Dans le but d’éclaircir leur peuple, les députés du parti de la Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI) ont enfin décidé de se faire entendre. Ainsi, le mercredi 5 décembre 2018, le siège du parti SADI, sis à Djélibougou, a servi de cadre à une série de conférences de presse qui a été organisée par SADI. Occasion pour le député Oumar Mariko d’expliquer les différentes interpellations faites par SADI. Ce, au nom du peuple avant de dénoncer la prorogation du mandat des députés, tout en montrant à l’ensemble du peuple malien qu’ils ont et seront toujours contre ce genre de pratiques anticonstitutionnelles. C’était sous l’égide du député Oumar Mariko.

Sur les banderoles, on pouvait lire ceux-ci : « Plus d’élection avec le ficher actuel, IBK et son gouvernement doivent partir », « Pour sauver le Mali, une transition s’impose ».

Suite à la prorogation du mandat des élus du peuple au sein de l’Assemblée Nationale par les députés, le docteur Oumar Mariko non moins député du parti SADI, a jugé utile de se faire entendre. Ainsi, selon lui, depuis son entrée au sein de l’Assemblée nationale du Mali qui date de 2007, il a eu à faire, au nom du peuple, douze interpellations. Et cela, dans des domaines différents qui comportent, entre autres : le domaine agricole, éducatif, ceux relatifs aux problèmes de passeports, de la situation des Maliens de l’extérieur…

A entendre le député Oumar Mariko, toutes ces interpellations faites avaient pour unique objet d’éclairer le peuple pour qu’il y ait une réelle prise de conscience et du changement de mode de gouvernance politique et de la gestion des ressources de l’Etat. Après ces travaux d’interpellation de qualité louables, dit-il, l’objectif de la conscientisation et d’instauration de la vraie démocratie dans notre pays qu’il visait d’ailleurs dans ses projets politiques de la défense du peuple, n’est pas à présent au rendez-vous, déplore-t-il.

Pour lui, l’amélioration des conditions de vie de la population de même que l’instauration du mode de gouvernance pour laquelle il s’est toujours battu, sont loin d’être obtenus par les Maliens. Même si certaines personnes reconnaissent que le parti SADI est le parti minoritaire à l’Assemblée nationale, mais majoritaire, chez le peuple, le député Mariko précise qu’il n’arrive pas à transformer cette force du peuple dont il bénéficie aujourd’hui pour la mise en place d’une véritable force démocratique capable de défendre les valeurs républicaines.

Se prononçant sur l’affaire de plainte que la Cour constitutionnelle a déposé contre le quotidien « Le Pays », il a tenu à dire à la présidente de la Cour, Manassa Dagnoko, de retirer sa plainte tout simplement. Le Docteur Oumar Mariko, a, après avoir rendu hommage aux journalistes Tidiane Tangara et Birama Touré qui ne vivent plus avec nous, informé que le parti SADI est et sera toujours contre la prorogation du mandat que viennent de faire les députés du Mali. Pour finir, il invite tout le monde à sortir massivement le 8 de ce mois pour dénoncer ce fait. C’est pourquoi, il termine par dire ceci : « Nous membres de la COFOP, condamnons la prorogation du mandat des députés et exigeons le respect des règles démocratiques par le gouvernement ».

Mamadou Diarra

Le Pays

MaliwebPolitique
Dans le but d’éclaircir leur peuple, les députés du parti de la Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI) ont enfin décidé de se faire entendre. Ainsi, le mercredi 5 décembre 2018, le siège du parti SADI, sis à Djélibougou, a servi de cadre à une série de...