DÉSUNION DANS LES RANGS DES ALLIÉS D’IBK

Soutenant le Chef de l’Etat semblent ne pas tirer dans le même sens. Depuis les frictions entre Tiéman Hubert et Bocary Tréta, c’est la Coalition pour le Mali qui paie les conséquences des guerres d’ego. Un manque d’unité qui aura poussé certaines formations à fustiger ouvertement le Chef de l’État dans sa gestion de la crise institutionnelle avec le Mouvement du 5 Juin-Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP).

Tout d’abord on citera le cas des parti l’Alliance pour la Solidarité au Mali-Convergence des Forces Patriotiques (ASMA-CFP), la Convergence pour le Développement du Mali (CODEM) et le Parti pour la Renaissance Nationale (PARENA) incertains par des figures importantes de l’arène politique. Le 1er cité qui est celui de l’ancien Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga a ouvertement clashé son ancien employeur. Au lieu de se féliciter de la dissolution de la Cour Constitutionnelle, à ses yeux, ce fut une décision qui s’imposait d’elle-même mais le Président IBK a prétendu juridiquement impossible avant de céder.

De son côté, le PARENA de M. Tiébilé Dramé fut le premier de la majorité à évoquer l’existence de la FORSAT et aborder la libération immédiate des leaders du M5, alors mis aux arrêts. Une présence démentie au départ qui a fini par être confirmée par le Premier ministre, Dr Boubou Cissé, via courrier confidentiel qui demande des explications aux tenants du ministère de la sécurité intérieure. Enfin on a la Convergence pour le Développement du Mali (CODEM) qui a menacé de quitter (…)

BAMOÏSA

Source: nouvelhorizonmali

MaliwebmaliwebPolitique
DÉSUNION DANS LES RANGS DES ALLIÉS D’IBK Soutenant le Chef de l’Etat semblent ne pas tirer dans le même sens. Depuis les frictions entre Tiéman Hubert et Bocary Tréta, c’est la Coalition pour le Mali qui paie les conséquences des guerres d’ego. Un manque d’unité qui aura poussé certaines formations...