Lutte contre la corruption : le ministre de la Justice frappe fort

13/12/2013 19:14

Le ministre de la justice, Me Mohamed Ali Bathily, l’universitaire au caractère trempé, a honoré sa réputation de fermeté en n’hésitant pas, à son premier coup d’essai, d’envoyer en prison cinq magistrats, pour des faits avérés de corruption.

Mohamed__Ali_Bathily ministre justice

Acte inédit dans un contexte familier de trouble au sein de la famille judiciaire pour lequel il faut désormais compter tant la volonté du ministre de mettre de l’ordre dans la justice est jugée implacable. Jusqu’où ira-t-il ?

Dans un passé encore récent, au Mali, cela relevait du surréalisme : arrêtés et écroués cinq magistrats de l’ordre judiciaire dans une affaire de corruption. Et cela, à la suite de simples plaintes de justiciables, floués de leurs droits.

Eh ! Bien, c’est l’exploit que le ministre de la Justice, garde des sceaux, Me Bathily, lui-même célèbre avocat du barreau de Bamako, vient de réaliser en l’espace d’une journée. L’interpellation de ces « hommes de droit », selon toute vraisemblance, va défrayer la chronique de l’actualité judiciaire du pays tant elle est inhabituelle dans le pays, longtemps marqué par une intenable impunité qui a fini par saper les mœurs publiques.

Sans savoir comment, un jour, y parvenir à rendre à la justice ses lettres de noblesse, le citoyen ordinaire, au Mali, n’a cesse d’appeler de ses vœux à un réarmement moral dans l’exercice du service public, en particulier dans le domaine, très sensible, de la justice, décriée, depuis des années, comme le « ventre mou » du mécanisme institutionnel de l’orthodoxie publique quoiqu’elle se présente par ailleurs comme ce véritable rempart de la société.

« Finis les mots, place à l’action », commente un usager du service public, hier, à l’annonce de ces interpellations de magistrats. Me Mohamed Bathily, ministre de la Justice, avait pourtant averti sur la volonté des nouvelles autorités du pays de mettre de l’ordre dans la grande famille de la justice qui, il faut le reconnaître, est aussi truffée de braves hommes, dédiés à leur sacerdoce pour le service public.

Revenons à nos moutons : les magistrats interpellés dont il s’agit ne sont pas n’importe qui : le juge d’instruction du tribunal de Mopti, Adama Zié Diarra, le procureur de Mopti, Ousseyni Salaha, et son substitut, Oubey Doulla Mohomoudou, et le greffier du tribunal de Mopti, Ibrahima Kanté, le procureur du tribunal de la Commune II, Abdoulaye Kamaté. La boucle est bouclée par le clerc d’huissier de Mopti, Sékou Ballo.

À tous ceux-ci, on les reproche d’avoir extorqué de l’argent à des personnes interpellées par leur tribunal. Comme dans toute affaire judiciaire similaire, des investigations se poursuivent pour déterminer la gravité des faits.

Un constat s’impose néanmoins : ces interpellations ne constituent pas une opération mains propres spécifiquement enclenchée contre les magistrats.

Chez beaucoup de nos confrères, parus hier, le ministre de la Justice s’en est expliqué : « Nous avons été saisis par des justiciables de faits qui étaient incompatibles avec l’éthique du magistrat. C’est donc donnant suite à des plaintes de personnes physiques que des inspections furent menées pour confirmer la teneur des lettres ».

Voilà, des propos qui souffrent de tout sauf à ne pas être clairs de la part d’un ministre de la justice qui n’écarte pas, pour les personnes interpellées, la notion de la « présomption d’innocence ».

Pour les faits d’accusation, on indique, selon des sources proches du dossier, que le procureur de la Commune II aurait réclamé et empoché une certaine somme d’argent à des justiciables dans le cadre d’une procédure judiciaire régulière.

À son encontre, et à l’endroit de tous ses autres co-accusés, la charge retenue de ce fait est la « concussion » et le « faux et usage de faux ».

Si le fait, pour les justiciables de se plaindre des indélicatesses des hommes de droit est monnaie courante, au Mali, il n’est en pas de même pour la nécessaire riposte, en termes d’interpellations, contre ces derniers.

Autre temps, autres mœurs : voilà que le ministre de la justice veille bouger les lignes de front en s’attaquant désormais aux différentes manifestations de la corruption, d’où qu’elles proviennent dans la sphère publique. Pour ça, il aura fort à faire d’autant que la corruption, jugée par tous endémique et systémique au Mali, a gangrené le pays, via tous ses segments et démembrements administratifs et financiers, de l’échelon le plus bas au plus élevé.

Ce geste, ô combien salutaire du ministre de la Justice, s’il un cas inédit, n’est tout de même pas un premier coup d’essai : on se rappelle du passage d’un autre célèbre avocat à la chancellerie, Me Abdoulaye Tapo, qui avait fait de l’orthodoxie judiciaire son cheval de bataille, lorsqu’il avait été appelé aux affaires, au temps d’ATT, il y a quelques années.

Hélas ! Ce dernier, dans le secret de son cabinet, qui avait réuni tous les procureurs et responsables de juridictions pour leur dire que l’heure de l’impunité avait sonné, a connu bien d’infortunes que son illustre prédécesseur. Et pour cause ? Il a été tout simplement lâché par Koulouba, sous des pressions diverses, et sorti du gouvernement. Au grand désappointement de tout un pays, y compris les partenaires au développement.

Gageons alors que cet autre ministre de la justice, Me Bathily, ait plus de bonheur à traquer les fossoyeurs du pays, d’où qu’ils se planquent, car couvert en cela par la confiance et la garantie d’un président IBK, tout dédié à la moralisation de la vie publique.

Sékouba Samaké

Source: info-matin

Comments are closed

Other News

  • Crise malienne

    Moussa Ag Acharatoumane, leader du MNLA : « Comme le gouvernement, nous avons des positions sur lesquels nous ne comptons pas revenir »

    Moussa Ag Acharatoumane est l’un des fondateurs du Mouvement national de l’Azawad (MNA), devenu depuis Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA). Il se trouve présentement à Alger où se déroulent les pourparlers sur les futures négociations de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés. Depuis la capitale algérienne, il a bien voulu répondre à certaines de nos questions (dans la nuit du lundi au mardi).         Il nous décrit dans l’entretien qui suit l’atmosphère […]

    Read more →
  • Politique

    Crise du nord : quand IBK se débine !

    A MONSIEUR LE DIRECTEUR DU JOURNAL  D’INFO-MATIN       Vous voulez bien me prier de vous donner mon impression sur la nouvelle phase de la tragédie malienne. Comment le refuserais-je à votre journal, quand il a eu jusqu’ici l’honneur trop rare de garder l’impartialité et de ne pas injurier les vaincus ? Mais votre aimable demande m’arrive tardivement, car tout ce que ma conscience, tout ce que mon indignation m’obligeaient à dire, je l’ai déjà dit, sur le site Malijet. […]

    Read more →
  • Politique

    IBK ne comprend pas pourquoi Soumeylou Boubèye Maïga a quitté la délégation du Premier ministre alors qu’elle s’apprêtait à se rendre à Kidal

    Le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, a entamé le mercredi 23 juillet 2014 un processus d’information des forces vives de la nation sur les pourparlers qui se déroulent actuellement du côté d’Alger.   Ce jeudi, il a reçu les chefs d’institutions où le chef de l’Etat est revenu sur les évènements douloureux de Kidal des 17 et 21 mai derniers. Après avoir expliqué que la sécurité des personnes et leurs biens reste une mission régalienne dévolue à l’armée […]

    Read more →
  • Crise malienne

    Juste pour dire : Respectons nos signatures

    Accords de Tamnarasset, accords d’Alger, pacte national, flammes de la paix, accord préliminaire de Ouagadougou. Que d’accords, que de réunions, que de signatures depuis les premières rébellions dans notre pays ! A part celle de 1963 maté par un certain Zoulbeïba qui était très actif dans la zone de Tarkint, toutes les révoltes maliennes de ces dernières années se sont soldées par de grandes réunions et des signatures d’accord, des projets financés à coût de milliards, des insertions et réinsertions. […]

    Read more →
  • Société

    Non utilisation des véhicules administratifs le week-end : Bienvenue aux décisions « long-feu »

    Ça ressemblait presque à de la télé réalité en direct. On nous a servi presque tout un week-end des images d’opérations d’interpellations de véhicules administratifs dans la capitale malienne.       C’était un véritable show, avec des policiers, souvent zélés, comme ça passait à la télé. Cette opération coup de poing, il faut l’avouer n’a pas été du goût de certains de nos compatriotes, pendant que d’autres ont, bien entendu, apprécié. Les premiers ont finalement fini par avoir raison. […]

    Read more →
  • Crise malienne

    Mali: Les autorités maliennes et les groupes armés s’accordent sur une feuille de route

    Ces négociations de paix à Alger émaillés par des récurrents affrontements au Mali i , visaient à relancer les pourparlers de paix entre le gouvernement Malien et les 6 groupes armés du nord du pays notamment le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), le Haut conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA), le Mouvement arabe de l’Azawad (MAA), la Coalition du peuple pour l’Azawad, les Coordination des mouvements et forces patriotiques de résistance (CM-FPR) et une dissidence du MAA pour but de négocier […]

    Read more →
  • Afrique

    Cameroun: Boko Haram tue deux militaires à Bargaram

    De sources sécuritaires de premier plan, koaci.com apprend que Boko Haram a attaqué dans l’après-midi de ce jeudi, les militaires camerounais dans la ville frontalière de Bargaram (arrondissement de Hilé Alifa dans le Logone et Chari).     Pour l’heure, selon les premières informations recueillies le bilan provisoire fait état de deux militaires tués, 02 pick-up, 4 lance-roquettes et 3 MAG appartenant à l’armée emportés par les assaillants. Rappelons que le Cameroun est officiellement entré en guerre contre le groupe terroriste […]

    Read more →
  • Afrique

    Epidémie Ebola: Chasse à l’homme pour retrouver une femme malade à Freetown

    Les autorités Sierra-léonaises ont lancé une véritable chasse à l’homme à Freetown pour retrouver une femme atteinte du virus Ebola enlevé de force par sa famille de l’hôpital, c’est le premier cas  Ebola enregistré dans la capitale.     Cette femme âgée de 32 ans est le premier cas de patient atteint du virus Ebola enregistrée dans la capitale sierra léonaise. Les stations de radio ont lancé un appel dans les quatre coins du pays pour retrouver cette femme enlevée de force d’un […]

    Read more →