Lutte contre la corruption : le ministre de la Justice frappe fort

13/12/2013 19:14

Le ministre de la justice, Me Mohamed Ali Bathily, l’universitaire au caractère trempé, a honoré sa réputation de fermeté en n’hésitant pas, à son premier coup d’essai, d’envoyer en prison cinq magistrats, pour des faits avérés de corruption.

Mohamed__Ali_Bathily ministre justice

Acte inédit dans un contexte familier de trouble au sein de la famille judiciaire pour lequel il faut désormais compter tant la volonté du ministre de mettre de l’ordre dans la justice est jugée implacable. Jusqu’où ira-t-il ?

Dans un passé encore récent, au Mali, cela relevait du surréalisme : arrêtés et écroués cinq magistrats de l’ordre judiciaire dans une affaire de corruption. Et cela, à la suite de simples plaintes de justiciables, floués de leurs droits.

Eh ! Bien, c’est l’exploit que le ministre de la Justice, garde des sceaux, Me Bathily, lui-même célèbre avocat du barreau de Bamako, vient de réaliser en l’espace d’une journée. L’interpellation de ces « hommes de droit », selon toute vraisemblance, va défrayer la chronique de l’actualité judiciaire du pays tant elle est inhabituelle dans le pays, longtemps marqué par une intenable impunité qui a fini par saper les mœurs publiques.

Sans savoir comment, un jour, y parvenir à rendre à la justice ses lettres de noblesse, le citoyen ordinaire, au Mali, n’a cesse d’appeler de ses vœux à un réarmement moral dans l’exercice du service public, en particulier dans le domaine, très sensible, de la justice, décriée, depuis des années, comme le « ventre mou » du mécanisme institutionnel de l’orthodoxie publique quoiqu’elle se présente par ailleurs comme ce véritable rempart de la société.

« Finis les mots, place à l’action », commente un usager du service public, hier, à l’annonce de ces interpellations de magistrats. Me Mohamed Bathily, ministre de la Justice, avait pourtant averti sur la volonté des nouvelles autorités du pays de mettre de l’ordre dans la grande famille de la justice qui, il faut le reconnaître, est aussi truffée de braves hommes, dédiés à leur sacerdoce pour le service public.

Revenons à nos moutons : les magistrats interpellés dont il s’agit ne sont pas n’importe qui : le juge d’instruction du tribunal de Mopti, Adama Zié Diarra, le procureur de Mopti, Ousseyni Salaha, et son substitut, Oubey Doulla Mohomoudou, et le greffier du tribunal de Mopti, Ibrahima Kanté, le procureur du tribunal de la Commune II, Abdoulaye Kamaté. La boucle est bouclée par le clerc d’huissier de Mopti, Sékou Ballo.

À tous ceux-ci, on les reproche d’avoir extorqué de l’argent à des personnes interpellées par leur tribunal. Comme dans toute affaire judiciaire similaire, des investigations se poursuivent pour déterminer la gravité des faits.

Un constat s’impose néanmoins : ces interpellations ne constituent pas une opération mains propres spécifiquement enclenchée contre les magistrats.

Chez beaucoup de nos confrères, parus hier, le ministre de la Justice s’en est expliqué : « Nous avons été saisis par des justiciables de faits qui étaient incompatibles avec l’éthique du magistrat. C’est donc donnant suite à des plaintes de personnes physiques que des inspections furent menées pour confirmer la teneur des lettres ».

Voilà, des propos qui souffrent de tout sauf à ne pas être clairs de la part d’un ministre de la justice qui n’écarte pas, pour les personnes interpellées, la notion de la « présomption d’innocence ».

Pour les faits d’accusation, on indique, selon des sources proches du dossier, que le procureur de la Commune II aurait réclamé et empoché une certaine somme d’argent à des justiciables dans le cadre d’une procédure judiciaire régulière.

À son encontre, et à l’endroit de tous ses autres co-accusés, la charge retenue de ce fait est la « concussion » et le « faux et usage de faux ».

Si le fait, pour les justiciables de se plaindre des indélicatesses des hommes de droit est monnaie courante, au Mali, il n’est en pas de même pour la nécessaire riposte, en termes d’interpellations, contre ces derniers.

Autre temps, autres mœurs : voilà que le ministre de la justice veille bouger les lignes de front en s’attaquant désormais aux différentes manifestations de la corruption, d’où qu’elles proviennent dans la sphère publique. Pour ça, il aura fort à faire d’autant que la corruption, jugée par tous endémique et systémique au Mali, a gangrené le pays, via tous ses segments et démembrements administratifs et financiers, de l’échelon le plus bas au plus élevé.

Ce geste, ô combien salutaire du ministre de la Justice, s’il un cas inédit, n’est tout de même pas un premier coup d’essai : on se rappelle du passage d’un autre célèbre avocat à la chancellerie, Me Abdoulaye Tapo, qui avait fait de l’orthodoxie judiciaire son cheval de bataille, lorsqu’il avait été appelé aux affaires, au temps d’ATT, il y a quelques années.

Hélas ! Ce dernier, dans le secret de son cabinet, qui avait réuni tous les procureurs et responsables de juridictions pour leur dire que l’heure de l’impunité avait sonné, a connu bien d’infortunes que son illustre prédécesseur. Et pour cause ? Il a été tout simplement lâché par Koulouba, sous des pressions diverses, et sorti du gouvernement. Au grand désappointement de tout un pays, y compris les partenaires au développement.

Gageons alors que cet autre ministre de la justice, Me Bathily, ait plus de bonheur à traquer les fossoyeurs du pays, d’où qu’ils se planquent, car couvert en cela par la confiance et la garantie d’un président IBK, tout dédié à la moralisation de la vie publique.

Sékouba Samaké

Source: info-matin

Comments are closed

Other News

  • Nord-Mali

    Les Touaregs du MNLA signeront le mois prochain les accord de paix d’Alger

    Les Touaregs du nord du Mali ont annoncé dimanche aux médiateurs internationaux qu’ils parapheraient le mois prochain un accord de paix, a déclaré un porte-parole du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA). Les termes de cet accord ont été validés par le gouvernement de Bamako et par une coalition de groupes armés pro-gouvernementaux, mais les rebelles touaregs refusaient jusqu’à présent de signer le texte. Craignant que l’absence d’accord de paix provoque une intensification de la violence dans les vastes […]

    Read more →
  • Faits divers

    Accident : 10 morts dans le Chavirement d’une pirogue à Tienfala

    Dix personnes sont mortes noyées dimanche dans le chavirement de leur pirogue à une trentaine de kilomètres de Bamako, a appris l’AFP de source policière. « Dix personnes sont mortes noyées dimanche, dans la localité de Tienfala, à une trentaine de kilomètres de Bamako, quand la pirogue sur laquelle elles étaient a chaviré », a déclaré à l’AFP une source policière. « Un vent violent », selon la même source, serait à l’origine du drame. Deux ambulances sont arrivées sur l’axe Bamako-Koulikoro pour notamment […]

    Read more →
  • Crise malienne

    Accord d’Alger : Un leader de la CPA annonce le paraphe de la CMA

    Selon les informations diffusées hier après midi par Studio Tamani, la Coordination des mouvements de l’azawad a décidé de parapher le projet d’accord adopté à Alger le 1er mars 2014. L’information a été donnée hier samedi par Souleymane Ag Akli, vice président de la Coalition du peuple de l’Azawad, un mouvement membre de la coordination. Selon M Akli, « la décision fait suite à une rencontre que des responsables de la CMA ont eue avec le représentant spécial du secrétaire général […]

    Read more →
  • Economie

    Banque : La BDM-SA a désormais un nouveau DG

      Lors d’une  Assemblée générale des actionnaires qui s’est tenue le 11 avril 2015 à l’hôtel Salam de Bamako, les fonctions de Président du Conseil d’Administration et de Directeur Général de la BDM SA ont été dissociées et la BDM SA est dotée d’un Président du Conseil d’Administration ; et d’un Directeur Général avec deux adjoints. Samedi dernier, lors d’un conseil d’administration extraordinaire, cette nouvelle gouvernance a connu un début d’application avec la nomination d’un nouveau PCA en la personne […]

    Read more →
  • Insolite

    Alerte-Après Zaman: un autre microbe massacré à Yopougon-Wassakara

    Zaman, le présumé chef des microbes d’Attécoubé, a été lynché, tué et ensuite brûlé. Les images ont fait le tour du monde. Mais cela n’aura servi à rien semble-t-il ?  Les « microbes » continuent d’agresser les honnêtes citoyens. Décidement le phénomène de « microbes » est reparti de plus bel. Et tout porte à croire que les Abidjanais sont partis pour vivre dans l’insécurité totale. Un véritable danger guette la population. Le vendredi 24 avril 2015, à Yopougon Wassakara […]

    Read more →
  • Insolite

    Insolite : Voici la technique très insolite pour réanimer un homme lors d’un combat

    Que c’est drôle, ce combat de boxe amateur. Qui pouvait s’imaginer que quand un boxeur est mis KO et qui perd connaissance, il y a une technique plus simple, plus naturelle et plus rapide de le reveiller. Et bien en regardant cette vidéo, vous saurez de quoi il s’agit. Si quelqu’un perd connaissance devant vous ne paniquez plus. On peut verser de l’eau sur lui. C’est bon. Mais voici la technique qu’il faut employer désormais. Deux jeunes gens au milieu […]

    Read more →
  • Culture

    Sur les rayons de la bibliothèque nationale : Un nouveau livre : » La colère du prince «

    Le titre du roman “La colère du prince ” de Facoh Donki Diarra dont Cauris livres vient de paraître est assez évocateur. De 1661 à 1861, les clans princiers Coulibaly et Diarra régnèrent sur le puissant royaume bamanan de Ségou.   Les relations mouvementées entre Ségou, la capitale, et la province rebelle du Bèlèdougou, à un moment où les alliances de circonstance et les intrigues régissaient la vie des différentes communautés méritent de rester dans les annales de l’histoire nationale. […]

    Read more →
  • Editorial Sports

    En un mot : La vengeance de l’Algérie

    Le monde du foot a décidé d’en rajouter à la crise. En plus de la guerre des clans qui mine la Fédération malienne de football (Fémafoot) et donne lieu à des batailles de rue comme celle de la semaine dernière entre supporters du Stade malien et du Djoliba et surtout les soupçons ou scandales financiers, les leaders du ballon rond sont en passe de provoquer une crise diplomatique avec le pays le plus important pour notre devenir : l’Algérie, le […]

    Read more →
facebook top comment likes boost