Lutte contre la corruption : le ministre de la Justice frappe fort

13/12/2013 19:14

Le ministre de la justice, Me Mohamed Ali Bathily, l’universitaire au caractère trempé, a honoré sa réputation de fermeté en n’hésitant pas, à son premier coup d’essai, d’envoyer en prison cinq magistrats, pour des faits avérés de corruption.

Mohamed__Ali_Bathily ministre justice

Acte inédit dans un contexte familier de trouble au sein de la famille judiciaire pour lequel il faut désormais compter tant la volonté du ministre de mettre de l’ordre dans la justice est jugée implacable. Jusqu’où ira-t-il ?

Dans un passé encore récent, au Mali, cela relevait du surréalisme : arrêtés et écroués cinq magistrats de l’ordre judiciaire dans une affaire de corruption. Et cela, à la suite de simples plaintes de justiciables, floués de leurs droits.

Eh ! Bien, c’est l’exploit que le ministre de la Justice, garde des sceaux, Me Bathily, lui-même célèbre avocat du barreau de Bamako, vient de réaliser en l’espace d’une journée. L’interpellation de ces « hommes de droit », selon toute vraisemblance, va défrayer la chronique de l’actualité judiciaire du pays tant elle est inhabituelle dans le pays, longtemps marqué par une intenable impunité qui a fini par saper les mœurs publiques.

Sans savoir comment, un jour, y parvenir à rendre à la justice ses lettres de noblesse, le citoyen ordinaire, au Mali, n’a cesse d’appeler de ses vœux à un réarmement moral dans l’exercice du service public, en particulier dans le domaine, très sensible, de la justice, décriée, depuis des années, comme le « ventre mou » du mécanisme institutionnel de l’orthodoxie publique quoiqu’elle se présente par ailleurs comme ce véritable rempart de la société.

« Finis les mots, place à l’action », commente un usager du service public, hier, à l’annonce de ces interpellations de magistrats. Me Mohamed Bathily, ministre de la Justice, avait pourtant averti sur la volonté des nouvelles autorités du pays de mettre de l’ordre dans la grande famille de la justice qui, il faut le reconnaître, est aussi truffée de braves hommes, dédiés à leur sacerdoce pour le service public.

Revenons à nos moutons : les magistrats interpellés dont il s’agit ne sont pas n’importe qui : le juge d’instruction du tribunal de Mopti, Adama Zié Diarra, le procureur de Mopti, Ousseyni Salaha, et son substitut, Oubey Doulla Mohomoudou, et le greffier du tribunal de Mopti, Ibrahima Kanté, le procureur du tribunal de la Commune II, Abdoulaye Kamaté. La boucle est bouclée par le clerc d’huissier de Mopti, Sékou Ballo.

À tous ceux-ci, on les reproche d’avoir extorqué de l’argent à des personnes interpellées par leur tribunal. Comme dans toute affaire judiciaire similaire, des investigations se poursuivent pour déterminer la gravité des faits.

Un constat s’impose néanmoins : ces interpellations ne constituent pas une opération mains propres spécifiquement enclenchée contre les magistrats.

Chez beaucoup de nos confrères, parus hier, le ministre de la Justice s’en est expliqué : « Nous avons été saisis par des justiciables de faits qui étaient incompatibles avec l’éthique du magistrat. C’est donc donnant suite à des plaintes de personnes physiques que des inspections furent menées pour confirmer la teneur des lettres ».

Voilà, des propos qui souffrent de tout sauf à ne pas être clairs de la part d’un ministre de la justice qui n’écarte pas, pour les personnes interpellées, la notion de la « présomption d’innocence ».

Pour les faits d’accusation, on indique, selon des sources proches du dossier, que le procureur de la Commune II aurait réclamé et empoché une certaine somme d’argent à des justiciables dans le cadre d’une procédure judiciaire régulière.

À son encontre, et à l’endroit de tous ses autres co-accusés, la charge retenue de ce fait est la « concussion » et le « faux et usage de faux ».

Si le fait, pour les justiciables de se plaindre des indélicatesses des hommes de droit est monnaie courante, au Mali, il n’est en pas de même pour la nécessaire riposte, en termes d’interpellations, contre ces derniers.

Autre temps, autres mœurs : voilà que le ministre de la justice veille bouger les lignes de front en s’attaquant désormais aux différentes manifestations de la corruption, d’où qu’elles proviennent dans la sphère publique. Pour ça, il aura fort à faire d’autant que la corruption, jugée par tous endémique et systémique au Mali, a gangrené le pays, via tous ses segments et démembrements administratifs et financiers, de l’échelon le plus bas au plus élevé.

Ce geste, ô combien salutaire du ministre de la Justice, s’il un cas inédit, n’est tout de même pas un premier coup d’essai : on se rappelle du passage d’un autre célèbre avocat à la chancellerie, Me Abdoulaye Tapo, qui avait fait de l’orthodoxie judiciaire son cheval de bataille, lorsqu’il avait été appelé aux affaires, au temps d’ATT, il y a quelques années.

Hélas ! Ce dernier, dans le secret de son cabinet, qui avait réuni tous les procureurs et responsables de juridictions pour leur dire que l’heure de l’impunité avait sonné, a connu bien d’infortunes que son illustre prédécesseur. Et pour cause ? Il a été tout simplement lâché par Koulouba, sous des pressions diverses, et sorti du gouvernement. Au grand désappointement de tout un pays, y compris les partenaires au développement.

Gageons alors que cet autre ministre de la justice, Me Bathily, ait plus de bonheur à traquer les fossoyeurs du pays, d’où qu’ils se planquent, car couvert en cela par la confiance et la garantie d’un président IBK, tout dédié à la moralisation de la vie publique.

Sékouba Samaké

Source: info-matin

Comments are closed

Other News

  • Crise malienne

    Mali : l’opposition accuse : « Le président IBK et son gouvernement s’enlisent dans l’inaction »

    Hier mercredi 28 janvier 2015, des partis politiques de l’opposition se sont retrouvés au siège du parti URD pour faire une déclaration commune suite aux affrontements sanglants qui ont opposés la MINUSMA à la population de Gao. Exprimant leur profonde inquiétude de la dégradation de la situation au nord du Mali, en particulier de la tournure sanglante prise par les événements survenus le 27 janvier à Gao, les partis de l’opposition demandent l’ouverture d’une enquête complète et impartiale pour faire […]

    Read more →
  • Editorial Politique

    Le propriétaire mué en spectateur

    Le pouvoir en place ne se lasse jamais de ressasser la responsabilité de son prédécesseur dans les maux qui minent notre pays. L’inaction par le consensus aurait permis de défricher le terreau au terrorisme de toute sorte : rebelles, narcotrafiquants, terroristes, Jihadistes. Le régime promis pour redresser les torts causés à notre Maliba, était celui de l’action salvatrice, fruit d’une vision claire et nette, portée par des hommes imbus de leur intégrité. D’ailleurs, l’absence de consultation, de concertation avant de […]

    Read more →
  • Crise malienne

    Bombardement de la Minusma sur un véhicule du Mnla : Me Harouna Toureh dénonce ‘’un montage grossier’’

    Le porte-parole des mouvements de la plate-forme (Maa, Cmfpr, Cpa, Gatia et Mpsa), Me Harouna Toureh, a dénoncé une complicité entre la Minusma et le Mnla. « La Minusma n’a pas bombardé les combattants rebelles.   Ce sont des montages dont l’objectif est d’affaiblir les mouvements de la plate-forme », a-t-il laissé entendre à la faveur d’une conférence de presse tenue la semaine dernière. A l’en croire, l’information du raid de la Minusma contre un véhicule du Mnla en guise […]

    Read more →
  • Politique

    Assemblée nationale: le titanesque boulot, abattu par les députés

    Depuis son élection, le 22 janvier 2014, à la présidence de l’Assemblée Nationale, l’honorable Issiaka Sidibé a, au cours de l’année écoulée,  affiché son ambition pour le renouveau de l’Assemblée Nationale. Dès son arrivée à la tête de l’hémicycle, des progrès notoires ont été enregistrés dans plusieurs domaines : l’amélioration du travail parlementaire, le renforcement de la diplomatie parlementaire, l’amélioration des conditions de vie et de travail au sein de l’Assemblée…   Le dynamisme de l’honorable Issiaka Sidibé a permis à […]

    Read more →
  • Crise malienne

    Focus : Comment ne pas être inquiet ?

    Le Mali, sous la présidence d’IBK ne cesse de donner cette inquiétante image : un bateau ivre qui tangue dangereusement.  Le Mali, sous la présidence d’IBK ne cesse de donner cette inquiétante image : un bateau ivre qui tangue dangereusement. Inquiétude. Voici le mot qui revient sans cesse sur toutes les lèvres, notamment sur celles de tous ceux qui sont soucieux du Mali. Comment ne pas être inquiet face à la dégradation subite de la situation sécuritaire au nord du […]

    Read more →
  • Crise malienne

    Pierre Buyoya, de la MISAHEL : « Aucun pays de la région n’est en mesure de faire face, tout seul, au défi sécuritaire »

    Le Haut représentant de l’Union africaine pour le Mali et le Sahel, Pierre Buyoya, a tenu, jeudi dernier, une conférence de presse au siège de la MISAHEL, à l’ACI 2000. Il a passé en revue la situation au Mali, rappelé les principales activités de la MISAHEL au cours de l’année 2014 et esquissé  leurs perspectives et objectifs  pour l’année 2015 dans les domaines principaux, à savoir la sécurité, la politique, les actions de développement et l’humanitaire.       Au […]

    Read more →
  • Nord-Mali

    Le Coren sur la situation à Gao : «Les responsabilités doivent être situées et des sanctions prises»

    Le Collectif des Ressortissants du Nord du Mali (COREN) condamne fermement l’usage de la force par la MINUSMA contre une population marchant à mains nues. Le Collectif des Ressortissants du Nord du Mali (COREN) rappelle que les jeunes de Gao ont entamé depuis hier lundi des marches de protestation organisée suite à la décision de la MINUSMA d’établir une zone de sécurité pour la coordination (MNLA, HCUA, MAA) dans la zone de Tabankort. La marche d’hier et celle d’aujourd’hui visaient […]

    Read more →
  • Editorial Politique

    Edito: Quand la force impartiale devient partiale

    La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation du Mali (MINUSMA), créée le 25 avril 2013 par l’adoption de la Résolution 2100 du Conseil de sécurité de l’ONU, est en train de déraper au nord du Mali, notamment à Gao. La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation du Mali (MINUSMA), créée le 25 avril 2013 par l’adoption de la  Résolution 2100 du Conseil de sécurité de l’ONU, est en train de déraper au nord du […]

    Read more →
facebook top comment likes boost