Le médiateur de la République sortant a rendu public son rapport de fin de mandat. En sept ans, les services du médiateur ont reçu plus de 30 000 plaintes, opposant des usages à l’État ou à des particuliers. Une forte hausse qui dénote de l’intérêt des usagers pour ce service.

 

Le septennat du médiateur de la République sortant n’a pas été de tout repos. En plus de servir de relais entre les administrés et les administrateurs, le médiateur de la République a été au cœur de l’organisation de grands rendez-vous nationaux.  De la Conférence d’entente nationale à l’organisation du Dialogue national inclusif (DNI) en passant par l’élaboration du projet de Loi d’entente nationale, les services du médiateur ont été sur tous les fronts.

Entre 2013 et 2019, le bureau du médiateur a reçu 36.069 usagers des services publics à travers l’antenne de Bamako et les délégations régionales. 25.231, soit 69,95% des plaignants ont été reçus par le bureau de Bamako, tandis que les antennes régionales représentent 30,95% des plaintes.

Litiges fonciers et domaniaux

Plus de la moitié des plaignants résident dans le district de Bamako et environs, dans la région de Mopti avec 8,98% et Kayes, 4,70%. De 2013 à 2019, le nombre de personnes ayant eu recours aux services du médiateur a sensiblement augmenté, attestant de l’immense fossé qui existe entre l’administration publique et les usagers. De 1.330 en 2013, le nombre de visiteurs a atteint 16.818 en 2019, soit une augmentation de 55,35%.

Par ailleurs, le septennat a été marqué par la prégnance et l’acuité des litiges fonciers et domaniaux. Avec 468 réclamations, la question foncière occupe le peloton de tête. Ensuite, viennent l’exécution des décisions de justice, avec 260 réclamations et la protection sociale, 196 réclamations.

L’EID 2020 annulé

Les réclamations sont majoritairement adressées aux ministères avec 38,04%, puis les collectivités territoriales avec 20,30%. Les organismes personnalisés (13,12%), les services régionaux et subrégionaux (9,11%) et les services centraux (5,66%) sont également concernés. Au total, ces cinq structures ont recueilli 1.232 réclamations, soit 86,23% de plaintes.

S’agissant du genre, l’écrasante majorité des réclamants durant le septennat étaient des hommes, soit 80,83%, contre seulement 11,17% de femmes. Rappelons que le 13 octobre dernier, Mme Sanogo Aminata Malle a été nommée par le président de la transition Bah N’daw, médiateur de la République. Elle succède ainsi à Baba Akhib Haidara.

L’évènement phare de l’institution, à savoir l’Espace d’interpellation démocratique (EID), qui a lieu chaque année le 10 décembre, a été annulé à cause du coronavirus.

Source : Benbere

MaliwebPolitique
Le médiateur de la République sortant a rendu public son rapport de fin de mandat. En sept ans, les services du médiateur ont reçu plus de 30 000 plaintes, opposant des usages à l’État ou à des particuliers. Une forte hausse qui dénote de l’intérêt des usagers pour ce service.   Le...