Au Mali, un accord a été trouvé, mardi soir, entre l’UNTM, l’Union nationale des travailleurs maliens, et le gouvernement. Sur les 12 points de revendication, les signataires se sont accordés sur 11. Les négociations avaient commencé le 21 janvier, après la grève générale de 3 jours déclenchée par l’UNTM au début du mois de janvier. Est-ce pour autant la fin du mouvement social ?

Après la menace d’une seconde grève générale pour février, préavis posé par l’UNTM, l’Union nationale des travailleurs maliens, ce syndicat et le gouvernement se sont finalement accordés sur la dizaine de points de revendications. La plus grosse centrale du pays avait déjà paralysé la capitale le 9 janvier dernier pendant 3 jours. Les revendications allaient du paiement régulier des salaires jusqu’à la lutte contre la vie chère.

Mardi soir, le gouvernement s’est engagé notamment à réduire le prix du riz et de la viande au plus tard fin mars 2019 et à maîtriser les coûts d’électricité. Les autorités maliennes ont également promis de payer les 7 mois d’arriérés de salaire des cheminots. Mais pour le syndicat Sytrail, la grève de la faim entamée il y a 43 jours continue « tant que le versement n’a pas eu lieu, car ce n’est pas la première promesse », déplore un syndicaliste.

Les enseignants ont quant à eux déposé un 4e préavis de grève pour la mi-février. Ils réclament entre autres l’octroi de primes. Pour Adama Fomba, le porte-parole de la synergie des syndicats de l’éducation, ce mouvement continue. « L’UNTM ne représente pas tous les fonctionnaires », conclut-il.

 

Source: RFI

MaliwebmaliwebMaliweb Malijet Maliactumaliweb netPolitique
Au Mali, un accord a été trouvé, mardi soir, entre l’UNTM, l’Union nationale des travailleurs maliens, et le gouvernement. Sur les 12 points de revendication, les signataires se sont accordés sur 11. Les négociations avaient commencé le 21 janvier, après la grève générale de 3 jours déclenchée par l’UNTM...