En attendant que l’homme décide de mettre fin au suspense officiellement, d’aucuns n’hésitent plus à faire le lien entre lui et le président ATT, deux hommes, deux styles, mais dont les démissions des rangs de l’Armée se ressemblent beaucoup !

On se rappelle en effet que le 1er septembre2001, en prélude à l’élection présidentielle de 2002, le Général Amadou Toumani TOURE (ATT) a demandé et obtenu sa mise en retraite anticipée de l’armée pour se lancer dans la vie politique en se portant candidat à l’élection présidentielle de 2002, à l’issue de laquelle il est élu président de la République le 12 mai 2002 avec 64,35 % des voix au second tour. 16 ans après la mise à la retraite d’ATT, devenu Président de la République, l’histoire va-elle se répéter avec Moussa Sinko COULIBALY ? Le désormais Général Moussa Sinko COULIBALY est né à Bamako le 14 juillet 1972. Il fut ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de l’Aménagement du territoire dans le deuxième Gouvernement Cheick Modibo DIARRA, formé le 20 août 2012. Son parcours militaire l’aura conduit successivement : au Prytanée militaire de Kati, aux classes préparatoires de La Flècheen France de 1990 à 1992, à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr où il est diplômé en 1995, à l’École supérieure et d’application du génie (ESAG) d’Angers en 1996 avec un brevet de chef de section du Génie militaire. De retour au pays, il sera nommé instructeur permanent à l’École Militaire Inter armes (EMIA) de Koulikoro, d’octobre 1996 à septembre 1998, puis commandant de compagnie de la 261e compagnie et de support de 2000 à 2001. D’autres formations suivront ce parcours classique :            à Accra au Ghana en 2006 pour un cours de planification opérationnelle KAIPTC en 2006, à Yaoundé de 2009 à 2010, pour une formation au Collège inter armes de défense de Yaoundé. Jusqu’à sa nomination au poste de Directeur de cabinet du Président du Comité National pour le Redressement de la Démocratie et la Restauration de l’État(CNRDRE), le Général Moussa Sinko Coulibaly, alors colonel, était directeur de l’instruction de l’École de Maintien de la Paix (EMP) depuis 2010. Et c’est à partir de l’EMP dont il était Directeur qu’il vient de démissionner de l’Armée. A-t-il les moyens de concrétiser ses ambitions pour le Mali ?

En attendant la réponse à cette question, certains analystes susurrent, selon un confrère de la place, qu’il pourrait être de connivence avec des forces étrangères pour déstabiliser le régime et provoquer une hypothétique transition démocratique qu’il devra diriger. Un scénario qui serait très prisé par beaucoup d’opposants en crise de légitimité.

Attendons pour voir donc !

 

Salif Diallo

 

Source: Le Matinal

MaliwebPolitiquecheick modibo diarra,moussa sinko coulibaly
En attendant que l’homme décide de mettre fin au suspense officiellement, d’aucuns n’hésitent plus à faire le lien entre lui et le président ATT, deux hommes, deux styles, mais dont les démissions des rangs de l’Armée se ressemblent beaucoup ! On se rappelle en effet que le 1er septembre2001, en prélude à...