Ni plus ni moins, la fusion entre l’Alliance Pour la République (APR) et la Convergence pour le développement du Mali (CODEM) s’inscrit dans la dynamique de succession du Président Ibrahim Boubacar Kéita, en 2023.

 

C’est officiel, l’APR et la CODEM ont scellé, ce samedi 21 septembre 2019 au siège national de l’APR à Manakambougou, leur union « pour un Mali uni et prospère ».

Devant les cadres des deux formations politiques, Oumar Ibrahim Touré a, en présence du ministre Housseini Amion Guindo, expliqué que cette alliance fait suite à une analyse de la situation politique du pays, qui ressort une pléthore d’au moins 207 formations politiques. Alors que « les partis ayant une même vision doivent cheminer ensembles ».

Auparavant, le président de l’APR a, au nom des deux formations politiques, condamné les événements tragiques survenus à Niono, ayant causé la mort du Commissaire Divisionnaire Issiaka Tounkara, des blessés dont de policiers et gendarmes.

« Quel que soit le cas, estime-t-il, on ne doit pas arriver à cette situation du genre. Nous demandons aux autorités de gérer cette crise avec diligence».

Ce mariage de l’APR et de la CODEM, qualifié d’ « historique » s’inscrit dans les préparatifs des présidentielles de 2023, par conséquent de positionnement pour la succession du Président IBK.

DACK

Icimali

 

MaliwebPolitique
Ni plus ni moins, la fusion entre l’Alliance Pour la République (APR) et la Convergence pour le développement du Mali (CODEM) s’inscrit dans la dynamique de succession du Président Ibrahim Boubacar Kéita, en 2023.   C’est officiel, l’APR et la CODEM ont scellé, ce samedi 21 septembre 2019 au siège national...