Deux parvenus, pardon deux « chouchous » de la République, Ndiaye Ramatoulaye Diallo et Karim Kéita, ont empêché l’hebdomadaire « Le Reporter » de paraître le 10 mars dernier en faisant pression sur l’imprimerie. Et cela, à cause de deux articles qui égratignaient sans doute leur conscience, au lieu de la soulager.

ndiaye ramatoulaye diallo karim keita

Franchement, le ridicule ne tuera plus jamais dans ce pays. Sinon, comment Ndiaye Ramatoulaye Diallo et Karim Kéita peuvent-ils oser nous intimider avec la peau du lion que nous avons abattu, alors qu’ils étaient bien à l’abri des balles, des grenades et des lance-flammes. Oui, nous les défions de prouver à l’opinion nationale et internationale quelle a été leur contribution à l’avènement de la démocratie au Mali et quel mérite ont-ils aujourd’hui d’être au-devant de la scène politique !

Dans le Mali d’aujourd’hui, quel est le mérite de ceux qui veulent ainsi confisquer notre liberté que d’être sous le couvert d’un régime qui leur fait la part belle par complaisance ? Quel est le mérite du fameux Karim Kéita « Katio » que d’avoir usurpé la présidence d’une Commission aussi stratégique et de la diriger à partir des salons feutrés. Alors que, comble de l’ironie, Idriss Deby n’a pas hésité un instant à envoyer son fils au front pour chasser les criminels déguisés en jihadistes de notre septentrion.

Dans ce pays, on ferme les yeux par devoir de réserve et par humilité, sinon tout le monde sait qui est qui ! Ce n’est pas parce que nous n’avons pas choisi la voie de l’opportunisme qu’il faut nous prendre comme des va-nu-pieds, des citoyens de seconde zone qu’on peut intimider ! Nous sommes citoyens de ce pays. Ce Mali, c’est le nôtre ! Et nous avons embrassé ce métier parce que notre devoir est de sauvegarder la démocratie et ses acquis comme la liberté d’expression. Nous avons risqué notre vie et certains ont sacrifié la leur pour cette démocratie, pour cette liberté de presse. Et ce ne sont pas les intimidations des opportunistes de la République, notamment Ndiaye Ramatoulaye Diallo et Karim Kéita, qui vont nous distraire de cette mission.

Nous sommes déterminés à défendre ces valeurs à notre corps défendant parce que nous avons la conviction qu’elles sont l’épanouissement de notre être, de notre société. Nous sommes engagés à nous battre pour qu’il n’y ait plus d’intouchables dans ce pays, donc contre l’impunité. Et comme le disait George Orwell, «parler de liberté, n’a de sens qu’à condition que ce soit la liberté de dire aux gens ce qu’ils n’ont pas envie d’entendre».

Vous avez voulu bloquer la parution du journal parce que ce qui y est écrit, est si pertinent et si accablant qu’il fait tomber vos masques. Démasquer les mauvais serviteurs de la démocratie et de cette Nation est malheureusement le leitmotiv des femmes et hommes de conviction qui sont en train de se battre aujourd’hui pour que la presse soit réellement le 4ème pouvoir dans cette démocratie chèrement acquise. Et cela, malgré le dédain, la calomnie et l’acharnement de ceux qui souhaitent qu’on la ferme pour de bon !

Ce métier, nous l’avons choisi par devoir et par conviction. C’est donc peine perdue que d’essayer de nous intimider par la censure pour cacher vos visages aux dépens de notre Patrie. Comme réagissait un vénérable démocrate à cette tentative de censure, «quand on prend les responsabilités, c’est pour les assumer pleinement dans les honneurs et les risques».

Et pour ne pas donner raison au journal «Le Reporter», les «Fils et Fille à Papa » Ndiaye Ramatoulaye Diallo et Karim Kéita doivent se mettre maintenant au boulot pour prouver à tous que le choix porté sur eux n’a rien de complaisant. Cela va les honorer plus que d’essayer de censurer la presse qui fait et fera son boulot, quel que soit le prix à payer. Que la ministre de la Culture Ndiaye Ramatoulaye Diallo « Rama » et le député Karim Kéita alias Katio apprennent pour leur gouverne que, pour paraphraser Jean-Paul Marat, «la liberté de tout dire n’a d’ennemis que ceux qui veulent se réserver la liberté de tout faire. Quand il est permis de tout dire, la vérité parle d’elle-même et son triomphe est assuré» !

À méditer profondément, s’ils ont réellement envie de servir ce pays que se servir !

Source : [18/03/2015] Dan Fodio, Le Reporter

MaliwebCorruptionMalijetPolitique
Deux parvenus, pardon deux « chouchous » de la République, Ndiaye Ramatoulaye Diallo et Karim Kéita, ont empêché l’hebdomadaire « Le Reporter » de paraître le 10 mars dernier en faisant pression sur l’imprimerie. Et cela, à cause de deux articles qui égratignaient sans doute leur conscience, au lieu de...