Lutte contre la corruption : le ministre de la Justice frappe fort

13/12/2013 19:14

Le ministre de la justice, Me Mohamed Ali Bathily, l’universitaire au caractère trempé, a honoré sa réputation de fermeté en n’hésitant pas, à son premier coup d’essai, d’envoyer en prison cinq magistrats, pour des faits avérés de corruption.

Mohamed__Ali_Bathily ministre justice

Acte inédit dans un contexte familier de trouble au sein de la famille judiciaire pour lequel il faut désormais compter tant la volonté du ministre de mettre de l’ordre dans la justice est jugée implacable. Jusqu’où ira-t-il ?

Dans un passé encore récent, au Mali, cela relevait du surréalisme : arrêtés et écroués cinq magistrats de l’ordre judiciaire dans une affaire de corruption. Et cela, à la suite de simples plaintes de justiciables, floués de leurs droits.

Eh ! Bien, c’est l’exploit que le ministre de la Justice, garde des sceaux, Me Bathily, lui-même célèbre avocat du barreau de Bamako, vient de réaliser en l’espace d’une journée. L’interpellation de ces « hommes de droit », selon toute vraisemblance, va défrayer la chronique de l’actualité judiciaire du pays tant elle est inhabituelle dans le pays, longtemps marqué par une intenable impunité qui a fini par saper les mœurs publiques.

Sans savoir comment, un jour, y parvenir à rendre à la justice ses lettres de noblesse, le citoyen ordinaire, au Mali, n’a cesse d’appeler de ses vœux à un réarmement moral dans l’exercice du service public, en particulier dans le domaine, très sensible, de la justice, décriée, depuis des années, comme le « ventre mou » du mécanisme institutionnel de l’orthodoxie publique quoiqu’elle se présente par ailleurs comme ce véritable rempart de la société.

« Finis les mots, place à l’action », commente un usager du service public, hier, à l’annonce de ces interpellations de magistrats. Me Mohamed Bathily, ministre de la Justice, avait pourtant averti sur la volonté des nouvelles autorités du pays de mettre de l’ordre dans la grande famille de la justice qui, il faut le reconnaître, est aussi truffée de braves hommes, dédiés à leur sacerdoce pour le service public.

Revenons à nos moutons : les magistrats interpellés dont il s’agit ne sont pas n’importe qui : le juge d’instruction du tribunal de Mopti, Adama Zié Diarra, le procureur de Mopti, Ousseyni Salaha, et son substitut, Oubey Doulla Mohomoudou, et le greffier du tribunal de Mopti, Ibrahima Kanté, le procureur du tribunal de la Commune II, Abdoulaye Kamaté. La boucle est bouclée par le clerc d’huissier de Mopti, Sékou Ballo.

À tous ceux-ci, on les reproche d’avoir extorqué de l’argent à des personnes interpellées par leur tribunal. Comme dans toute affaire judiciaire similaire, des investigations se poursuivent pour déterminer la gravité des faits.

Un constat s’impose néanmoins : ces interpellations ne constituent pas une opération mains propres spécifiquement enclenchée contre les magistrats.

Chez beaucoup de nos confrères, parus hier, le ministre de la Justice s’en est expliqué : « Nous avons été saisis par des justiciables de faits qui étaient incompatibles avec l’éthique du magistrat. C’est donc donnant suite à des plaintes de personnes physiques que des inspections furent menées pour confirmer la teneur des lettres ».

Voilà, des propos qui souffrent de tout sauf à ne pas être clairs de la part d’un ministre de la justice qui n’écarte pas, pour les personnes interpellées, la notion de la « présomption d’innocence ».

Pour les faits d’accusation, on indique, selon des sources proches du dossier, que le procureur de la Commune II aurait réclamé et empoché une certaine somme d’argent à des justiciables dans le cadre d’une procédure judiciaire régulière.

À son encontre, et à l’endroit de tous ses autres co-accusés, la charge retenue de ce fait est la « concussion » et le « faux et usage de faux ».

Si le fait, pour les justiciables de se plaindre des indélicatesses des hommes de droit est monnaie courante, au Mali, il n’est en pas de même pour la nécessaire riposte, en termes d’interpellations, contre ces derniers.

Autre temps, autres mœurs : voilà que le ministre de la justice veille bouger les lignes de front en s’attaquant désormais aux différentes manifestations de la corruption, d’où qu’elles proviennent dans la sphère publique. Pour ça, il aura fort à faire d’autant que la corruption, jugée par tous endémique et systémique au Mali, a gangrené le pays, via tous ses segments et démembrements administratifs et financiers, de l’échelon le plus bas au plus élevé.

Ce geste, ô combien salutaire du ministre de la Justice, s’il un cas inédit, n’est tout de même pas un premier coup d’essai : on se rappelle du passage d’un autre célèbre avocat à la chancellerie, Me Abdoulaye Tapo, qui avait fait de l’orthodoxie judiciaire son cheval de bataille, lorsqu’il avait été appelé aux affaires, au temps d’ATT, il y a quelques années.

Hélas ! Ce dernier, dans le secret de son cabinet, qui avait réuni tous les procureurs et responsables de juridictions pour leur dire que l’heure de l’impunité avait sonné, a connu bien d’infortunes que son illustre prédécesseur. Et pour cause ? Il a été tout simplement lâché par Koulouba, sous des pressions diverses, et sorti du gouvernement. Au grand désappointement de tout un pays, y compris les partenaires au développement.

Gageons alors que cet autre ministre de la justice, Me Bathily, ait plus de bonheur à traquer les fossoyeurs du pays, d’où qu’ils se planquent, car couvert en cela par la confiance et la garantie d’un président IBK, tout dédié à la moralisation de la vie publique.

Sékouba Samaké

Source: info-matin

Comments are closed

Other News

  • Crise malienne

    Huitième round des pourparlers inter malien d’Alger : Négociations, discussions ou clarifications ?

    On a beau se livrer au jeu des mots, on ne peut nier l’évidence des nécessaires négociations entre le gouvernement et les rebelles de la CMA, car il faut bien que celle-ci signe, si c’est par le dialogue qu’il faut gagner la paix. La plateforme s’est fait éliminer du jeu en signant le document le 15 avant la CMA. Le piège qu’avait craint un responsable de cette plateforme est bien arrivé : la poursuite des négociations entre deux parties, le […]

    Read more →
  • Nord-Mali

    Pourquoi le Gatia ne doit pas lâcher Ménaka ?

    Le mardi 19 mai, la Commission technique mixte de sécurité (CTMS), présidée par le commandant des forces de la Minusma et regroupant les représentants militaires de toutes les parties en conflit dans la crise malienne, devait se réunir à Gao pour parler de la situation sécuritaire et baliser le terrain pour l’accord de cessez-le-feu qui devrait être signé à la fin du mois à Alger par les rebelles. Mais à la vieille de cette réunion, le Gatia a informé le […]

    Read more →
  • Société

    Inauguration du périmètre de Sabalibougou : N’DEBOUGOU AUGMENTE SON POTENTIEL

    Le nouveau périmètre apportera une production additionnelle de 13.000 tonnes de riz paddy dans l’escarcelle de l’Office du Niger Le ministre du Développement rural, Dr Bocari Treta a procédé samedi à Sabalibougou, dans la zone de production de N’Débougou (Office du Niger) à l’ouverture de la vanne d’irrigation du canal principal du périmètre rizicole. C’était en présence du président directeur général de l’Office du Niger, Ilias Dogolum Goro et du représentant de la Banque mondiale Nicaise Ehoué. Ce périmètre d’une […]

    Read more →
  • Afrique Economie

    BAD : HUIT CANDIDATS POUR UN FAUTEUIL

    Les 50è assemblées annuelles de la Banque africaine de développement qui se tiennent depuis lundi à Abidja seront marquées par l’élection du nouveau président de l’institution financière Les 50è assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (BAD) ont débuté hier lundi à Abidjan avec le lancement du rapport sur les perspectives économiques en Afrique 2015 de l’institution financière. Le lancement a eu lieu en présence du Premier ministre ivoirien Daniel Kablan Duncan et du président sortant de la BAD, […]

    Read more →
  • Crise malienne

    Attaque de Tin Hamma : DANS LA LOGIQUE D’UNE VIOLENCE RECURRENTE

    La situation sécuritaire reste tendue au Nord même au cours des deux derniers jours, aucune attaque majeure des groupes armés n’a été signalé. Le dernier incident grave remonte au mercredi dernier. Le 20 mai dans la matinée, des éléments de la CMA (Coordination des mouvements de l’Azawad) ont attaqué le village de Tin-Hamma dans le cercle d’Ansongo, tuant trois civils et pillant les biens de la population. Vendredi, le gouvernement avait fait un communiqué indiquant que les Forces armées du […]

    Read more →
  • Société

    L’enregistrement de la naissance, un droit fondamental de l’enfant

    Après le droit à la vie, tout enfant a droit d’être enregistré à la naissance. L’enregistrement permet à l’enfant d’avoir une identité qui regroupe le nom, le prénom, la date de naissance, le sexe et la nationalité. Grâce à ces informations, l’enfant sera titulaire de droits et obligations spécifiques. Au Mali, malgré la gratuité de l’enregistrement à la mairie, certains enfants ne sont pas enregistrés.     Dès la naissance, les parents ont le devoir de déclarer  le nouveau-né auprès […]

    Read more →
  • Politique

    Prise en charge des personnes handicapées : L’ALTERNATIVE RBC

    La réadaptation à base communautaire (RBC) est une stratégie de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Elle vise, comme son nom l’indique, à la réadaptation, à l’égalité des chances et à l’intégration sociale de toutes les personnes handicapées. La RBC est mise en œuvre dans notre pays, grâce aux efforts conjugués des personnes handicapées elles-mêmes, de leurs familles, des organisations et communautés, des services gouvernementaux et non gouvernementaux de santé, d’éducation, de formation professionnelle, sociaux et autres services compétents. Les […]

    Read more →
  • Politique

    Sommet Afrique –France : Modibo Kadjogué nommé président de la commission d’organisation du sommet Afrique-France.

    Le choix du premier ministre s’est porté sur la personne M. Modibo Kadjogué pour l’organisation du prochain sommet Afrique- France qui se tiendra en 2016 en république du Mali. Un juste choix de la part du premier ministre M. Modibo Keïta selon plusieurs observateurs.   Modibo Kadjoké a les compétences nécessaires pour remplir vaillamment cette mission. L’homme en question, a par le passé, rempli beaucoup de missions dans l’organisation, des grands évènements. Ancien ministre de l’emploi et de la formation […]

    Read more →
facebook top comment likes boost