Le Mouvement du 5 Juin – Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP), mouvement contestataire du régime de l’ancien président IBK a organisé hier dimanche 21 février 2021 son premier meeting depuis le 21 aout 2020. Non pas à la place de l’indépendance comme à l’accoutumée, c’était le palais de la culture Amadou Hampâté BAH qui accueillait ledit meeting. La grande remarque qui n’est pas passée inaperçue est l’absence notoire de « l’ex autorité morale » du mouvement l’imam Mahmoud Dicko.

Même si le degré de mobilisation n’atteint pas les meetings d’antan, le M5 mobilise quand même ses troupes. Les militants du mouvement qui avaient répondu très tôt à l’appel ont été réprimés en premier tant par les forces de l’ordre avant de rejoindre plus tard la grande salle du palais de la culture. Ce meeting selon ses initiateurs avait pour objet de « recadrer la trajectoire de la transition ».

Bien que Mécontent du déroulé de la transition en cours, le M5-RFP n’entend pas en rester muet face à la situation. Pour ce faire, il n’est pas question de « rester un observateur passif, c’est affirmer son désaccord et continuer à porter les justes et légitimes revendications du peuple malien pour les faire aboutir par tous les moyens légaux et démocratiques.

Et quand on n’est pas d’accord, on dit : NON !» un NON anaphorique qui traduit la teneur de leur déclaration liminaire lors du meeting.

Ce premier grand rassemblement du mouvement depuis l’amorce de la transition, a paru telle une jauge afin de mesurer capacité mobilisatrice du M5. À ce propos, force est de constater que nombreux étaient ceux qui ont répondu à l’appel du rassemblement malgré l’impressionnante présence des militaires, des forces de l’ordre. Notons qu’il n’y a pas eu d’incidents majeurs.

Le M5 fidèle à sa posture depuis le début de la transition n’a pas manqué d’indexer les dysfonctionnements que souffrent certains de ses organes au nombre desquels le CNT et « dit NON au maintien d’un Conseil National de Transition (CNT) illégale, illégitime et budgétivore. La procédure de dissolution introduite auprès de la Cour suprême ne peut qu’aboutir au regard de la solidité de nos arguments et du souhait des Maliens de ne plus avoir à faire à des juges aux ordres comme dans un passé récent » précise la déclaration liminaire du meeting.

En outre, la nouveauté qu’il faut souligner reste le ralliement de certaines organisations à la cause du M5. Pendant que l’ex autorité morale a brillé par son absence, le CDR, le Front contre l’application de l’Accor d’Alger, KAOURAL le renouveau, certains partis politiques, les victimes de la démolition de la zone aéroportuaire ont grossi le rang du M5.

Par ailleurs, l’autre point saillant contre le lequel le mouvement contestataire du régime déch dit non est « la mise en œuvre intégrale et accélérée de l’Accord d’Alger et exige, pour le moins, sa relecture. Pour le M5-RFP, l’intégrité territoriale du Mali, la souveraineté nationale, l’unité nationale, la forme républicaine et laïque de l’Etat ne sont pas négociables »

KAMANA

Source: Mali-Online

MaliwebPolitique
Le Mouvement du 5 Juin – Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP), mouvement contestataire du régime de l’ancien président IBK a organisé hier dimanche 21 février 2021 son premier meeting depuis le 21 aout 2020. Non pas à la place de l’indépendance comme à l’accoutumée, c’était le palais de la culture Amadou...