pas effectué le déplacement pour les funérailles des soldats maliens tombés à Indelimane. Mais, il s’apprête à le faire pour un autre pays à des milliers de Kilomètres, sur un autre continent. Je suis vraiment déçu par ces dirigeants.

Ira Mamadou Kièba :
C’est normal, parce que les soldats sont morts au Mali. Il doit aller présenter ses condoléances, soyez des humains, vous aussi !

Emmanuel Diakité :
Quelle honte ! Des militaires meurent ici, tu n’as pas le courage d’aller assister à leurs funérailles. Mais, par contre, si les militaires français meurent, tu as le courage de prendre l’avion pour aller là-bas et je suis sûr que tu vas encore pleurer. Eh Boua ! Fais à cause de nous tes fils, ne va pas pleurer là-bas cette fois-ci ! Quelle honte ou bien ces Français sont plus humains que nous ?

Adam Traore :
Si jamais il part en France pour les funérailles de ces terroristes français, qu’il reste là-bas. An tôrôla sa !

Sekou Fof :
Mais c’est normal. Ils sont morts dans son pays et il sera là-bas pour une raison politique, car il collabore toujours avec la France. Il faut savoir que le malheur de ton collaborateur est ton malheur. Donc, tant qu’il est en collaboration avec la France, il est obligé de se montrer auprès de la France dans ces moments de Tristesse aussi. Ou bien ?
Mais c’est dommage, le Président IBK est un Français. Le Mali est en train d’être dirigé par la France. IBK est un représentant de la France, parce qu’il a la nationalité française. Donc, c’est obligatoire ! Il doit partir pleurer avec ces frères français !
Kalilou Diakite :
Normal qu’il y soit parti. Bon voyage le président IBK ! Transmettez-leur les condoléances du peuple malien au peuple et aux autorités de la France.

Souleymane Boiré :
Ce vieux IBK ne se soucie plus de son peuple, mais plutôt des soldats français. Il y a eu combien de morts au nord du Mali ? Mais Macron n’y a jamais mis le pied pour leurs funérailles. Pour 13 personnes seulement, il prend l’argent du contribuable pour aller en France. Drôle de président !

Kalifa Diallo :
L’erreur n’est pas d’aller à Paris, c’est de la compassion pour les soldats tombés pour défendre une certaine idée de la démocratie. L’erreur, c’est de ne pas avoir été à Gao pour manifester la même compassion pour les FAMa tombés pour défendre leur pays.
Cheick Oumar Konaré :
IBK part à Paris en son propre nom. Il ne représente pas le Mali.
Celui qui n’est pas d’accord avec moi peut interroger les Maliens.

Moïse Coulibaly :
Chaque chose à son côté positif. Si on n’a pas pu empêcher IBK de venir à Paris pour l’hommage aux 13 français morts au Mali, qu’il puisse organiser de tel hommage à nos vaillants soldats morts pour le Mali. Ce cérémonial ne fait pas revenir les morts mais il signifie aux vivants et surtout aux familles des morts que leurs pères mères frères ou sœurs n’ont pas donné leur vie pour rien. C’est un moment de communion et d’unité nationale.

Source : Info-Matin

MaliwebPolitique
Le Président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA, est à Paris depuis hier lundi 2 décembre 2019. Il a pris part, à l’hommage national de la France aux 13 militaires de la Force Barkhane qui ont perdu la vie dans un crash d’hélicoptères au Mali. Ce voyage a suscité...