La mise en œuvre du Plan d’action du gouvernement contribuera aux réformes politiques et institutionnelles nécessaires à la consolidation de la démocratie, c’est-à-dire à renforcer la stabilité des institutions démocratiques et républicaines et à améliorer la gouvernance. Le PAG s’articule autour de six grands axes ; à savoir : le renforcement de la sécurité, la promotion de la bonne gouvernance, la refonte du système éducatif, les réformes politiques et institutionnelles, l’adoption d’un pacte de stabilité sociale, l’organisation d’élections générales.

 

Le Premier ministre, Moctar Ouane, était devant l’organe législatif de la transition (CNT), le vendredi dernier pour présenter le Plan d’action du gouvernement (PAG). Celui-ci comporte 6 axes déclinés en 23 objectifs, adossés à 275 actions à évaluer à travers 291 indicateurs.

Le premier axe porte sur le renforcement de la sécurité sur l’ensemble du territoire national. A ce niveau, le gouvernement prévoit durant la Transition de diligenter la relecture, l’appropriation et la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du Processus d’Alger ; accélérer le processus de désarmement, de démobilisation et de réinsertion des combattants dans le Nord et le Centre du pays ; procéder à la dissolution effective de toutes les milices d’auto-défense ; redéployer les Forces de défense et de sécurité sur l’ensemble du territoire national.

Dans le second axe portant sur la promotion de la bonne gouvernance, les autorités de la transition entendent restaurer l’autorité et l’utilité sociale de l’Etat à travers la fourniture des services sociaux de base ; promouvoir la citoyenneté et le civisme à travers l’éducation et la culture ; renforcer la lutte contre l’impunité et accentuer la lutte contre la corruption ; rationaliser les dépenses publiques en réduisant le train de vie de l’Etat ; auditer la gestion des fonds alloués aux secteurs de la sécurité, de la défense et de la justice dans le cadre des lois d’orientation et de programmation.

Le troisième axe qui porte sur la refonte du système éducatif, le gouvernement présage de négocier un moratoire avec les partenaires sociaux de l’éducation en mettant en place un cadre de concertation régulier ;  

L’axe 4 du PAG a trait aux réformes politiques et institutionnelles. Dans cet axe, il est prévu  durant la transition de parachever le processus de réorganisation territoriale ; réformer le système électoral en prenant en compte les Maliens établis à l’extérieur ; élaborer et adopter une nouvelle Constitution ; poursuivre le chantier de la régionalisation.

Dans le cinquième axe portant sur l’adoption d’un pacte de stabilité sociale, le gouvernement compte organiser une conférence sociale et engager le débat sur les questions de société comme le rôle des autorités coutumières et religieuses, la question de la pratique de l’esclavage ainsi que le statut de la femme ; relancer le dialogue avec les groupes radicaux maliens. Il est aussi prévu d’engager le dialogue entre les communautés et acteurs locaux en conflit ; créer les conditions favorisant le retour des déplacés et réfugiés ; accélérer le processus d’indemnisation des victimes depuis 1960.

Le dernier axe concerne l’organisation des élections générales. A ce niveau, les autorités de la Transition vont bientôt élaborer un chronogramme pour les futures échéances électorales ; organiser les opérations référendaires et les élections générales. 

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau

MaliwebPolitique
La mise en œuvre du Plan d’action du gouvernement contribuera aux réformes politiques et institutionnelles nécessaires à la consolidation de la démocratie, c’est-à-dire à renforcer la stabilité des institutions démocratiques et républicaines et à améliorer la gouvernance. Le PAG s’articule autour de six grands axes ; à savoir : le renforcement...