Moussa Mara, le président du parti Yèlèma (changement) accompagné de cadres de ladite formation politique, notamment Hamidou Doumbia et Bafotigui Diallo (député) étaient face à la presse le samedi 12 octobre 2019 à la Maison de la presse pour échanger sur les propositions de son parti au Dialogue national inclusif.

Moussa Mara a ainsi justifié la participation de son parti Yèlèma (changement) au Dialogue national inclusif : “Nous voulons que le pays se sorte des difficultés. Si nous avons une occasion pour parler de ça, il ne faut pas s’en priver. C’es dans cette optique que le Parti Yèlèma a élaboré un document exhaustif des principales problématiques de notre pays et l’a partagé avec l’ensemble de ses responsables du Parti dans les régions, dans les cercles, au niveau des communes et au sein de la diaspora pour qu’ils puissent participer aux débats avec des propositions précises à soumettre aux Maliens.

Le parti souhaite partager ces suggestions avec l’ensemble national. C’est le sens du document qui synthétise les principales propositions du parti sur chacune des thématiques retenues dans le cadre du Dialogue. Le parti propose également un schéma de mise en œuvre des conclusions des travaux. L’ensemble de ces suggestions seront soumises aux discussions lors des débats du Dialogue national inclusif. Le parti Yèlèma rappelle que pour la crédibilité des réformes consécutives au Dialogue, il est indispensable que l’Assemblée nationale soit renouvelée au préalable”, a-t-il souligné.

D’après Hamidou Doumbia, le parti Yèlèma a toujours prôné le rassemblement au Mali. Et cela a été crié et chanté partout. “C’est ce qui a permis au président IBK de comprendre et d’aller vers l’accord politique de gouvernance. Et cet accord politique instruit au gouvernement d’organiser un Dialogue national inclusif. La ligne de Yèlèma a été claire à ce niveau. Yèlèma fait partie donc au Dialogue national inclusif par un souci de cohérence…”.

Les principales propositions

du parti Yèlèma au Dialogue national inclusif

Concernant les propositions du parti Yèlèma, Moussa Mara précise : “Le parti Yèlèma, ce sont des principes, ce sont idées, des objectifs devant conduire notre pays au changement véritable. Et pour réaliser ce changement véritable, il y a un certain nombre de réformes importantes, un certain nombre de changements à apporter à la gouvernance du pays, au fonctionnement de nos institutions. L’essentiel de nos propositions sont issues de notre projet de société. Nous allons travailler pour que nos suggestions soient prises en compte à tous les niveaux du Dialogue national inclusif. Le parti Yèlèma participera avec des propositions à tous les niveaux du Dialogue même à l’extérieur du pays”, a-t-il dit.

Il a expliqué que les propositions comportent 6 thématiques sur, entre autres, la paix et sécurité (thématique 1) ; politique et institution (2) ; Gouvernance (3) ; Social (4) ; Economie et finances (5) ; culture, jeunesse, sport (6).

Chronogramme de mise en

œuvre des résolutions du

Dialogue national inclusif

Sur la mise en œuvre de ses propositions issues du Dialogue national inclusif, l’honorable Bafotigui Diallo a dit que Yèlèma, sur l’accord pour la paix, propose l’identification des points d’amélioration et présentation de ces points au Comité de suivi, conformément à l’article 65 de l’Accord, la discussion et finalisation du premier avenant à l’accord et engagement d’un plan d’action pour mettre totalement en œuvre l’accord revu dans un délai de deux ans.

Concernant l’organe de suivi, Yèlèma préconise, entre autres, la mise en place par la plénière au niveau national d’une instance de suivi comprenant les facilitateurs et les organisateurs conformément à l’esprit de l’accord politique de gouvernance (article 8) courant novembre 2020 ; l’élaboration d’un plan d’action des principales résolutions du Dialogue à soumettre aux autorités nationales et engagement avec eux des discussions en vue de la mise en œuvre des recommandations courant décembre 2020 ; la présentation du processus électoral : relecture des textes (courant premier trimestre 2020), élections législatives (février 2020), Référendum constitutionnel éventuel (avril 2020), élections communales partielles (juillet 2020), locales (septembre 2020), régionales (septembre 2020) et du district (septembre 2020).

Sur les mesures politiques d’accompagnement, Yèlèma suggère, entre autres,  la reprise par le chef de l’Etat des initiatives engagées en février 2019 en accord avec le chef de file de l’opposition sur le choix du Premier ministre et le cadrage du gouvernement avant la fin de l’année 2019 ; la conclusion d’un nouvel accord politique de gouvernance sur cette base avant la fin de l’année 2019 ; la mise en place d’un gouvernement d’union nationale avant le 15 janvier 2020, restreint à 25 membres, comprenant la majorité et l’opposition ainsi que de forces politiques significatives et composées de personnalités aux compétences incontestables pour chaque poste à pourvoir avec comme objectif la mise en œuvre des conclusions du Dialogue sur une période minimale de deux ans ; la déclaration de politique générale du Premier ministre sur la base de ces convenances et engagement des activités gouvernementales avant la fin du mois de janvier 2020.                  

Siaka DOUMBIA

Source: Aujourd’hui-Mali

MaliwebPolitique
Moussa Mara, le président du parti Yèlèma (changement) accompagné de cadres de ladite formation politique, notamment Hamidou Doumbia et Bafotigui Diallo (député) étaient face à la presse le samedi 12 octobre 2019 à la Maison de la presse pour échanger sur les propositions de son parti au Dialogue national...