Lutte contre la corruption : le ministre de la Justice frappe fort

13/12/2013 19:14

Le ministre de la justice, Me Mohamed Ali Bathily, l’universitaire au caractère trempé, a honoré sa réputation de fermeté en n’hésitant pas, à son premier coup d’essai, d’envoyer en prison cinq magistrats, pour des faits avérés de corruption.

Mohamed__Ali_Bathily ministre justice

Acte inédit dans un contexte familier de trouble au sein de la famille judiciaire pour lequel il faut désormais compter tant la volonté du ministre de mettre de l’ordre dans la justice est jugée implacable. Jusqu’où ira-t-il ?

Dans un passé encore récent, au Mali, cela relevait du surréalisme : arrêtés et écroués cinq magistrats de l’ordre judiciaire dans une affaire de corruption. Et cela, à la suite de simples plaintes de justiciables, floués de leurs droits.

Eh ! Bien, c’est l’exploit que le ministre de la Justice, garde des sceaux, Me Bathily, lui-même célèbre avocat du barreau de Bamako, vient de réaliser en l’espace d’une journée. L’interpellation de ces « hommes de droit », selon toute vraisemblance, va défrayer la chronique de l’actualité judiciaire du pays tant elle est inhabituelle dans le pays, longtemps marqué par une intenable impunité qui a fini par saper les mœurs publiques.

Sans savoir comment, un jour, y parvenir à rendre à la justice ses lettres de noblesse, le citoyen ordinaire, au Mali, n’a cesse d’appeler de ses vœux à un réarmement moral dans l’exercice du service public, en particulier dans le domaine, très sensible, de la justice, décriée, depuis des années, comme le « ventre mou » du mécanisme institutionnel de l’orthodoxie publique quoiqu’elle se présente par ailleurs comme ce véritable rempart de la société.

« Finis les mots, place à l’action », commente un usager du service public, hier, à l’annonce de ces interpellations de magistrats. Me Mohamed Bathily, ministre de la Justice, avait pourtant averti sur la volonté des nouvelles autorités du pays de mettre de l’ordre dans la grande famille de la justice qui, il faut le reconnaître, est aussi truffée de braves hommes, dédiés à leur sacerdoce pour le service public.

Revenons à nos moutons : les magistrats interpellés dont il s’agit ne sont pas n’importe qui : le juge d’instruction du tribunal de Mopti, Adama Zié Diarra, le procureur de Mopti, Ousseyni Salaha, et son substitut, Oubey Doulla Mohomoudou, et le greffier du tribunal de Mopti, Ibrahima Kanté, le procureur du tribunal de la Commune II, Abdoulaye Kamaté. La boucle est bouclée par le clerc d’huissier de Mopti, Sékou Ballo.

À tous ceux-ci, on les reproche d’avoir extorqué de l’argent à des personnes interpellées par leur tribunal. Comme dans toute affaire judiciaire similaire, des investigations se poursuivent pour déterminer la gravité des faits.

Un constat s’impose néanmoins : ces interpellations ne constituent pas une opération mains propres spécifiquement enclenchée contre les magistrats.

Chez beaucoup de nos confrères, parus hier, le ministre de la Justice s’en est expliqué : « Nous avons été saisis par des justiciables de faits qui étaient incompatibles avec l’éthique du magistrat. C’est donc donnant suite à des plaintes de personnes physiques que des inspections furent menées pour confirmer la teneur des lettres ».

Voilà, des propos qui souffrent de tout sauf à ne pas être clairs de la part d’un ministre de la justice qui n’écarte pas, pour les personnes interpellées, la notion de la « présomption d’innocence ».

Pour les faits d’accusation, on indique, selon des sources proches du dossier, que le procureur de la Commune II aurait réclamé et empoché une certaine somme d’argent à des justiciables dans le cadre d’une procédure judiciaire régulière.

À son encontre, et à l’endroit de tous ses autres co-accusés, la charge retenue de ce fait est la « concussion » et le « faux et usage de faux ».

Si le fait, pour les justiciables de se plaindre des indélicatesses des hommes de droit est monnaie courante, au Mali, il n’est en pas de même pour la nécessaire riposte, en termes d’interpellations, contre ces derniers.

Autre temps, autres mœurs : voilà que le ministre de la justice veille bouger les lignes de front en s’attaquant désormais aux différentes manifestations de la corruption, d’où qu’elles proviennent dans la sphère publique. Pour ça, il aura fort à faire d’autant que la corruption, jugée par tous endémique et systémique au Mali, a gangrené le pays, via tous ses segments et démembrements administratifs et financiers, de l’échelon le plus bas au plus élevé.

Ce geste, ô combien salutaire du ministre de la Justice, s’il un cas inédit, n’est tout de même pas un premier coup d’essai : on se rappelle du passage d’un autre célèbre avocat à la chancellerie, Me Abdoulaye Tapo, qui avait fait de l’orthodoxie judiciaire son cheval de bataille, lorsqu’il avait été appelé aux affaires, au temps d’ATT, il y a quelques années.

Hélas ! Ce dernier, dans le secret de son cabinet, qui avait réuni tous les procureurs et responsables de juridictions pour leur dire que l’heure de l’impunité avait sonné, a connu bien d’infortunes que son illustre prédécesseur. Et pour cause ? Il a été tout simplement lâché par Koulouba, sous des pressions diverses, et sorti du gouvernement. Au grand désappointement de tout un pays, y compris les partenaires au développement.

Gageons alors que cet autre ministre de la justice, Me Bathily, ait plus de bonheur à traquer les fossoyeurs du pays, d’où qu’ils se planquent, car couvert en cela par la confiance et la garantie d’un président IBK, tout dédié à la moralisation de la vie publique.

Sékouba Samaké

Source: info-matin

Comments are closed

Other News

  • Société

    Pour apporter sa contribution dans le cadre du mois de la solidarité : – La Fondation Orange-Mali offre des dons d’une valeur de 50 millions FCFA

    - Des conventions de partenariat signées avec trois départements ministériels Dans le cadre du mois de la solidarité et de la lutte contre l’exclusion, la Fondation Orange-Mali vient d’offrir des dons d’une valeur de 50 millions de FCFA. Il s’agit des vivres, des moustiquaires imprégnées, des moulins multifonctionnels, des motos pompes, des motos tricycles pour personnes handicapées ainsi que des kits de maraîchage et d’assainissement. Des conventions ont été signées entre la Fondation Orange-Mali et trois départements ministériels notamment dans […]

    Read more →
  • Corruption

    Malgré les menaces proférées par le ministre de la Justice : Le maire de Moribabougou, Diarra Diarra se permet de morceler le Titre foncier N°2250 d’un journaliste

    L’un de nos confrères de la place ne dort plus que d’un seul œil. Et pour cause, sa propre parcelle, dotée d’un titre foncier N°2250 sise au quartier de Titibougou a été morcelée et revendue par le Maire de la Commune de Moribabougou, Diarra Diarra à d’autres acquéreurs. Alors que Titibougou ne relève pas de sa commune.   Malgré les différentes mesures prises par le ministère des Domaines et des Affaires foncières et les menaces proférées par le ministre de […]

    Read more →
  • Corruption

    Mali : 28 milliards F CFA d’irrégularités dans l’achat d’un avion présidentiel et des équipements militaires

    Des irrégularités financières s’ élevant à plus de 28 milliards FCFA, dont plus de 12 milliards FCFA au titre de la fraude, ont été constatées au Mali dans l’ acquisition d’un aéronef présidentiel et la fourniture d’ équipements militaires, indique un rapport du vérificateur général malien. Le rapport, publié mercredi, indique que le prix de l’aéronef s’ élève à 18,9 milliards FCFA, et la fourniture aux Forces armées maliennes de matériels, de véhicules et de pièces de rechange à 69, […]

    Read more →
  • Afrique Burkina Faso: les forces de sécurité tirent sur des manifestants

    Burkina Faso: les forces de sécurité tirent sur des manifestants

    Les forces de sécurité chargées de protéger le secteur près du palais présidentiel burkinabé ont tiré des coups de feu et des gaz lacrymogènes à l’approche de manifestants, apprend-on de source diplomatique et auprès des services de sécurité. Trois corps sont restés au sol. La foule a marché sur le palais présidentiel situé dans le secteur Ouaga 20 de la capitale Ouagadougou après avoir auparavant pris d’assaut le bâtiment de l’Assemblée nationale et la télévision d’Etat. Certains manifestants ont mis […]

    Read more →
  • Communiqué de presse

    Programme de leadership des visiteurs internationaux aux Usa : 14 journalistes d’Afrique prennent part au programme Edward Murrow

    C’est parti depuis lundi 26 octobre à Washington District of Colombia, pour le programme des visiteurs internationaux qui parraine le projet Edward Murrow pour les journalistes du monde entier. Il durera trois semaines et permettra aux journalistes d’Afrique francophone de sillonner les villes comme Washington DC, Altanta, le Nouveau Mexique et New York. Pendant ces trois semaines, les journalistes répartis en groupes selon les langues s’imprègneront des droits et responsabilités de la société américaine et les élections partielles de certains […]

    Read more →
  • Afrique

    L’opposition burkinabé au Mali se lève : Carton rouge à Blaise Compaoré

    Les cadres des partis politiques burkinabés MPP et UPC viennent de témoigner toute leur solidarité au peuple burkinabé qui a majoritairement rejeté l’initiative de révision constitutionnelle entreprise par le président Blaise Compaoré dans le but de se maintenir au pouvoir.   Dans une déclaration qu’elle nous fait parvenir, la coordination de l’opposition burkinabé au Mali estime que «  le président du Burkina Faso, Blaise Compaoré et son clan ont enfin jeté le masque en dévoilant leurs véritables intentions « . Celles qui […]

    Read more →
  • Afrique

    Burkina: un mort dans les manifestations à Ouagadougou

    Un homme d’une trentaine d’années a été tué jeudi dans les violences qui ont enflammé Ouagadougou, où des manifestants ont incendié l’Assemblée nationale pour empêcher le vote d’une révision constitutionnelle contestée, a indiqué un témoin de l’AFP. La victime, qui présentait une plaie à la tempe, a été retrouvée morte à 300 mètres du domicile de François Compaoré, frère du chef de l’Etat et personnalité influente du régime, a indiqué à l’AFP un témoin de la scène, selon lequel l’homme […]

    Read more →
  • Politique

    Le vérificateur général saisit le procureur de la République

    Sur 241 pages, le rapport du vérificateur général, qui s’occupe au Mali de la lutte contre la corruption et la délinquance financière, énumère des irrégularités commises, selon lui, lors de l’achat de l’avion présidentiel, et des équipements destinés aux forces armées maliennes. Le vérificateur général a saisi le procureur de la République. Selon le rapport, malgré près de 19 milliards de francs CFA déboursés pour l’achat de l’avion présidentiel, à ce jour aucun document n’atteste que l’appareil a été intégré […]

    Read more →