Au Mali, le Comité national pour le salut du peuple (CNSP), qui a renversé le 18 août dernier le président Ibrahim Boubacar Keïta, n’a toujours pas été dissout.

 

Le Comité national pour le salut du peuple (CNSP) a été mise en place le 19 août 2020, au lendemain de l’arrestation à son domicile et de la démission au forceps du président Ibrahim Boubacar Keïta. Dirigé par le Colonel Assimi Goïta, le CNSP a mené les tractations qui ont abouti, le 25 septembre, à la désignation par consensus d’un président de la transition, le général à la retraite, Bah N’Daw, de celle du Premier ministre, l’ancien diplomate Moctar Ouane. Celui-ci a formé son gouvernement.

“Le CNSP sera dissout”

En dépit de la mise en place d’une partie des organes de la transition, le Comité national pour le salut du peuple (CNSP) n’a toujours pas été dissout. Cette dissolution avait pourtant été réclamée la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest. Selon une source diplomatique, les Nation-unies, qui n’avaient, dans un premier temps, pas réclamé la dissolution du CNSP, se sont finalement rangées derrière cette initiative de la Cédéao.

Mais pour le sociologue Mahamadou Diouara, rapporteur du comité scientifique qui a compilé les résultats des consultations dans la charte de transition, le CNSP sera dissout après la mise en place du parlement de transition. Il s’explique sur les ondes de la DW ce lundi 19 octobre.

Deutsche Welle

MaliwebPolitique
Au Mali, le Comité national pour le salut du peuple (CNSP), qui a renversé le 18 août dernier le président Ibrahim Boubacar Keïta, n’a toujours pas été dissout.   Le Comité national pour le salut du peuple (CNSP) a été mise en place le 19 août 2020, au lendemain de l’arrestation à...